Côte d’Ivoire: Les erreurs des présidents Bédié et Gbagbo​

En politique, les erreurs se paient cash. Je vais vous faire partager, un chagrin qui me mine depuis. Je sais que les réactions ne me feront pas plaisir, mais ce que je recherche, c’est la douce compréhension, pour essuyer mes larmes.

                                                       Pourquoi le président Bédié a-t-il chuté ?

Depuis les indépendances jusqu’en 1999, aucun ivoirien ne songeait être un jour, dans ce pétrin sans secours. Leurs récriminations, revendications finissaient toujours, comme une tempête dans un ver d’eau. Les erreurs abominables de fin de règne du président Houphouët Boigny, en introduisant Alassane Dramane Ouattara, pour un redressement aux relents cyniques et qui ont fini, par le projeter au-devant de la scène politique. Le président Bédié savait qui était cet envoyé des grandes puissances monétaires et financières internationales, un formaté au teint lugubrement noir, mais le cerveau plein de servitude extérieure. Ces puissances, autrefois, géraient leurs affaires avec des blancs, se sont rendues compte, que le monde évolue et qu’il faut appliquer la politique du troisième homme, dont les Ouattara, Soglo et j’en passe. Ils ont essayé au Bénin, juste à côté de la Côte d’Ivoire, ils ont lamentablement échoué et sur la Côte d’Ivoire, ayant tiré les leçons, ont durci, leurs méthodes. Pourquoi, le président Bédié, n’avait pas tranché vite, ce problème au lieu d’un simple mandat d’arrêt ? Ils lui ont mis le grappin et pour la première fois, dans l’histoire de la Côte d’Ivoire, survint, un coup d’état. Comme l’ivoirien aime tout prendre à la légère, se mit à jubiler dans les rues et le président Bédié s’est incliné comme, un bananier après un violent passage du vent. Heureusement qu’il s’est incliné. Voilà, la part de responsabilité du président Bédié.​

                                         Les erreurs du président Gbagbo​

Ça va faire mal pour certains, mais je prends ce risque de poser le doigt sur cette plaie. Quand certains traitaient ADO d’étranger, Gbagbo pensait tirer des dividendes politiques, l’avait protégé et ensemble, ils ont créé le front républicain, qui n’avait rien donné. Ouattara et ses meneurs, aiment le désordre. Gbagbo prend le pouvoir et qui sont les collaborateurs qu’il appelle, ceux que ses anciens amis de la lutte, n’avaient jamais connus. Ils se connaissent. Ils en conclurent que le président Gbagbo, allait tout droit dans le mur, car une fois, au perchoir, ne veut pas de critiques, de polémique, de contradiction. Pourquoi, avoir laissé ses amis du MID (le mouvement ivoirien pour les droits démocratiques) ? Première erreur. Juste quelque temps, il contraint les fondateurs du FPI à la retraite et se dirige vers le PDCI RDA. En soit, ce n’était pas mauvais, mais, comment un gouvernement de gauche peut fonctionner avec des hommes de droite ? On dirait que la France avait sa main dans cette histoire, mais le président Gbagbo a feint ne rien dire. Ces nouveaux hommes qui l’ont entouré, ce sont ces mêmes qui l’ont lâché aux premières heures de sa chute et les anciens-fondateurs, pourchasser comme des rats. Certains, sont morts par empoisonnement, d’autres en prison, le gel de leurs avoirs, ces occidentaux, ont tenté d’éliminer tout ce qui serait de gauche, pour les empêcher de rebondir politiquement et le président Gbagbo se trouve dans une prison néocoloniale.

ADO, autrefois soutenu par des mains puissantes, avait en sa possession, trois armées pour parvenir à ses fins. L’armée française, l’armée de l’ONU, l’armée burkinabé et les traites dans l’armée ivoirienne. Le pays est sous occupation. De la résistance du président Gbagbo, il est coupé en deux et il l’est toujours.​

Comment les ivoiriens pourront-ils s’en sortir ?

1- Ils ont pardonné leurs deux grands leaders, Bédié et Gbagbo

2- La plateforme que le président Bédié, souhaite est salvatrice pour tous les ivoiriens, car, c’est une grande ouverture et une protection pour qui veut la paix. C’est l’union et l’amour entre les ivoiriens. Qui peut, prétendre dire que le président Bédié, n’est pas ivoirien ou qu’il vendrait cette qualité ? Souvenez-vous du concept de l’Ivoirité. Le président Bédié sait que de son vivant, s’il ne fait rien, son pays ne connaîtra jamais la paix et qu’il sera envahi sanguinairement par l’extérieur. Il faut l’aider à mettre cette plateforme, son seul héritage. Le pouvoir, est à portée. Comme il est impossible, de faire des coups d’état, quand bien-même que tout s’y prête, il va procéder à un gouvernement d’union.​

3- Que celui qui sortira gagnant, c’est-à-dire le futur président de la république, doit absolument aimer son pays et par devers, chérir ses compatriotes, comme, un homme qui aime sa femme et ses enfants.​

Le président Gbagbo a mûri. Le président Bédié aussi a compris la leçon, après avoir pratiqué leur école. Qu’est ce qu’il reste à faire, chers ivoiriens ?​

                                                                                                                 Joël ETTIEN​

                                                                   Directeur de publication : businessactuality.com

2 pensées sur “Côte d’Ivoire: Les erreurs des présidents Bédié et Gbagbo​

  • 1 janvier 2019 à 22 h 34 min
    Permalink

    Vous appelez à l’Union Fpi/PDCI , et vous soulevez des problèmes qui vont contre l’intérêt du rassemblement des Ivoiriens. Vous touchez à des sujets que vous ne maîtrisez pas. Gbagbo avait été le premier à dénoncer la nationalité de Ouattara. Mais la réponse d’Houphouet à Gbagbo avait été claire :  » Ouattara est un Ivoirien ». Tous les militants du PDCI avaient applaudi Houphouet-Boigny. Inutile d’associer le FPI à votre plateforme qui ne tient pas la route. C’est Gbagbo qui déterminera la nouvelle configuration de la vie politique Ivoirienne. Parler de paix et réconciliation est une escroquerie morale. Pourquoi le PDCI n’a pas voulu voter l’ordonnance sur l’amnistie ? Pourquoi le PDCI a t il soutenu Ouattara et Soro à détruire des milliers de vies humaines ? L’emprisonnement de Gbagbo et Blé Goude s’est fait avec le concours du Pdci de Bédié. Tout le monde connaît l’histoire de la vie politique Ivoirienne. Des milliers de Guebies tués par le PDCI. Nous n’avons pas oublié tous ces crimes qui continuent d’affaiblir le FPI. Le FPI n’appartiendra jamais à une coalition où se trouvera Soro.

    Répondre
  • 2 janvier 2019 à 10 h 48 min
    Permalink

    Laissons Gbagbo sortir d’abord , et ensuite, on parlera de l’historique des différentes crises qu’a connues la côte d’Ivoire. Il y a quatre belligérants qui ont contribué à la destruction de notre pays , qui sont : Bédié, Ouattara, Gbagbo et Soro y compris la puissance coloniale France. Donc arrêtons les critiques intermittentes ou à géométrie variable. Pourquoi juger quelqu’un à son insu ou à son absence ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.