Côte d’Ivoire: Le crédit Suisse met fin au contrat du PDG Tidjane Thiam; quelle serait sa nouvelle chute ?​

Depuis le vendredi 25 janvier 2019, le petit fils du président Houphouët Boigny, fondateur du PDCI RDA, n’est plus le puissant redresseur des sociétés mondiales en faillite, le seul noir africain au monde, qui fait montre de multiples connaissances, pour redonner vie, aux sociétés en difficultés, ce chirurgien hors pair, n’est plus le PDG du crédit Suisse. Mais alors, quelle serait sa nouvelle destination ? Analyse.​

Son grand frère, qui est l’actuel gouverneur du district de Yamoussoukro, le chancelant roi des Akoué dont le président Houphouët Boigny, fait partie, a viré au RHDP, le parti qui voulait avaler le seul héritage politique de ce grand homme que fut le président Houphouët, son grand-père, Thiam Augustin rame à contre-courant et son estime, dans la grande famille biologique baoulé, est contestée. Depuis qu’il a commencé à opérer les miracles en soignant, les grandes sociétés en faillite, ce jeune surdoué ivoirien de 56 ans, divorcé, n’a jamais montré sa solidarité aux difficultés que rencontre son pays paternel, la Côte d’Ivoire. Ce ne sont pas, les appels qui ont manqué à son endroit, mais, il a préféré rester dans l’observance sans prendre position, me dira-t-on que sa fonction de PDG, ne l’autorisait pas certes, mais, il est ivoirien, avant tout.​

Son meilleur ami, l’ancien candidat malheureux aux élections présidentielles au Bénin, Lionel Zinsou, ne le voit pas dans un positionnement politique, pour tenter l’aventure de la magistrature suprême en Côte d’Ivoire. Il serait tenté, d’aller au fonds monétaire international, le FMI, si ce miracle, se réalisait, toute l’Afrique, chanterait, danserait et tels que les ivoiriens, ont été dans la manifestation grandiose à l’annonce de son admission à ses diplômes supérieurs, ils le feront aussi, quand il sera dans cette prestigieuse institution monétaire. Mais est-ce que les blancs, le voudront ?

Si c’est son vœu, il faut des camps de prières pour qu’il y soit. En étant le premier noir à la tête de ce FMI, ils appartiendraient aux grandes puissances de donner une suite favorable à sa demande car, l’Afrique bouge et bout. ​

Si ce vœu, n’est pas tenu, serait-il tenté de s’orienter dans la politique, si oui, à quel poste ? Son retour en terre ivoirienne, sur ce plan, ne lui sera pas du tout aisé. Ni, au PDCI RDA de son grand-père, dont il n’a jamais manifesté son attachement et sa volonté publique, ni au RDR, du moins au RHDP où se trouve, son grand frère Augustin Thiam, qu’il ne déposera ses valises. Qui acceptera de se faire voler la vedette politique, Hamed Bakayoko, Henri Konan Bédié, je ne pense pas. En plus, les ivoiriens, ne le connaissent pas. Qu’ils continuent de subir, les agrégats d’un certain Alassane Dramane Ouattara, un produit pur de ces institutions, formaté pour servir les grandes puissances que de s’occuper réellement des problèmes de ses compatriotes ivoiriens. Il lui sera difficile, de venir comme du pain béni pour s’attribuer de la sueur des autres. Il se raconte dans les milieux ivoiriens, qu’après Ouattara, ils ne vont plus jamais, donner le destin de leur pays, à un banquier ou un assureur, il en est justement, un. Ils aiment emprunter que de prendre les richesses du pays pour des réalisations. Donc, sur ce retour de l’enfant prodige, aucun parti politique, n’en voudra et le syndrome Macron, ne se produira pas en Côte d’Ivoire, si oui, pas lui.

Mais alors, s’il lui arrivait de retourner au pays, si rien ne le tente, que ferait donc, cette tête pleine, et bien faite ? A 56 ans, prendra-t-il sa retraite ? Sur le coup, il aura de quoi à vivre pour ses jours, mais, il est encore frais, qu’en faire donc ? Est-ce que le président Bédié, ferait de lui, son poussin pour l’introduire dans la basse-cour ? Les autres poussins, verront en lui, un pintadeau et le combattront à mort, ou c’est Ouattara qui se dit le fils légitime du président Houphouët Boigny qui le prendrait sous sa coupe et l’accepterait comme son successeur, en plus de ses accointances intellectuelles ? Toutes ces interrogations, auront leurs solutions que, quand le concerné lui-même, donnera, ses signaux.

Joël ETTIEN​

                                                            Directeur de publication : businessactuality.com   ​

Une pensée sur “Côte d’Ivoire: Le crédit Suisse met fin au contrat du PDG Tidjane Thiam; quelle serait sa nouvelle chute ?​

  • 28 janvier 2019 à 8 h 32 min
    Permalink

    Pour moi , monsieur Thiam fait partie de la liste des fuites des cerveaux africains. « Selon l’UNESCO, plus de 30.000 africains titulaires d’un diplôme de 3 ème cycle universitaire , vivraient hors du continent et 25000 boursiers venus faire leurs études dans l’UE ( Union Européenne) n’ont pas regagné leur pays ». C’est un drame pour le continent africain. Comment voulez vous que nos pays se développent sans ses ingénieurs et scientifiques ? Monsieur Thiam redresse des entreprises ou des banques des pays plus développés que son continent. Ce monsieur est incohérent. Les premiers ingénieurs et scientifiques formés par la France et l’Allemagne, ont travaillé pour redresser leur pays. l’Afrique compte plus de malades au monde, alors que c’est le continent où il y a moins de cadres soignants (2% seulement), car 80% de ses médecins sont tous en Europe et aux États-Unis. Ces intellectuels africains qui fuient le continent, participent au sous développement de leur pays. Monsieur Thiam est déconnecté des réalités du pays. Il n’est pas une référence pour la côte d’Ivoire. Il fera pire que Ouattara.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.