Côte d’Ivoire: Adjoumani, une force nuisible incontrôlable

Si la politique est un rapport de force, Adjoumani est nuisible et incontrôlable, pour le président Bédié, car il est dans le faux et la désinvolture.

En effet, si, on dit encore qu’en politique, c’est celui qui parle qui se fait entendre, les sorties de Adjoumani sont inconséquentes et contre productives. Le président Bédié doit sortir de son mutisme pour mettre fin à ces désordres de Adjoumani de ne plus s’attaquer à Guikahué et de l’affronter lui-même directement car, le faisant, c’est à lui Bédié que Adjoumani s’adresse. C’est ce qu’on appelle, la responsabilité du commettant du fait de son préposé. Comme, le courage est devenu une denrée rare en Côte d’Ivoire, j’attire l’attention du président Bédié sur ce mécréant de filleul politique, qui sème le doute et la peur.

Le PDCI RDA est en train d’être consumé par cet irrévérencieux d’Adjoumani à qui, il a donné les clés de l’opulence, du gras, de la voix et qui oublie que la politique, n’est pas une course de vitesse, mais une course de fond. Adjoumani emploie des mots trop forts qui portent atteinte à l’honneur du président Bédié, attentat, irresponsable et j’en passe. Que le président Bédié s’allie à Affi Nguessan, Blé Goudé ou à Sangaré, où est son problème ? La déliquescence dans laquelle le pays se trouve, si le président Bédié a eu la finesse de faire appel à tous les ivoiriens pour le sortir, où est donc le problème pour que ce Adjoumani se morve ? Ne plus s’allier à Ouattara pour sa nuisance et faire appel au nationalisme ivoirien, est-il un crime ? Où est le danger pour que Adjoumani, se force à ce dénigrement ? Un peu de bon sens, Adjoumani.

Adjoumani a besoin d’une éducation politique pour se rafraîchir la mémoire et se sentir mieux dans sa désobéissance et dans sa haute trahison. Quand il oblige la chefferie traditionnelle de chez lui à cautionner sa bêtise, c’est pour la noyer demain. J’ai mal pour ces têtes couronnées incapables d’éduquer et taper du poing sur la table pour dire NON. En voilà, le roi de Bassam, sa majesté Amon Tanoé qui sort de son cadre pour auréoler un despote, que de participer activement au vrai développement de son pays. Pour de l’argent, vendre son âme au diable, il faut des Adjoumani et sa majesté Amon Tanoé, qui voient la vérité et la travestissent pour vivre à l’aise pendant que le peuple meurt de faim. Ces deux personnages doivent savoir une chose : « la fidélité, lorsqu’elle est fondée sur l’intérêt dure ce que dure l’intérêt ». Elle est éphémère. La honte ! Dans la vie, tout se paie, heureusement !

Si c’était à Ouattara, leur nouveau mentor à qui, ils proféraient ses diatribes, le procureur de la république se serait saisi pour envoyer la brigade de la gendarmerie les convier à des interrogatoires. Adjoumani sort et Bédié recule, pour résumer ce pugilat. Qui est Adjoumani pour que pour de l’argent, en plus mal acquis, il vient sur la place publique pour invectiver et ternir l’image de son bienfaiteur, le président Aimé Henri Konan Bédié ? Voilà, les Billon, Guikahué, Akossi Bendjo, qui sont traqués jour et nuit et qui s’attachent fidèlement au président Bédié, pendant que celui qui, de l’enseignement, est devenu super milliardaire par son fait, par cécité politique, le traine dans la boue ? Comment cet Adjoumani, peut-il se prévaloir courageux pour occuper la scène politique, faisant la pluie et le beau temps, sans que personne le ramène à l’ordre ? Doit-on crier au secours ? Les militants du PDCI RDA et leur président sont prêts à faire barrage aux sorties hasardeuses de Adjoumani car, ce qui fait la crédibilité d’une ambition, c’est le prix personnel qu’on est prêt à payer.

Nous attendons la suite.

                                                                                               Joël ETTIEN

                              Directeur de publication : www.businessactuality.com  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.