Côte d’Ivoire: Que faut-il espérer du PDCI RDA et que faire de M. Bédié ?

Depuis sa prise de fonction à la tête du PDCI RDA, le président Bédié a connu plusieurs frondes, mais celle à laquelle, le peuple assiste en ce moment, est la plus haute et la plus triste trahison qui puisse exister.

C’est vrai, qu’on ne lapide que l’arbre qui produit des fruits, mais, ceux en qui le président Bédié a fait confiance, en qui, il a investi aveuglement tout son espoir pour l’aider à se sortir et sortir par la grande porte, viennent de lui infliger, la plus haute catastrophe. Ce sont ceux-là, que Ouattara va utiliser pour le ridiculiser au demeurant, l’affaiblir. De KKB, Ahoussou Jeannot, Adjoumani, Donwahi, aux aigris, la liste est trop longue, ceux-là que le président Bédié a tout donné, confié des secrets sans doute, sont devenus du coup, ses irréductibles, ses loups affamés et égarés qui vont orienter vers lui, toutes les méchancetés, cruautés et ignominies. A les regarder tous, pour la plupart âgés et très âgés, aigris qui ont des grieffes contre le président Bédié, qui viennent d’officialiser leur camp pénal. On ne bâtit pas sur la rancœur, la vengeance mais sur du roc. Au premier rang des invités d’honneur qui ont certifié la naissance de ce machin, on ne trouve que des gens au ventre mou, pleins de rides qui n’ont d’yeux que pour leurs propres intérêts. Qui va suivre ces ingrats qui, pour peu, sont prêts à vendre leur âme pour des postes et de l’argent ? Comment sont faits ces hommes politiques ivoiriens qui n’ont que leurs intérêts personnels à défendre que de s’occuper véritablement des problèmes de leurs compatriotes?

Du temps jadis où les Djéni Kobénan, sous la frustration sont allés créer leur courant pour devenir plus tard, le RDR, il y avait trop d’incompréhensions. L’UDPCI du général Guëi, c’était aussi compréhensible parce qu’à la suite d’un coup d’état, c’était normal de vouloir prendre son propre envol. Mais, que viennent faire « les traces du président Houphouët », au moment où, tout le monde se bat pour se mettre à l’abri de ces prédateurs et imposteurs sans foi ni loi et qui détruisent tout, nous plongent dans les désastres les plus horribles car pour ceux qui savent lire entre les lignes, sous les Ouattara, toutes les malédictions s’abattent sur la Côte d’Ivoire. Des pluies nourricières devenues meurtrières, des assassinats, des rituels d’enfants, l’insécurité galopante, les ivoiriens s’entre-déchirent sous leurs yeux sans mot dire. Où est le souci de vouloir casser le PDCI RDA, parce qu’on ne veut pas de sa mort? Les militants doivent-ils laisser faire? Trop c’est trop.

Dans les textes du PDCI RDA, il n’est écrit nulle part, ni permis, ni autorisé de créer un courant, mais plutôt des clubs et d’associations de soutien donc ce que les Adjoumani viennent de célébrer, c’est la création d’un parti politique pour sauvegarder leurs intérêts, ces suiveurs. Était-ce nécessaire de faire ce coup fatal à leur parti et à leur bienfaiteur ? Comment témoigner cette ingratitude au président Bédié, le poignarder dans le dos, au moment où il a besoin plus que jamais de tous ses lieutenants à ses côtés pour chercher comment prendre ce pouvoir d’état en 2020? C’est méchant. Faut-il encore implorer l’esprit du président Houphouët pour venir mettre de l’ordre dans sa famille politique?

Bédié peut-il rentrer en palabre avec Ouattara ? Je ne pense pas, mais dans tout amour, il y peut avoir des incompréhensions qui conduisent à la séparation et les Bédié, ne seront pas les seuls à se retrouver dans ce cas de figure. Le parti unifié, La direction du PDCI RDA n’en veut pas, mais diantre, dans quelle langue, le traduire aux politiciens alimentaires, oui, madame Kandia Camara, vous avez sous vos yeux, ceux que vous cherchez depuis longtemps, les politiciens alimentaires, on attend, votre déclaration ?

