Afrique du Sud: sur les plages, des drones pour prévenir les attaques de requins

En Afrique du Sud, des drones sont désormais utilisés pour prévenir les attaques de requins.

Le samedi 17 décembre, un homme en kayak des mers a été attaqué par un grand requin blanc de quatre mètres de long à Plettenberg Bay, dans le sud du pays. L’homme s’en est sorti vivant quand le requin s’est apparemment rendu compte qu’il s’était trompé de proie et s’est éloigné. Ce prédateur est très présent dans cette région du Cap. Et alors que la saison festive a commencé, les autorités mettent tout en œuvre pour prévenir les accidents.

Avec les vacances d’été, ce sont des milliers de vacanciers qui convergent vers les plages de la région du Cap. Mais ils ne sont pas les seuls. Selon Sarah Waries, de l’organisation Skark Spotters qui surveille les requins depuis les plages, c’est également la période durant laquelle les grands requins blancs se rapprochent des côtes. « En hiver, les grands requins blancs se regroupent autour des bancs de phoques au large des côtes. Ils se nourrissent de bébés phoques. Et pendant l’été, ils suivent les bancs de poissons, comme les thons, les limandes, qui se rapprochent des côtes. Donc en été, le problème c’est que vous avez beaucoup de monde à la plage, et les grands requins blancs à proximité. »

Depuis douze ans, l’organisation surveille les plages du Cap à l’aide de jumelles. Cette année, deux drones ont été ajoutés à l’arsenal. Ils vont notamment servir à surveiller les deux plages les plus fréquentées de la région de Fish Hoek et Muizenberg.

« Un drone nous permet d’aller rapidement vérifier s’il y a réellement danger »

Pour Alex Fourie, qui a mis les drones à disposition, cela va faciliter le travail de ceux qui surveillent : « Souvent, les gens leur disent qu’ils ont vu un requin. 99 % des fois, il s’agit d’un tronc d’arbre, d’un dauphin ou d’un phoque. L’autre jour, on a été alerté de la présence d’un grand requin blanc. On a envoyé un drone, et en fin de compte il s’agissait d’un requin gris, une espèce absolument pas dangereuse. Donc avec un drone, cela nous permet d’aller rapidement vérifier s’il y a réellement danger ou non. »

Au total, les incidents sont rares : en moyenne une morsure de requin par an, selon Sarah Waries, qui ajoute que les requins ciblent rarement les hommes, mais plutôt les confondent avec un phoque ou un dauphin.

Une pensée sur “Afrique du Sud: sur les plages, des drones pour prévenir les attaques de requins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.