Côte d’Ivoire: La vengeance entre les alliés politiques

Depuis un certain moment, on assiste à des ballets politiques, on lit dans les journaux, des diatribes, des injures, de l’intimidation, de la pression, du refus de l’installation du maire PDCI RDA élu du Plateau, du débauchage des cadres du PDCI RDA par le camp Ouattara.

Le président Bédié, chaque jour, subit les conséquences fâcheuses de son ancien jeune frère Ouattara par journaux interposés, si ce n’est pas des missions laconiques et calomnieuses à l’intérieur du pays pour le salir. L’irrespect et les contre-vérités contre le président Bédié deviennent insupportables et le pays, attend que le camp Ouattara finisse, son funeste festin, son ignoble envie de casser le parti qui lui a servi de rempiler deux mandats, avec les corollaires’ divisionnistes qui mettent en mal, la cohésion ivoirienne, pour que la vie reprenne son cours normal. La haute trahison change de visage et des concepts se créent qui accentuent le mode de vie des ivoiriens. A la guerre comme à la guerre, le président Bédié, s’est réveillé pour répondre et agir, mais hélas, son service de communication, le fragilise dans sa force de combat et de frappe. Ouattara se croit malin. Pourquoi, Soro et le président Bédié, fument le cigare et montrent leur parfait amour au monde entier ? Notre analyse.

Les actes de trahison de Ouattara, on ne cessera jamais, d’en parler et c’est su de tous, sont inqualifiables. Les actes tactiques que pose le président Bédié, devraient en principe être anticipés par son service de communication pour alerter les militants et les ivoiriens, son orientation et le sens, afin d’éviter, des interprétations tendancieuses. C’est la guerre des alliés d’hier, c’est vrai, mais pourquoi, le président Bédié joue à cette finesse ? Tous les jours que Dieu fait, on lit çà et là que tel carde du PDCI RDA a rejoint le camp de Ouattara qui est le RHDP et les ivoiriens, sont embrouillés. Que faire ? On dit en Côte d’Ivoire, que quand quelqu’un laisse, quelqu’un prend. Le président de l’assemblée nationale d’alors, Soro Guillaume qui était le bras séculier de Ouattara, subit les agrégats et les injustices, trahison et ingratitude de son « père » de Ouattara. Soro est livré à la vindicte populaire, mais le voyant venir, il a pris ses dispositions, autant politiques que médiatiques. Soro, fin politique, fait créer des mouvements, associations et partis politiques et il avance. Lui seul, soulève des foules au nord, dont Ouattara prétend en être le propriétaire. Soro fait des razzias et ses déplacements au nord, se transforment en bourrasques.

Alors, en fin tacticien, le président Bédié, se rapproche à lui et pour le rassurer, le met dans son intimité. Soro, se voit à l’abri et ils avancent. Entre le président Bédié et son « fils » Soro, il n’y a pas d’alliance politique, mais de fraternité et de familiarité vraies, ce que Ouattara, a bouté en touche. Ouattara, n’a aucune considération des valeurs humaines, seul comptent à ses yeux, le pouvoir de l’argent. Voilà, que pour le narguer, l’affaiblir, le président Bédié et Soro fument le cigare, se promènent ensemble sur les bords de ses spirituels protecteurs lacs situés à Bédiékro, non loin de son village natal de Prépressou. Les deux discutent, échangent et cela fait très mal à Ouattara. Si tu ne veux pas que je mange, en mettant le feu sur ma bouche, alors moi aussi, je mettrai le même feu sur ton anus, comme ça, je ne peux pas manger et toi aussi, tu peux manger, sans aller à la selle. C’est dans ce schéma que les anciens « amoureux » d’hier, se donnent en spectacle aujourd’hui.

Soro et le président Bédié, ce n’est pas une affaire, de viens prendre ma place. C’est un jeu règlement de compte de damier et d’awalé.  Donc, pour ceux qui pensent que le président Bédié prendrait Soro pour en faire son dauphin, qu’ils se détrompent. De toutes les pêches de Ouattara, la seule prise du président Bédié, les met hors lui. Soro et le président Bédié, c’est juste pour narguer Ouattara, le dérouter, le fragiliser car le seul départ, le seul divorce entre Soro et Ouattara, fait courir, des risques que le président Bédié, veut contenir. Il n’y a donc pas matière à parier sur quoi ce que ce soit.

Pour la plateforme initiée par le président Bédié, inutile d’y voir plus claire que son initiateur. Le président Bédié, sait ce qu’il doit aux ivoiriens. Son appel en faveur de Ouattara, en 2015, a coûté la vie aux ivoiriens. Il ne va pas encore pas se fragiliser pour que ses actes politiques détruisent enfin, ce beau pays. Qui peut prétendre aimer la Côte d’Ivoire plus que le président Bédié ? C’est son service de communication, qui ne suit pas la cadence sinon, il n’est pas prêt à demander à Soro, de venir se substituer aux cadres de son parti. Le président Bédié parle peu ou rarement que ses actes, sont difficilement déchiffrables. Ce qui se passe en Côte d’Ivoire, c’est juste, la vengeance aux deux visages entre des alliés. Le vrai combat politique pour dégager Ouattara a commencé. Inutile de se jeter dans des doutes pour laisser la Côte d’Ivoire entre les mains, des médiocres, c’est le moment, de l’union et observons la suite.

                                                                                           Joël ETTIEN

                                                  Directeur de publication : businessactuality.com 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.