Le pays est confronté à des réels problèmes de pauvreté, de famine, d’injustice, d’insécurité, de méfiance, de misère, la chienlit s’installe, au lieu de faire des états généraux pour que chacun apporte ses solutions, c’est le parti unifié, qui est devenu le sucre et le miel. Les Ouattara n’ont plus d’inspiration, ils sont bloqués. Leur limite s’est tellement avérée que seul leur départ pourra les mettre à l’abri, mais dans cet entendement suicidaire, advienne que pourra.

Mais, au juste, le président Houphouët a-t-il encore des traces pour en faire des chemins quand on sait ce que le RHDP a produit comme catastrophe et de regret ? Pourquoi, c’est toujours le nom du président Houphouët qu’ils utilisent pour conduire leur infeste et ignoble destin ? Et puis, dans cette nation où les jeunes majoritaires, n’ont pas connu l’homme, dont le nom est galvaudé, qu’est ce qu’ils y gagneront ? Pourquoi les Ouattara utilisent-ils toujours le nom du « vieux » pour faire leur fonds de commerce ? Est-ce que le pays se limite-t-il seulement aux baoulé pour leur faire des clins d’œil pour solliciter leur onction ? Pourquoi les dignitaires baoulé ne prennent-ils pas leurs responsabilités face à cette triste histoire pour éviter d’être mis au banc des accusés demain ? C’est dans quel jeu trouble, les Ouattara poussent encore les baoulé pour arnaquer politiquement le peuple de Côte d’Ivoire, qui en a marre de leur présence ? Quand ils laisseront le nom du président Houphouët tranquille pour montrer leur vraie face ? Le nom du président Houphouët est -il devenu un programme de gouvernement ?

Maintenant que tout le monde voit que les préoccupations du peuple, n’est pas les leurs, alors, ils iront où ? Les traces d’Houphouët pour aller où ? Et pensent-ils que Ouattara aura-t-il besoin de leur mascarade pour son troisième mandat, ou, positionner son dauphin ? Quiconque veut le pouvoir d’état, dans cette Côte d’Ivoire livrée à la misère et à l’insécurité, déchirée, s’il n’a pas une grosse machine comme le PDCI RDA, se mordra les doigts.

Alors, pour une fois, si le président Bédié tient, il aura le soutien populaire et il grandira dans l’estime pour aller, un jour, en paix, dans la liesse populaire. Le Bédié que les ivoiriens connaissent, va montrer à Ouattara, les vrais méandres de la politique. Dans la vie, tout ne s’achète pas avec de l’argent, mais avec la considération et le respect d’autrui.

Oui, on peut encore espérer du PDCI RDA. On peut en plus faire encore confiance en la finesse du président Bédié car, on dit souvent que les eaux qui coulent pas sont les plus dangereuses. La guerre est donc ainsi ouverte, alors, nous allons tous nous y engouffrer. N’a-t-on pas coutume de dire, que ce sont les vielles marmites qui font de la bonne sauce ? Le peuple regarde et observe le sphinx, le N’zuéba, l’enfant terrible des situations compliquées. Quand on a eu le plaisir de se retrouver, il faut savoir se quitter et je ne pense pas que les Adjoumani, ont fait le bon choix, si je me trompe, l’avenir, nous situera.

Les Adjoumani ne voient-ils pas la ville natale du président Houphouët Yamoussoukro tomber en ruine ? Que deviennent les réalisations du président Houphouët qui sont délabrées sous leurs yeux ? C’est de l’escroquerie morale et intellectuelle et j’en appelle au peuple ivoirien à la méfience, à la prudence et à la vigilance de ces prostitués intellectuels pour sauvegarder le peu de dignité qui reste à notre pays, la Côte d’Ivoire.

                                                                                                 Joël ETTIEN

                                                      Directeur de publication : www.businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.