Paris

Eh Paris,
Dans ma petite chaleur sous ma couette,
J’aperçois le soleil écrasé la nature,
Je me lève le sourire et la joie,
Dans la précipitation de composer mon oncle Ane pour atterrir sur les genoux de maman,
Je sors oubliant les clés derrière la lourde porte qui claque,
Je suis léger vestimentaire, toujours mon sourire de précision,
Scandales à mes pieds que je découvre après tant de temps enfouis sur les gravats de Paris,
Je veux voir mon doux soleil,
Mon oncle Ane et maman dans mon souvenir,
Je me retrouve enfin dans ce soleil matinal de Paris,
Le fond est glacial et Je suis léger, les clés derrière ma porte,
Le soleil se moque de moi illuminant mais glacial,
Ma bouche ne peut plus retenir mes mâchoires qui chantent sans mélodie
Mes pieds m’abandonnent, je n’ai plus de support,
Je cours prendre mon café chez mon oncle,
Je le découvre couché sous sa couette,
C’est là que je découvre sa force de tenir devant le difficile pour me rendre heureux dans sa douleur,
Merci pour cette leçon de courage mon oncle, .
A demain!
Eh Paris!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.