Côte d’Ivoire: San Pedro, l’Eldorado sans voies d’accès

San Pedro le deuxième pôle économique de la Côte d’Ivoire située à 398 km d’Abidjan la capitale économique au sud ouest du pays soufre du manque criard de voies d accès.

Malheureusement cette situation semble ne pas inquiéter les autorités du pays. La ville de San Pedro est la capitale du sud-ouest de la Côte d’Ivoire. Cette région regorge les villes comme Sassandra, Tabou, Soubre, Meagui qui constituent ce qu’on appelle la boucle du cacao. San Pedro c’est aussi le deuxième port de la Côte d’Ivoire et le premier port de cacao au monde. Ainsi malgré son riche potentiel économique, la ville de San Pedro n’a rien qui puisse refléter ce qu’elle représente pour le pays. Les routes d’accès aux différents quartiers de la ville sont quasi inexistantes à plus forte raison les routes permettant d’y accéder.

La côtière une superbe route inaugurée dans les années 90 est aujourd’hui impraticable. Oui j’ai bien dit impraticable puisque aucun transporteur ne peut se permettre de l’emprunter de peur de séjourner le reste du temps au garage ou de se voir abandonner son véhicule dans la brousse. Ainsi pour se rendre à San Pedro ou pour en sortir, l’on est obligé de passer par le front ouest à savoir Soubre-Gagnoa-Divo-Tiassale pour atteindre Abidjan ou aller quelque part d’autre. Ce qui vous envoie à faire entre 9 ou 10h de route. Depuis trois ans c’est ce que font tous les opérateurs économiques avec naturellement de très lourdes conséquences. Ce front ouest malheureusement s’est détérioré petit à petit au point où il devient impraticable par endroit.

Lors de son discours de nouvel an, le président ivoirien avait promis livrer cette au route à la du mois d’octobre 2018, depuis, rien n’est fait.. Et pourtant il s’est empressé de rénover l’aéroport à coût de milliard. On annonce même d’ici quelques mois l’avènement de Ferry pour faire le transport entre Abidjan et San Pedro. Naturellement ce sera une entreprise dans les mains des mêmes. Les sociétés exerçant dans la région comme Palm-ci et autres ont trouvé la formule. Elle ont préféré créer des usines sur place pour faire des produits semi-finis. Jusqu’à quand San Pedro devra attendre pour avoir son autoroute pour la désenclave ??? Nous attendons les années avenir. Pendant ce temps les praticiens continuent de souffrir…

Sikassouba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.