Côte d’Ivoire: Pèlerinage de Ouattara à la Mecque, « Et si c’était la fin de la laïcité? »

Le président ivoirien se trouve aux abonnés absents sur la liste qui se raccourcit de jour en jour par rapport à ses alliés d’hier, parmi eux, certains européens et les institutions internationales qui l’ont mis au pouvoir en Côte d’Ivoire.

Il joue son va-tout, avec un comportement de va-t-en-guerre. Son pèlerinage à la Mecque, n’est pas de cœur, mais de séduction aux émirats arabes mais surtout faire de la provocation et de la communication. Mais alors, pourquoi mêler son pays à tout cet imbroglio islamique à ses derniers instants politiques ? Ouattara vient de violer la constitution en tuant la laïcité. Notre analyse.

                                                                                  Étique du chef d’état

Le président ivoirien, oublie sans nul doute que la fonction de président, est très noble parce qu’elle incarne et oriente les directives de son pays. Il faut qu’il le sache pour éviter certaines dérives aux conséquences incalculables. La Côte d’Ivoire, est un pays laïque. Depuis que ce pays a eu son indépendance, aucun chef n’a priorisé, une religion aux autres religions. Toutes les religieuses et tous les religieux se côtoient sans aucune différence et sous Ouattara, il y a trop de dérapages.

                                                                          Méfiance aux ivoiriens du nord

Pour parvenir à ses fins politiques, Ouattara a utilisé, les ivoiriens du nord contre ceux des autres points cardinaux. C’est parce que je suis du nord, donc musulman qu’ils ne veulent pas que je sois candidat, disait-il dans l’opposition. Mais, depuis qu’il est là, quel ressortissant du nord ou quelle région de cette partie de la Côte d’Ivoire a bénéficié des dividendes de ses pluies de milliards ? Tous attendent et ne voient rien venir. Ils ne peuvent pas rester sans mot dire, et laisser le président abuser d’eux pour sa politique contre-productive. Ouattara ne voit plus la vie en grand pour son pays. En allant à la Mecque en sa qualité de président de la république de Côte d’Ivoire, il fait courir des risques de stabilité à son pays, déjà mal en point. En y allant, quel message veut-il faire passer ? Encore et toujours, l’opposition des fils et filles de ce beau pays, dans sa zone de mire. Que les ivoiriens du nord, ne se laissent plus manipuler.

                                                                                    Stabilité du pays

Si le président ivoirien se voit abandonner par ses anciens alliés, ce n’est pas l’occasion d’ouvrir son pays à l’invasion des troubleurs d’ordre. Le groupe état islamique qui sème la terreur, le groupe Boko Haram trouveraient en la religiosité du président ivoirien, une occasion pour investir son pays. Le Mali, le Niger, la Mauritanie, la Libye et les autres pays africains sont exposés à l’instabilité par les radicaux musulmans.

La route de l’apaisement, de la tranquillité et de la paix sous Ouattara semblent s’éloignés. Quand Ouattara avance d’un pas vers la paix, il recule de 20 pas en arrière pour créer la psychose, la crainte et la peur.

La Mecque, ce haut lieu saint, se trouve fréquenter par des musulmans « douteux », on comprend aisément les raisons de cette tornade subite qui a défrayé la quiétude, pendant son séjour. Le premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, qui participait à ce pèlerinage, avant d’y aller, avait-il oublié le cadavre du jeune Soro, sauvagement assassiné et dont il refuse de donner le corps à ses parents ? Ces microbes qui tuent, cette insécurité galopante qui gangrènent la Côte d’Ivoire, dues à des rituels pour se maintenir au pouvoir, est ce normal et saint, de fréquenter ce haut lieu saint pour s’attribuer la malédiction ? Alors, si, c’est une condition pour que les arabes lui viennent au secours, avaient-ils besoin de transformer le motif en un pèlerinage ? Que doivent retenir les ivoiriens de cet acte ? La Côte d’Ivoire serait-elle devenue islamique sous Ouattara ? Aux ivoiriens de garder leur vigilance, pour ne pas vaciller dans les guerres de religion.

                                                                                            Conclusion

Désormais, le président de la république, s’appelle EL ADJ Alassane Dramane Ouattara. A-t-il une considération pour les ivoiriens ? Comme dit l’adage, le caïman avant de mourir, boit de l’eau. N’est ce pas les troubles d’inquiétude pour une fin de règne qui entraine le président ivoirien, dans cette tourmente ? Les ivoiriens, doivent redoubler de vigilance pour la stabilité de leur beau pays qui, autrefois, était laïque et qui risque d’être le terrain d’entrainement des radicaux qui utilisent l’islam comme, un mode de vengeance et de terreur. Que Dieu les en garde.

                                                                                               Joël ETTIEN

                               Directeur de publication : www.businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.