Côte d‘Ivoire: Encore l’injustice pour l’installation du maire élu du Plateau

Et ça rebelote en Côte d’Ivoire. Le pouvoir continue de piétiner sur les institutions de la république de ce pays. Malgré l’école ivoirienne en déliquescence et moribonde qui ne fait aucun effet sur le pouvoir, l’installation du maire de la commune du Plateau, continue de subir la cruauté du régime de Ouattara.

Trop de bruits dans le camp du candidat Sawegnon pendant la campagne qui a accouché d’une herbe sèche. On a tous en idée, les conditions de fraude, de viol, de vol, d’intimidation, de violence, de braquage des urnes, le candidat Jacques Ehouo a bel et bien gagné les élections municipales au Plateau. Pourquoi, son installation pose un problème ? La réponse se trouve dans son propre camp politique le PDCI RDA. Le régime ivoirien, n’aime pas les négociations, venu au pouvoir la force, c’est la force qu’il adule.

Le slogan de campagne du candidat Jacques Ehouo, fait la différence : « sans bruit » et l’homme, à le voir, n’aime pas le bruit, mais le travail bien fait. Est-ce pour cette raison qu’il doit subir cette grosse injustice ?

Dans la matinée du 14 octobre 2018, des urnes sont braquées et s’en suit, un véritable rodéo dans un film. La fin du film, le candidat sans bruit, est proclamé vainqueur et reconnu par tous les organismes en charge des élections en Côte d’Ivoire. La liste conduite par sans bruit, reconnue victorieuse, devrait en principe, être installée si on était, dans un état de droit. Voyant la période de son installation approchée, le pouvoir va fabriquer des membres de la liste du candidat malheureux à venir troubler le sommeil du maire élu. D’où sortent ceux que je vais citer et de quel droit peuvent-ils influencer l’installation du maire s’ils prétendent être sur sa liste ? Diallo Mory, Diakité, Koffi Martin, ces convoyeurs de mensonges et des troubleurs à l’ordre public qui, logiquement, devraient faire l’objet de poursuites judiciaires, parce qu’ils complotent contre les résultats reconnus par la commission électorale indépendante la CEI. Ce sont ceux-là, payés par le candidat malheureux, de Sawegnon qui prétendent parler au nom des habitants de la commune du Plateau. Quand est ce que le régime de Ouattara, va arrêter ces comportements de voyous pour s’attaquer aux vrais problèmes du pays ? De cette attitude, ils vont attiser la colère des habitants de la commune de Plateau, qui ont cru que vers la fin, la justice sera rendue en faveur de Jacques Ehouo.

Le candidat Jacques Ehouo, n’est pas violent, c’est un compatriote que les habitants du Plateau, ont élu pour la conduite des affaires de leur commune. Si ce n’est pas des farfelues de montage grossier l’incriminant d’avoir détourné de l’argent de la mairie, ce sont les médias payés pour le salir. Ce que les Ouattara croient bien faire, détruisent, l’image de la Côte d’Ivoire. Si le candidat Jacques Ehouo, ne veut pas de leur RHDP, où, est donc le problème de bloquer son installation ? Nous croyons que ses familles biologique et politique, ne vont pas croiser les bras et le laisser seul face à ces prédateurs, le ronger et le détruire, parce qu’il est quand-même l’élu de la mairie qui est le phare de l’Afrique de l’ouest.  

                                                                                                          Joël ETTIEN

                                                            Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.