Football: PSG : une équipe qui ne tournera pas avant le Real Madrid

Emery, qui n’est pas adepte du turnover, a fait comprendre que ce sera encore moins le cas avant la confrontation à Madrid, le 14 février prochain.

Si Unai Emery n’a pas fait beaucoup tourner son effectif pendant la première partie de saison, ce sera encore moins le cas maintenant, à moins d’un mois de la confrontation avec le Real Madrid, en 8è de finales de Ligue des Champions (le 14 février prochain, au stade Santiago Bernabeu).

LA PRESTATION MOYENNE DU PSG ÉCLIPSÉE PAR L’ARBITRE

 » La meilleure des préparations, c’est d’être performant, que ce soit à l’entrainement ou pendant les matches. Les joueurs qui jouent beaucoup comme Adrien ou Verratti, on doit surveiller ça. On va gérer. Mais la meilleure préparation, je le répète, c’est d’être prêt à tous les matches et de garder cette concurrence « . Le ton est donné en conférence de presse ce mardi, avant la réception au Parc de Dijon comptant pour la 21è journée de Ligue 1. Parce que oui, le technicien basque a dans le viseur la Coupe d’Europe et ce, dès le début d’année. Lorsqu’il s’est déplacé à Rennes (1-6) pour les 32es de finales de Coupe de France, à Amiens (0-2) pour les 8es de finales de Coupe de la Ligue, ou encore à Nantes (0-1) pour la précédente journée de championnat, l’ancien entraineur de Séville avait déjà en tête la confrontation avec le Real Madrid. Et c’est la raison pour laquelle le turnover a été limité (sauf cas de force majeure) alors que les matches de Coupe auraient été l’occasion pour certains d’engranger du temps de jeu et d’apaiser la frustration sur le banc. Le gagnant reste Kevin Trapp.

Comme l’avait annoncé Unai Emery lors de la première conférence de presse de l’année 2018, les matches de Coupe sont l’opportunité d’alterner les gardiens. Et l’Allemand a donc tenu les cages lors des deux premières rencontres de l’année, avant de refiler sa place au titulaire de la saison : Alphonse Areola. Pour rappel, mis à part Lucas qui est dans une position délicate, il est celui qui affiche le moins de temps de jeu avec 450 minutes (et si l’on met de côté Nkunku et N’Soki) toutes compétitions confondues. Thomas Meunier, lui, attendaient sûrement ces rencontres afin de pouvoir se dégourdir les jambes avec ses 1011 minutes jouées. Malheureusement pour lui, Dani Alves tient à jouer toutes les parties. Même lorsque le Belge est titulaire (à Amiens), l’ancien joueur de la Juventus entre en jeu en cours de route. La charnière centrale, comme l’avait indiqué l’entraineur en début de saison, a réellement tourné entre les trois protagonistes.

Marquinhos affiche 2135 minutes jouées, tandis que Kimpembe et Thiago Silva sont un peu en dessous (1502 et 1737 alors qu’en L1, le titi parisien devance le capitaine en terme de minutes jouées). En championnat, Kurzawa est préféré à Berchiche encore, sauf en cas de blessure, évidemment. L’occasion de voir le Basque jouer plus souvent sur les pelouses françaises. Marco Verrati, l’habitué des blessure fin janvier Et puis il y a les immuables. La MCN d’abord, qui truste le haut du classement sur le nombre de minutes sur le terrain. Qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige, le trio Neymar-Cavani- Mbappé n’a pas de répit. Une philosophie que le triple vainqueur de la Ligue Europa motive par le fait de devoir  » maintenir le rythme, le niveau. Tous les matches sont importants ». Les quatre semaines qui séparent les 8es de finales de Ligue des Champions seront capitales pour celui qui veut  » profiter de ces matches pour améliorer ce qui ne va pas « . En dehors du gardien et de l’Uruguayen, Adrien Rabiot est le joueur de champ le plus utilisé avec ses 2176 minutes disputées.

Le joueur polyvalent était jusqu’il y a peu une doublure précieuse aux absences de Motta, avant de se reposer sur Lo Celso. Le manque de profondeur de banc au milieu oblige également Marco Verratti à être très (trop) souvent sur le terrain. Si l’Italien livre des prestations XXL ces dernières semaines, il n’en est pas moins qu’il enchaîne : avec Mbappé, Rabiot et Di Maria (un cas exceptionnel puisqu’il manquait à chaque fois un attaquant de la MCN dans le groupe), le natif de Pescara a été titulaire lors des trois premiers matches de 2018. Lors des deux dernières saisons, il avait été blessé exactement au même moment : fin janvier/ début février, ce qui serait plus qu’handicapant pour le voyage à Madrid. Le milieu, lui, est encore en construction avec une alternance entre Lo Celso, qui remplit à merveille la fonction de sentinelle, et Draxler en relayeur, en attendant le retour de Motta.

Si le jeune Argentin a les faveurs du coach ces dernières semaines, il l’a avoué ce mardi, il ne sait pas s’il sera à Bernabeu le 14 février prochain, pour l’une des plus importantes échéances du PSG cette saison. Avec l’effectif au complet ?

Source: goal.com Relayé par Bassitou N’TIA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.