Côte d’Ivoire: La Commission Électorale Indépendante, la CEI; En quoi, sa réforme est un tabou ?

Contraindre ou imposer une élection en Côte d’Ivoire, avec une commission électorale indépendante en l’état, c’est exploser la Côte d’Ivoire par la plus meurtrière des guerres que les ivoiriens n’aient jamais connue.

Pourquoi évoquer la réforme de la commission électorale indépendante la CEI est ou serait, un sujet sensible ou tabou ? Déjà, en 2010, à la suite des mêmes élections qui auraient entraîné plus de 3000 morts, par sa faute dont le seul camp Gbagbo continue de payer le lourd tribut avec injustice, emprisonnement, expropriation, décès en cascade et des exilés dont leur retour, n’est point à l’ordre du jour dans les faits et gestes du président ivoirien, on a pensé tous que son président allait démissionner, logiquement.

C’est la même monture de cet organe mortifère dont la seule décision peut ramener la paix qui se présente pendant que son mandat est expiré. Pourquoi le pouvoir le maintient ? Voilà encore, une mascarade, leur parti unifié du RHDP, dès qu’on aborde le sujet, M. Ouattara et ses acolytes se barricadent dans leur tour d’ivoire pour regarder les ivoiriens de haut, n’est ce pas, des signes annonciateurs de tricherie ? Qui dit tricherie, dit revendications qui finissent toujours par des révoltes. Ne pouvons-nous pas, faire cette fois-ci, l’économie de ces futurs sacrifices humains.

Déjà, la panique s’empare du camp du pouvoir et qui multiplie, intimidations et arrestations, ses seuls ingrédients pour sa mal-gouvernance.

La réforme de cette institution, parlons-en. Cette année 2018, aux premières heures de la mise en état du listing électoral, on a enregistré plus de fraudes que de vrais ivoiriens. On annonce plus de 3 millions inscrits sur cette liste électorale dont leur provenance reste encore douteuse. Pour prétendre gagner les élections à la mairie du Plateau, la vigilance du maire actuel a permis de démasquer, des apatrides convoyés pour venir remplir les futures urnes. Les cas de fraudes, on en a déploré plein sur le territoire ivoirien et dont personne, n’en parle.

 Voilà, les prémices d’un conflit qui va avoir des conséquences graves et pourtant, il s’agit de la vie des êtres humains dont le pouvoir n’en a cure. Pourquoi, le pouvoir ne veut pas entendre ce son de cloche ? La sortie du PDCI RDA de leur parti unifié, est un gage de protection, de garantie et d’espoir pour le peuple ivoirien. Sur le sujet, louons le courage et la fermeté du président Bédié qui doit aller jusqu’au bout. Maintenant que le PDCI RDA n’y est plus, alors, il faut remettre la reforme de la CEI sur la table de discussion. Ouattara n’est-il pas fatigué de faire tuer les ivoiriens et il lui faut combien de morts pour réveiller sa conscience ?

Au lieu de créer les conditions de paix, il continue de se comporter comme un opposant guerrier qui veut tout par la force en procédant par des intimidations. L’exemple la pression sur le maire Akossi Benjo Noël, de la commune du Plateau. Le pire, il va procéder par des achats de conscience commençant par les responsables des partis politiques au ventre mou et à l’estomac perforé. Demandez au peuple ivoirien, de participer à des élections dans cette configuration, c’est faire preuve de cécité politique et de mendicité intellectuelle.

Si Ouattara tient tant au président Youssouf Bakayoko, qu’il le parachute ailleurs et remettre sur la table la réforme de la CEI, pour qu’elle soit consensuelle. Pourquoi l’opposition demande à rencontrer le président de la république et qui refuse ? De quoi, se reproche-t-il ?

Alors, si Ouattara croit qu’avec ces petits morceaux de bambou de partis politiques réunis dans cette glaire de partis unifiés, il peut se taper des victoires électorales, il a menti.

Pour une fois, nous demandons la vigilance aux ivoiriens sur la question de la reforme de la CEI. Si le pouvoir s’obstine, que le peuple lui dise non et les voies d’expression en la matière sont légion. Il veut du sang, pour une fois, allez jusqu’au bout pour lui dire, le vin rouge dans les bouteilles provient du raisin et non des veines des êtres humains.

Nous y reviendrons.

                                                                                                              Joël ETTIEN

                                                 Directeur de publication :www.businessactuality.com     

Une pensée sur “Côte d’Ivoire: La Commission Électorale Indépendante, la CEI; En quoi, sa réforme est un tabou ?

  • 22 juillet 2018 à 6 h 32 min
    Permalink

    Vraiment ce ouattara aussi quand est ce qu’il comprendra la souffrance de ses compatriotes?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.