Côte d’Ivoire: Il y a péril en la demeure​

L’obstination, l’acharnement contre le maire du Plateau, Jacques Ehouo, vont emporter le régime de Ouattara. Cette situation, va susciter, une colère nationale et me rappelle, un conte, que tout petit, ma grand-mère, me contait que voici :

L’éléphant et la fourmi.​

« L’éléphant et la fourmi, étaient des meilleurs amis dans la forêt, un matin, l’éléphant se lève et veut tuer la fourmi. Il en voulait tellement à la fourmi, qu’il a commencé à la mépriser, la torturer, l’humilier. Tous les matins, il envoyait ses enfants, détruire tous les biens de la fourmi. Comment faire ? La fourmi, savait que l’éléphant, l’admirait à cause de sa bravoure et de son ardeur au travail et qu’il est le roi des tous les animaux. Qu’est-ce qui a dû se passer pour que le roi de la forêt, lui en veule à ce point ? Elle entame des conciliabules, des missionnaires, mais impossible de raisonner le roi. Les autres de peur de se subir la furia de l’éléphant, se taisent et observent l’évolution de la situation. La vie devenait intenable pour la fourmi, qui contraint ses enfants à se cacher dans le fin fond de la termitière. La faim, la soif, deviennent le lot de la fourmi et de ses petits, au point où, les autres se méfièrent de sa simple vue pour ne pas subir les affres de l’éléphant. ​

La fourmi, a vraiment le dos au mur. Elle est coincée. Elle réfléchit, médite, pendant que ses enfants meurent de faim et de soif. Un soir, cherchant sa cachette, elle trouva l’éléphant profondément endormi et sans chercher à comprendre, rentra dans son nez. Voilà, le mastodonte qui sursaute et commence à éternuer de toutes ses forces, impossible de faire sortir la fourmi. La fourmi, se détermine à en finir avec celui qui fut son allié et qui devient de facto son pire ennemi. Elle le mord dans son nez et finit par avoir raison sur la vie de l’éléphant qui s’écroule. Toute la forêt, se mit à jubiler et soulève en triomphe la fourmi. C’est ainsi que depuis lors, l’éléphant, s’éloigne de la colonne des fourmis. » ​ »

ADO est le seul patient qui tue son guérisseur, quand il se sent guéri. Mais c’est tout petit qui devient grand. La Côte d’Ivoire est en péril. Le serpent, on ne sait pour quelle raison, mord sa propre queue. Jusqu’à quand, Ouattara va arrêter cette dictature pour s’occuper des réels problèmes de ses compatriotes, le président qui se lance lui-même, le défi et comme un charognard, cherche à manger sa propre chair. A vouloir coûte que coûte, la peau du plus faible, on finit par s’écrouler. Les ivoiriens, font semblant de faire envie que de faire pitié, mais jusqu’à quand? C’est tout petit, qui devient grand. De cet acharnement, le peuple, va se soulever un matin et le scénario du Burkina Faso, très frais dans nos esprits, peut faire, un cas d’école et servir de leçon de courage et de détermination. Une colère nationale, n’a pas de limite et emporte toujours le dictateur. Dans quelle langue doit-on parler à Alassane Dramane Ouattara?

                                                                                                          Joël ETTIEN​

                                                               Directeur de publication : businessactuality.com  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.