Je me bats pour récupérer mon sourire

Tout petit, mon tronc cède pour détruire mon petit déjeuner

Adolescent, pas de branches pour assainir mon déjeuner

Au milieu d’une végétation souvent luxuriante au sourire verdoyant

Une autre écriture doit écrire mon écriture

Ma vie n’a pas de pause et je cherche son casque

Le centre de ma raison a forcé mon dîner

Je suis fatigué de compter, mais le courage de naviguer

Combien de poils ai-je perdus pour devenir comme ce chien

Je cherche tantôt en chantant les refrains de l’éclaboussure

Mes larmes chaudes secouent mon grenier pour recouvrer mon sourire

Pour mieux entendre les mélodies de la cacophonie

Personne ne me comprend et souvent moi-même, non plus

Je me bats pour récupérer mon sourire

A midi, pendant les travaux forcés

Le soir dans mon ventre rempli de vengeance sans haine

Je n’ai pas eu ce que les autres ont pour les faire couler ce miel de leur vie

Mes efforts effrités, m’arrachent tout

Je recommence toujours là où, je réussis

Je veux récupérer le chemin de mon sourire pour exister

Et si l’air du temps, me donnait son temps, pour conjuguer mon temps

Serons-nous combien pour construire les dédales de notre champ d’espoir

J’allais être heureux quand, l’autre me réveille de mon sommeil

Et je retrouve encore le long parcours pour récupérer mon sourire

Continuez, je me repose un peu.

                                                                                 Joël ETTIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.