LE BÉNIN SERAIT-IL UN PAYS INGRAT ? ( Une tribune de Moukaram BADAROU, Président du Parti Conscience Citoyenne)

La République du Dahomey, devenue Bénin, a été proclamée le 4 décembre 1958 avec comme Président du Conseil de gouvernement, Sourou Migan Apithy (1913-1989). Le 1er août 1960, ce pays de 114763 km2 accède à la souveraineté nationale et internationale en présence du Ministre d’Etat Louis Jacquinot (1898-1993), représentant du Général Charles de Gaulle (1890-1970), alors Président de la République française. Hubert Maga (1916-2000) en devient le premier Président de la République.

Avant d’arriver à ce beau stade, que de sacrifices, que de péripéties et que de luttes menées. De la période d’esclavage à l’indépendance en passant par la période de colonisation, le pays d’Akaba (1685-1708), de Ghézo (1818-1858), de Glèlè (1858-1889), de Béhanzin (1889-1906) et de Toffa (1850-1908) a traversé plusieurs situations dont les dignes fils ont géré avec bravoure et conviction.

A la suite de ces Rois ainsi que de leurs compagnons de luttes, les différents Présidents de la République qui se sont succédés, notamment Hubert Maga, Sourou Migan Apithy, Justin Ahomadégbé (1917-2002), Emile Derlin Zinsou (1918-2016), Mathieu Kérékou (1933-2015), Nicéphore Soglo, Boni Yayi et Patrice Talon ainsi que plusieurs compatriotes de hauts rangs tels que Monseigneur Isidore de Souza (1934-1999), Salomon Biokou (1901-2008), Paul Hazoumè (1890-1980), Abdoulaye Issa (1945-1977), Jean Pliya (1931-2015), Karimou Rafiatou (1946-2018), Moucharaph Gbadamassi (1940-2000), Thérèse Waounwa, Rosine Vieyra Soglo, Marie Elyse Gbèdo, Albert Tévoèdjrè, Bruno Amoussou, Jérôme Carlos et tant d’autres ont œuvré /œuvrent et se sont sacrifiés / sacrifient à la tâche pour que le Bénin soit et marque sa présence dans le concert des nations. Plusieurs autres fils de diverses obédiences et de toute catégorie socioprofessionnelle continuent de se battre pour que « l’enfant du Bénin » soit « debout » et que le drapeau du Bénin continue de mieux flotter ici au Bénin et partout dans le monde.

Malheureusement, ce Bénin, ou tout au moins ses populations, oublie vite ses bâtisseurs. Ce Bénin célèbre moins, ou pas du tout, ses héros. Ce Bénin se montre moins reconnaissant à l’égard de ceux et celles qui se sacrifient ou qui abandonnent tout pour aider à sa construction. Ce Bénin est-il un pays ingrat ? Un pays où le paresseux et le citoyen hautement patriote sont élevés aux mêmes rangs ? Ce Bénin est-il un pays où le sens du combat, la passion pour la patrie et le sacrifice pour le rayonnement de la nation, n’ont pas d’importance ?

Comment comprendre qu’une fois décédé, plus personne ne se rappelle, ou peu, se rappellent de ces compatriotes morts pour la patrie ? Les martyrs de l’agression du 16 janvier 1977, après la période révolutionnaire, bénéficient-ils encore de l’attention de République ? Est-ce juste et bienséant que Karimou Rafiatou n’ait bénéficié d’une attention particulière de la République à l’occasion de ses obsèques ? Et pourtant cette amazone des temps modernes, fût première femme à être Ministre de ce même Bénin et a été plusieurs fois Député à l’Assemblée nationale. Simone Veil a t- elle grand-chose de différent avec cette ancienne Présidente de l’Association des femmes anciennes Ministres et parlementaires du Bénin? Comment comprendre qu’on ne célèbre pas du tout Monseigneur de Souza grâce à qui la conférence nationale a connu un aboutissement heureux en février 1990? Comment comprendre qu’on ne célèbre pas assez le Roi Béhanzin qui, reste un exemple de combattant pour un Bénin libre et fière de ce qu’il est ? Comment comprendre que les hommes et femmes des forces de sécurité et de défense qui meurent, les armes à la main, pour la patrie ne soient pas honorés avec beaucoup de solennité par la République?

La célébration des bonnes actions reste une pédagogie pouvant inciter d’autres à faire de même ou à s’y intéresser. Elle facilite la conscience citoyenne. A l’instar de la France qui ne rate aucune occasion pour célébrer et honorer ses dignes fils, le Bénin devra rechercher à en faire autant. La France a son Général de Gaulle, le Bénin a son Général Kérékou. Mais en dehors d’un stade et d’une école, plus de traces de cet homme d’Etat, artisan du renouveau démocratique béninois et qui a présidé aux destinées du Bénin pendant vingt-neuf ans (1972-1991 / 1996-2006). Des rues, boulevards, avenues, des bâtiments et autres édifices doivent être utilisés pour immortaliser les citoyens qui se sont sacrifiés pour la patrie.

C’est à juste titre qu’aux Etats unis, il y a une journée pour commémorer la lutte menée par le révérend Martin Luther King (1929-1968). Le Martin Luther King Day est fêté chaque troisième lundi du mois de janvier aux USA. En Afrique du Sud, la reconnaissance à Nelson Mandela (1918-2013) se constate aisément et dans tous les départements du pays. Le Nelson Mandela Day est célébré le 18 juillet de chaque année et est même parrainé par les Nations Unies.

Je plaide ici pour qu’au Bénin cesse l’avarice de reconnaissance à l’égard de ses dignes fils. Ceci aura l’avantage de célébrer les bonnes œuvres mais aussi et surtout inciter d’autres à faire de la République une passion. Je plaide ici pour la création d’un Panthéon de Cotonou qui aura pour vocation d’honorer de grands personnages ayant marqués l’histoire du Bénin. Il sera un lieu privilégié pour immortaliser les béninois qui se seraient distingués dans le combat pour l’émancipation du Bénin. Je plaide ici pour la fin de l’ingratitude à l’égard de nos aïeux combattants et même à l’égard de nos contemporains qui s’illustrent chaque jour dans le combat pour un Bénin qui gagne. Je souhaite que le Président de la République et son gouvernement puissent rendre justice à ces valeureux citoyens qui ont marqué ou qui marquent l’histoire de notre pays. Je souhaite que les Maires de nos soixante-dix-sept communes puissent travailler à honorer tous ceux et celles qui se sont battus ou qui mènent le combat pour que le Bénin s’affirme.

Les yoroubas disent que « si la mort n’emporte que le bienfaiteur, les gens pourraient être amenés à se fatiguer de faire du bien ». Tenons en compte pour aujourd’hui et surtout pour demain.

Moukaram A.M. BADAROU

 

Relayé par Bassitou N’TIA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.