le canari de ma grand-mère

                                                    Le canari de ma grand-mère

Analphabète, mais cultivée, ma grand-mère savait rafraîchir notre eau

Elle avait un canari magique qui nous étanchait nos soifs

Elle le parfumait de ces graines sèches de palmier et notre eau, restait notre source de vie

Le canari de ma grand-mère, fait partie de ma vie

Le canari de Mmo Wa a cousu ma vie pour demeurer mon souvenir

A midi, mon refuge était le canari de ma grand-mère

Le soir au dîner familial, posé sur trois cailloux, transpirant de sa sueur,

L’eau parfumée du canari de ma grand-mère, accompagnait nos gourmandises

Quel beau souvenir qui n’existe plus, remplacé par l’électricité.

 Toujours assise en direction de son canari, des rappels étaient nos freins

On peut tout jouer, mais la direction de son canari, posé à l’angle de la cuisine, était sacrée

Ma grand-mère et son canari communiaient avec la source d’eau venue du fond des puits

Elle le lavait chaque deux jours et c’est nous deux qui le remplissions

Situé loin de la maison, les puits nourriciers nous attendaient pour arroser nos pieds

Nous allions dispersés, pour en revenir en rang sous ses ordres

Elle, une cuvette sur la tête et moi, un seau

Il fallait savoir marcher pour éviter les gouttes qui sautaient parfois pour nous chausser

Arriver à son canari, elle déversait son contenu debout

Ce canari est tellement gourmant lui aussi qu’il nous fallait des tours

Mais ça m’amusait ces aller et venues, mon seau sur la tête

Souvent chantonnant en route, il fallait se lever tôt, pour prendre l’eau pure du temps

Pour de la magie de son canari, il faut se lever au 1er chant de notre coq

Le canari de Mmo Wa, était chapoté de deux gobelets

Tel que gardé, même les murs brisés de la cuisine, ne pouvaient en venir à sa vie

Maintenant que je m’en souviens, Alain aussi doit s’en souvenir

Dephine, Assamala, Somela, même ma maman Ahou s’en servaient

Aujourd’hui, je suis seul avec ce souvenir qui étrangle mes souvenirs

Dans tout ça, celui qui n’a pas connu de canari, ne saura jamais son utilité

Merci grand-mère, pour ton canari sacré et magique qui a chassé la chaleur

Qui a lutté la soif pour me voir grandir devant des temps nouveaux des réfrigérateurs

Je sais que tu n’avais jamais mis les pieds à l’école des blancs, sur des choses de la vie

Grand-mère était une savante et son canari me l’a prouvé.

                                                                                    BROU ETCHIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.