Côte d’Ivoire: Bédié dit « Non » au RHDP et le peuple ivoirien le rejoint

Depuis que le président du PDCI RDA a dit « non » à Ouattara et au RHDP, M. Bédié revient prendre sa place que lui avait fait perdre par le même Ouattara et ses acolytes un 24 décembre 1999.
Comment M. Alassane Dramane Ouattara peut-il oublier cet affront et considérer que le président de la république d’alors, M. Aimé Henri Konan Bédié, pouvait-il être son Vallet ou son porte-canne pour l’entraîner dans tous les sales coups de sa gouvernance ? Maintenant que le président Bédié a les manettes en main, les rapports de force ont changé et c’est fini pour le tueur à gage, le destructeur et le divisionniste de ADO.  Alors, ce déferlement à Daoukro et les alliances salvatrices qui se déroulent à Paris, sont les gages du retour au pouvoir d’état d’un fils qui avait tant aimé son pays qui avait un rêve pour ses frères à travers ses 12 grands chantiers savamment orchestrés pour faire de son pays, la Côte d’Ivoire, le pays des Hommes Libres quand, Ouattara venait mettre fin à ce rêve.

Le « NON » du président Bédié qui le réconcilie avec tout le peuple de Côte d’Ivoire, est un droit que le président du PDCI RDA vient d’obtenir et bravo pour sa sagesse, sans prendre les armes pour ce coup fatal qui le libère et libère tout son peuple et qui lui vaut, désormais cet grand amour à l’ivoirienne. Mais il y a une seule condition qu’il ne vacille plus dans ce triste camp du RHDP qui lui a fait perdre tous ses privilèges, honneurs et sa dignité.

Comment pendant plus de 10 ans, le président Bédié du PDCI RDA pétri d’expérience politique, considérant ce même Ouattara comme son jeune frère et dans sa bonne foi de l’aider pour bien et mieux gouverner le pays, Ouattara l’ait pris pour une branche à cueillir ses fruits ? Le président Bédié, vient de par sa propre intelligence, retourner la situation en sa faveur pour voir enfin, les ivoiriens et le monde entier, déferler chez lui, lui faire leur mea-culpa et le saluer pour sa grandeur. Mais tout cela a un prix, la constance dans ce combat contre le RHPD et le divorce d’avec, le tortionnaire de Ouattara. Si Bédié ne veut pas être le problème de son pays, qu’il en soit, le libérateur, pendant qu’il est encore temps. Ouattara est qui, pour qu’on ne lui résiste pas ? Trop c’est trop.

Que tous ces pèlerins à Daoukro, n’arrachent pas cette victoire au président Bédié pour que l’adversaire dans sa tourmente ne le tue. Car Ouattara est arrivé à leur assassinas lui et Soro.

Pour avoir eu ce courage de dire « NON » à Ouattara, certains considèrent comme une délivrance, on le ramener à Ouattara comme un enfant à son père après qu’il ait commis des affres, serait suicidaire, pour tout le peuple ivoirien? Non, on doit plutôt encourager et soutenir, le président Bédié à tenir bon et aller jusqu’au bout.

Pour arriver au bout, il y a d’autres paramètres. Le problème de la réforme de la CEI, la commission électorale indépendante, qui dans sa forme actuelle, fait le jeu de Ouattara qui, pour se donner bonne conscience, vient de mettre sur pied, son RHDP unifié. Avec ce machin, le RDR de Ouattara seul, se taperait la part de toutes les circonscriptions du pays. Un parti fort se mesure sur le terrain, par le score obtenu au cours de ces élections locales, alors si le RDR seul, prend toutes les communes, députations, conseils généraux, quelle marge, auront les autres partis politiques, pour lui tenir tête encore que ce président refuse de s’asseoir avec l’opposition pour discuter des réels problèmes du pays. Si aujourd’hui, Ouattara veut mettre ses hommes de confiance dans les grandes villes et communes du pays, c’est en prélude, la justification de sa prochaine mascarade. Alors Bédié, si Ouattara ne veut point entendre parler de la réforme de la CEI, inutile de participer à ces élections dont tout le monde a déjà les résultats. RDR 80%, PDCI RDA, 10%, FPI, 5% et les autres petits partis, 5%. Si c’est ce que le PDCI RDA veut, alors, la route lui est dégagée, mais, si c’est le contraire, c’est maintenant qu’il faut épargner la mort aux ivoiriens parce que les revendications, vont occasionner des morts.

Quelle explication donnée à cet acharnement contre les cadres et militants actifs du PDCI RDA ? C’est justement un aveu d’échec de Ouattara pour sa gouvernance chaotique. M. Akossi Benjo Noël, maire du Plateau qui vient d’honorer le pays avec tant de prix pour la promotion de la plus belle commune ivoirienne, au lieu de lui dérouler les tapis rouges comme on le fait pour nos athlètes, on l’accuse de blanchiment d’argent, est ce que Ouattara lui-même, son argent est propre ? C’est l’ultime occasion au président Bédié, de taper du point sur la table pour dire stop à Ouattara qui jusque-là, se croit le seul maitre à bord du bateau ivoire. Maurice Kakou Guikahué a assez parlé, maintenant, c’est à Bédié de prendre ses responsabilités. Sa seule voix, pourra rassurer tous les ivoiriens qui n’attendent que Ouattara parte pour qu’ils se réconcilient d’eux-mêmes.

Si le monde déferle à Daoukro et des alliances se tissent depuis Paris, c’est le moment propice où les ivoiriens, attendent pour mettre fin à la dictature de Ouattara et à leurs souffrance et calvaire. Voilà, les vraies raisons qui rendent du coup, depuis une semaine, Daoukro, en un camp de pèlerinage politique.

                                                                                        Joël ETTIEN  

                             Directeur de Publication : www.businessactyuality.com

Une pensée sur “Côte d’Ivoire: Bédié dit « Non » au RHDP et le peuple ivoirien le rejoint

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.