Côte d’Ivoire: L’insécurité dévaste le pays et les ivoiriens ont peur

J’avais fait la ferme promesse de ne plus rien dire sur la politique ivoirienne, mais mon cœur saigne et j’ai mal, très mal. Alors, j’ai décidé d’écrire ces lignes, suppliant mon état d’âme et mon esprit, de m’excuser de violer ce serment que je leur ai fait. J’ai mal et très mal.

En effet, je constate depuis le début du mandat de M. Ouattara de vouloir faire du parti unifié, un programme de gouvernement. On passe ici, RHDP, on sort par-là, RHDP, comme s’il y avait un danger en face. Vouloir tordre le cou de l’histoire, notre histoire, c’est violer sa propre personne et les travers seront à la longue, très graves et je ne le souhaite pas.

Brou Aka Bernardin, le prêtre qui a été assassiné sauvagement par les soi-disant coupeurs, thèse que je réfute, il est mon petit frère, serviteur et ministre de Dieu et je voudrais que les Ouattara respectent, même s’ils ne le croient pas. J’ai mal et dans mon cas, ils sont nombreux, ces ivoiriens lambda qui vivent l’enfer et dont ils n’ont personne pour porter leurs cris de douleur. Des « ivoiriens » tuent d’autres ivoiriens, à cause de quoi et pourquoi ? Les raisons ne sont pas suffisantes pour me convaincre.

J’interpelle, le pape, la France et la communauté internationale sur les dérives meurtrières du pouvoir ivoirien, qui, ne s’en soucie point et fait de sa réélection et du parti unifié, son unique préoccupation et sa principale priorité et j’attire leur attention de faire quelque chose, pour ne pas que, quelque chose se fasse. Les ivoiriens ont peur des ivoiriens. Est-ce là, la politique du bien-être social ? Un ministre de Dieu, un prêtre, tout comme un imam, vient de tomber sous les balles des malfrats et il n’y aura aucune enquête. Le peuple le supplie de libérer les prisonniers politiques, il dit qu’il n’y en n’a pas et pourtant, ce sont des parents qui croupissent dans ces geôles, des années durant. Certains de nos compatriotes, en voulant chercher refuge, meurent dans les pays limitrophes, Ouattara dit qu’ils sont au total, plus de 95% qui sont rentrés, les miens n’y sont pas, sur quelle base, a-t-il établi ce pourcentage?

J’ai mal, alors je supplie le pape, la vierge Marie, Jésus et tous les saints, d’interférer auprès du puissant Ouattara pour lui dire que le parti unifié, il l’a et de s’occuper vraiment des ivoiriens, s’il est venu véritablement pour leur bien-être. En tout, trop c’est trop, mon petit frère est mort comme ça, non, non, je dis bien non. Il faut combien de tués pour que nous nous sentions en sécurité ?

Je n’ai pas voulu parler, mais j’ai mal et c’est la douleur qui m’a poussé, mais je demanderai pardon à M. Ouattara de nous aimer comme nous l’aimons sinon, il ne sera pas à la tête de notre pays. M. Konan Bédié, dites-le-lui.

Joël ETTIEN
Directeur de publication : www.businessactuality.com
Celui qui pleure son frère assassiné par des hommes qui ne seront démasqués.

Une pensée sur “Côte d’Ivoire: L’insécurité dévaste le pays et les ivoiriens ont peur

  • 29 avril 2018 à 14 h 17 min
    Permalink

    cette Barbarie n’a pas de nom et l’église catholique doit réagir ainsi que l’ensemble de la population ivoirienne. Nous ne pouvons pas continuer à vivre dans une atmosphère de terreur quotidienne,chose contraire à notre habitude ivoirienne.
    RIP mon père et yakooooo mR ETTIEN

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.