Côte d’Ivoire: Ouattara s’en prend aux médias français; « Quand l’heure de la chute sonne »

Nous venons de lire une dépêche dans koaci.net, un confrère ivoirien en date du lundi 13 juillet 2018 qui consacre plus de 90% de ses publications à l’actualité ivoirienne et serait bien introduit à la présidence de la république, qui relate la colère de l’entourage du président Ouattara sur le temps d’antenne accordé à M. Soro Guillaume à Paris, sur rfi et france24. En effet, le samedi 21 juillet 2018, RFI et france24, avaient accordé une grande interview à M. Soro Guillaume. Où est le drame ?

Selon le site, l’entourage de Ouattara se plaint de RFI et de france24 parce que, quand il s’agit du président de la république, c’est 12 mn et quand, c’est au tour de M. Soro, c’est plus de 22 mn. Nous voulons apporter quelques détails sur la communication politique liée aux médias à cet entourage.

D’abord, il faut signaler que depuis un certain moment, le président ivoirien, ne fait plus vendre, ni écouter ni voir, donc, il n’est pas un scoop pour en faire la une. Ce qui peut faire vendre, écouter ou voir de ce dernier, c’est peut-être sa chute qui pourrait devenir, une attraction médiatique. Dans le paysage politique ivoirien, il s’agit pour l’heure de M. Bédié président du PDCI RDA qui sort ses grands jeux et comme c’est inhabituel, alors, il fait courir les médias. Son obstination de ne plus vendre ou faire disparaître son parti politique, est vraiment, un fait inédit qui suscite tous les regards, caméras, micro, appareils photos et dictaphones.

Quant à M. Soro Guillaume, c’est le même entourage qui fait de lui, un martyr et comme les médias aiment tout ce qui est de cet ordre, alors, aujourd’hui, le président de l’assemblée nationale, fait vendre, donne envie de l’écouter, de le voir. En plus, au-delà de l’émotion, le passage de M. Soro Guillaume, a fait grimper l’audimat de ces deux médias, n’en déplaise.

Ouattara ne fait plus rêver et il faut que son entourage le sache. De quel droit, l’entourage d’un président même, le plus gros dictateur ou ami au monde entier, peut se permettre de s’interférer dans le traitement de l’information d’un groupe de médias ? Ce qui arrive en Côte d’Ivoire, s’apparente à un fait biblique, car il est écrit dans le livre saint que, quand Dieu veut frapper le roi, il le rend sourd et aveugle, n’est-ce pas ces signes qui s’illuminent sur les bords de la lagune ébrié ?

Pour rappel, quand, la France de Sarkozy avait décidé de faire tomber le président Laurent Gbagbo, ce sont ces mêmes médias français qu’ils ont utilisés pour le noircir. Aujourd’hui où Ouattara semble être rassasié, c’est là qu’il trouve que ceux qui ont mâché pour le nourrir, ont une mauvaise haleine ? De telles attitudes, ont un nom : « l’ingratitude » et ça se paie cash chez les médias.

Pourquoi, un service de communication qui est sensé donner des conseils rentre dans le jeu de la colère ? Ouattara serait-il actionnaire dans ce groupe français de presse ? Si oui, ce n’est pas, non plus sur la place publique, qu’on demande un conseil d’administration d’urgence pour prendre des sanctions. Ici, en France, il y a la liberté d’expression et donc, les journalistes sont libres, ce n’est pas comme en Côte d’Ivoire où tout est caporalisé et que la peur s’empare de tout le monde, pour peu, le pouvoir te jette en prison. Au lieu de tirer les leçons de cette sortie médiatique de Soro, le camp Ouattara se bombe les muscles.

On peut tout se permettre, mais attention aux médias. Et dire que tous ces faits et gestes ternissent l’image de la Côte d’Ivoire, déjà très mal, en point. Les jours à venir nous situeront sur la réplique.  

                                                                                                                     Joël ETTIEN

                                                        Directeur de publication : www.businessactuality.com  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.