Afrique: L’Afrique francophone, mérite-t-elle d’être secourue ou sauvée ?

Je fais partie de cette espèce de races, colonisée par les français qui, avant de partir, nous ont tous enchaînés, moralement, psychologiquement et nous avons du mal, à réfléchir, à marcher et même à respirer.

Le monde, tel que conçu par les autres, nous n’en faisons pas partie. Pour que l’Afrique puisse participer à la coupe du monde de football, il a fallu des décennies de tractations. Jusque-là, l’Afrique ne figure pas dans le cercle fermé des pays qui décident du sort du monde et elle subit, comme si l’ONU a été conçue contre ses intérêts. Depuis le partage à Berlin du continent africain, dont la France était le vendeur de nos sorts, tout ce que nous faisons, ses retombées atterrissent dans les caisses de la France. Nos leaders capables de leur tenir tête, on les tue et nous sommes toujours à recommencer notre vie. Notre destin étant compromis.

De l’Afrique à la Guadeloupe, c’est 5 à 6h de vol. Là-bas, ce sont nos frères qui y sont, on ne peut pas y aller directement, il nous faut passer par Paris. Alors qu’entre Paris, Point à Pitre, ou à la Martinique, il y a plus de 9h de vol. Paris et les capitales africaines, le vol fait 6h. Faites vous-même le calcul, pour un africain, qui veut se rendre dans les DOM-TOM, il doit passer plus de deux jours. Qui peut avoir le courage d’un tel périple ?

Nous parlons la langue française. Nous utilisons la monnaie coloniale. Nous faisons tout ce qui peut plaire à la France mais sans jamais, nous plaire.

La culture africaine, a été méprisée et combattue par les mêmes. Aujourd’hui, l’Afrique, n’a plus de religion, si ce n’est la leur. Dans l’application de ces mœurs, certains des africains, en abusent et leur Dieu se trouve aujourd’hui, galvauder, mais sans jamais nous arrêter, pour faire le bilan, nous y fonçons, sans notre moi interne. La bible est aujourd’hui au chevet de chaque africain, alors que chez les français, ils ne vont à l’église que, quand un des leurs est assassiné et pour le célébrer en héros, ils vont bourrer les tables-bancs, dépourvues de fidèles pendant les jours ordinaires. Certains de leurs joyaux spirituels, cathédrales, sont devenus, des charges pour les collectivités qui en vendent pour s’en débarrasser et les africains, pieds et mains joints, expriment leurs doléances, soucis, en français.

Les grands médias, RFI, France24 et j’en passe, sont là pour nous contrôler pendant qu’ils donnent l’impression de nous éclairer. Nous sommes sous contrôle vicié et sournoisement guidés. Ne nous sommes pas épuisés, fatigués de toujours refaire et tout reprendre ?

Pendant que le monde se métamorphose et se rajeunit, c’est maintenant que l’espace francophone s’enlise dans la médiocrité, la délation, la déportation et j’en passe. De quelle liberté, avons-nous obtenue à la suite de la sueur de nos aïeux ?

Je comprends les raisons du mépris-amour des africains blancs dans l’espace arabophone. Comment sommes-nous faits, pour ne rien comprendre et refaire les mêmes choses ?

Quand, un chef d’état africain effectue, une visite d’état à Paris, le pouvoir ne fait pas arrêter le fonctionnement de l’administration ou pire, décréter des jours fériés pour mobiliser toute la nation pour son accueil. Très souvent, tellement qu’ils sont occupés, ce sont de petits agents des ministères qui vont les accueillir, sans tapis rouge, puisque, ce ne sont des scoops pour les médias pour se rendre au bas de l’avion, pour des reportages.

Pour vouloir devenir président de nos états africains, il nous faut passer par le Quais d’Orsay et ça continue. A quoi servent nos élections si les résultats sont donnés d’avance par le ministère des affaires étrangères français ?

On s’interroge sur les jeunes valides africains qui vont mourir sur les eaux méditerranéennes sans compter les affres que les arabes leur font subir. On a des institutions molles, poreuses et légères tirant leur survie toujours aux français. L’UA, CEDEAO, et j’en passe. Quel est leur rôle ? Je m’arrête là aujourd’hui et je voudrais saluer ceux qui partagent les mêmes soucis comme nous, mais hélas, n’y peuvent rien comme nous, parce que le pouvoir, n’est pas fait pour nous et puisque, nous ne l’avons pas, nous crions et pleurons.

Nous avons tout chez NOUS et nous ne pouvons pas en bénéficier. Qu’est-ce qui prouve qu’un jour, ils ne reviendront encore nous chasser de nos terres pour NOUS recoloniser ? Est-ce que NOUS méritons d’être secourus ou sauvés ? Sommes-nous des merdes ?

                                                                                                      Joël ETTIEN

                                               Directeur de publication : www.busiessactuality.com 

2 pensées sur “Afrique: L’Afrique francophone, mérite-t-elle d’être secourue ou sauvée ?

  • 31 mars 2018 à 18 h 42 min
    Permalink

    Je crois que vous faites de sérieuses recherches pour nous sortir, ces résultats édifiants. Merci

    Répondre
  • 4 avril 2018 à 18 h 49 min
    Permalink

    Simultaneous occurrence of fumonisin B1 and other mycotoxins in moldy corn collected from the People’s Republic of China in regions with high incidences of esophageal cancer. viagra drug sex pills for men viagra viagra online stores [url=http://viagraformenvfa.com/]viagra[/url] If Purina acted upon her complaint, perhaps my babies would be alive today. OK’

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.