La santé et l’éducation, nos créneaux!

La santé et l’éducation, nos créneaux!

Nous avons voulu et nous espérons toujours que nos écrits contribueront à faire bouger les choses en Afrique. Nous avons à cet effet, battu tous les pavés, taper sur tous les grands tam-tams parleurs, jeté tous les cauris pour interroger les mânes de nos ancêtres, fréquenté toutes les mosquées et églises. Nous avons jeûné, trop de privations dans l’espérance que nos leaders politiques africains, se rapprocheront de nos visions et orientations. Les résultats tardant à venir, nous avons failli perdre cet espoir nourricier, heureusement, que nous ne faisons pas partie des pessimistes.

Enfin, pour fédérer toutes les énergies nouvelles pour faire triompher cette Afrique que nous voulons gagnante, pour la faire entrer dans ce concert si hermétiquement fermé des grandes nations, il nous faut commencer par le commencement, c’est-à-dire, l’éducation et la santé. On aura beau crié sur tous les toits, plié nos genoux sur des graviers, récité tous les psaumes, Jésus et Mohamed ne descendront pas pour nous ouvrir les écluses des cieux. Comment pouvons-nous concevoir que dans l’obscurantisme et le noir totaux, nous verrons le bonheur que les autres ont et qui, ne sont pas prêts à communiquer la notice ?

Non, arrêtons de rêver car rien ne viendra du ciel pour nous sortir de nos maux. Ceci étant, je ne remets pas en cause, l’existence des dieux ou de Dieu. Lui-même nous recommande d’enjamber pour qu’il nous aide, mais est-ce qu’on peut faire du bonheur avec des malades, des obscurantistes chroniques ? L’éducation nationale, est-elle adaptée aux exigences et besoins pour le développement de l’Afrique ? Que gagne notre continent dans ce tourbillon qui l’exclue des grands idéaux ? Rien, si ce n’est de consommer et toujours consommer et les africains consomment les dangers, dans leurs assiettes et avalent des médicaments avariés et personne n’en parle, même pas ses leaders. En sont-ils conscients ? Il nous faut le leur répéter tout le temps.

L’éducation et la santé, toutes les grandes nations, en ont fait leur priorité pourquoi pas, nous, les africains ? Soyons bien formés. Portons-nous bien. Consommons du bon. Si nous réussissons ces deux grands symboles de l’indépendance vraie, les autres revendications, nous aurons la force et le courage de les aborder, parce qu’entre temps, nos états feront des états généraux sur l’éducation et sur la santé.

Ce sont des vœux qui inspirent tous les jours sans cesse, nos doigts sur nos claviers et l’insomnie pour arriver, un jour dans la vérité pour arrêter de nous IMPOSER leur vision qui ne s’adapte pas à nos besoins. Si, un homme qui a faim, n’est pas un homme libre, que dira-t-on de celui qui est tout le temps malade ? Mais nous gardons espoir, aidez-nous !

Joël ETTIEN Directeur de publication/ Fondateur

3 pensées sur “La santé et l’éducation, nos créneaux!

  • 12 avril 2018 à 23 h 06 min
    Permalink

    Mais vous n’aborde plus la politique, on s’informe où? Vous qui nous faites de belles analyses.

    Répondre
    • 13 avril 2018 à 9 h 13 min
      Permalink

      Bonjour,cher,éditioraliste! il convient en âme et consciente que tu n,as pas dévié de ton ras le bol de dénoncer,les gestions opaques des biens communs ,depuis ton jeune âge.merci d,interpeller ces chefs d,état africains inconscients.heureusement,que mon Village abongoua qui avait en son temps un chef hors du commun ,conscient en la personne de feu nanan Assouan kouassi maurice.merci cher Ettien ,insiste …

      Répondre
      • 14 avril 2018 à 12 h 06 min
        Permalink

        Voilà un fidèle qui me connait très bien et qui n’a pas signé. Merci quand-même

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.