Élection à la Fédération béninoise de football (Fbf): Bruno Didavi dans les starting-blocks…

Les élections à la Fédération béninoise de football (Fbf), prévues pour le 25 août prochain polarisent de mieux en mieux les attentions.

Ainsi en ont décidé le mercredi dernier, les membres du comité exécutif transitoire dirigé par Anjorin Moucharaf, candidat à sa propre succession à travers le choix de cette date. En d’autres termes, on déduit que la chasse à l’actuel occupant de ce douillet fauteuil est lancée. Dans les états-majors donc, chaque camp maximise les arguments pour se faire plaire.

On fructifie les actions pour aguicher les électeurs. Selon nos investigations, il y aura une bonne demi-douzaine de candidatures. Parmi celles-ci, il y a une et une seule qui retient l’attention des uns et des autres. Il s’agit de celle de Bruno Didavi, ancien capitaine de l’équipe de l’Université nationale du Bénin (Unb) pendant des années et ancien président de l’ensemble sportif des étudiants (Ese) durant de longues années. Le plus ancien de tous les candidats. La preuve, c’est en 1997, alors, capitaine de l’équipe universitaire que ce jeune étudiant a été coopté par feu Moucharaf Gbadamassi, alors, président de la Fbf, pour faire partie du comité exécutif. Il n’a pas hésité un seul instant à faire son entrée dans cette cour des grands. Mais, seule condition, il devrait quitter les terrains pour enfiler le manteau de membre du comité exécutif.

Proposé donc pour être secrétaire général, compte tenu de ses qualités administratives, le jeunot, très humble a finalement accepté le poste d’organisateur adjoint. Un poste qu’il a assumé avec doigté, loyauté et abnégation. Quelques années après, l’ancien défenseur a été secrétaire général de la Fbf durant plusieurs mandatures avant d’être vice-président. Poste qu’il occupe en ce moment. Très discret et humble, il ne s’est jamais mêlé des affaires de détournement de sous qui ont souvent éclaboussé l’institution. Plusieurs fois proposé pour prendre la place de son grand frère Anjorin Moucharaf, il a toujours décliné l’offre avec le soutien de leur parrain commun, Issa Hayatou, ancien président de la Confédération africaine de football (Caf).

Une attente qui a été très longue. Puisque la patience à ses limites, il estime que le temps est venu pour qu’il puisse quitter l’ombre à la lumière. Très jeune et dynamique, Bruno Didavi est le candidat de la Rupture. Celui-là qui pourra faire changer les choses afin de révéler le Bénin. Ses qualités intrinsèques font que c’est le candidat des candidats. Celui-là qui a sa tête sur ses épaules et qui pourra faire profiter notre pays compte tenu de ses relations à l’International.

Rassembleur et coopérant, fin connaisseur du football béninois pour avoir beaucoup joué, Bruno Didavi est le seul qui pourra faire l’affaire compte tenu de sa riche expérience pour avoir côtoyé plusieurs présidents de fédérations aussi bien sur le plan local qu’international. C’est donc le choix de la raison. Nul ne peut en douter !

Relayé par Bassitou N’TIA (Bachirou Assouma)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.