Côte d’Ivoire: Lettre ouverte au Président Laurent Gbagbo…Par Nestor Koffi

À Monsieur le Président,

Avant l’entame de ce qui peut-être considéré comme une interpellation, permettez-moi Monsieur le Président Gbagbo, de vous adresser toute ma compassion renouvelée. Mais surtout, ce qui compte pour nous, et qui nous soulage aujourd’hui, c’est votre acquittement après vous avoir séquestré,voire pris en otage politique pendant près d’une décennie sans une preuve tangible, si ce n’est pas une volonté manifeste de nuire, et surtout une collusion contre notre chère Côte d’Ivoire, que vous avez eu la malchance d’être à sa tête en ce moment là.

Si ce n’était vous, ça aurait pu être n’importe quel autre ivoirien qui serait à votre place. C’est injuste, mais politique oblige. Comme j’ai pour coutumes de dire: la politique a ses raisons que la logique ignore. Bref! Au nom  du peuple sans voix de la Côte-d’Ivoire, je vous dis notre traditionnel « Yako ».  J’ai eu sans cesse, le désir d’aller vous voir, mais toutes les tentatives n’ont pu aboutir, car ce n’était pas à la portée de l’Ivoirien lambdas, de pouvoir aller vous apporter sa compassion et vous manifester son soutien indéfectible. Néanmoins, il n’en demeure pas moins, que tous ceux qui sont Gbagbo compatibles comme moi, vous soutenions, dans la résistance patriotique, en esprit mais surtout en prière pour le bon dénouement.

Chaque fois que Monsieur HOUDIN se déplaçait  pour vous voir, je lui demandais de vous transmettre nos soutiens et affections. Dieu merci, même si vous n’êtes pas encore de retour parmi nous, nous sommes quand même satisfaits de ne plus vous savoir entre quatre murs, derrière les barreaux, une situation affligeante et humiliante pour tout Ivoirien digne de ce nom. Vous avez payé le prix pour la Côte d’Ivoire. Ce qui est certain dans une expression bien de chez nous, tout près n’est pas loin.

Mais, le but de ma lettre réside dans un sincère pardon à vous, qui vient de nous les Gbagbo compatibles, et en mon nom propre pour tout ce que  chacun des Ivoiriens à chaque niveau, a pu poser comme acte pour en arriver là. Pardon Monsieur le Président, vous avez payé le prix et vous continuez de le payer, tout en ayant une pensée fertile pour les victimes et morts de cette stupide crise qu’on aurait pu éviter. C’est la cupidité de l’humain dans ses œuvres destructrices. Alors qu’avec un peu de sagesse on aurait pu nous épargner l’irréparable.

Vous connaissant, je sais que vous avez tout, je dis bien tout pardonné. Vous savez, Monsieur le Président Gbagbo, votre pays et le peuple que vous aimez  tant, souffrent depuis des décennies maintenant, je vous interpelle pour vous dire, notre désir, est que vous retournez chez nous pour prendre toute votre place. Aussi, il convient de vous dire que notre pays va mal, très mal car, celui qui est à votre place par la force des choses ne veut pas appliquer votre thèse ou théorie qui consiste à dire : « Asseyons-nous pour discuter ». Il est dans une arrogance et mépris innommables, malgré la souffrance du peuple et l’endettement abyssal, la Côte d’Ivoire se meurt à cause des fausses promesses et le mensonge. Un pays supposé être émergent qui accepte du riz avarié, toxique. Aucun dialogue pour ceux qui se réclament enfants du Président Félix HOUPHOUET BOIGNY, sans sa philosophie de dialogue, mais dans une dérive autoritaire et dictatoriale. Un pays où on n’a plus le droit de désir, ni le droit de parler. Nous sommes contraints à la pensée unique, pour pouvoir exister. Le temple du savoir, donc le futur de notre pays est dans la main d’une inculte, car la volonté du régime RHDP unifié réside dans une volonté d’aliénation du peuple pour mieux nous exploiter.

Vous savez , j’écoute beaucoup de nos concitoyens qui sont résignés voire dépassés par les événements et ne savent plus à quel saint se vouer. On ne peut plus faire confiance à personne. Le pays va dans l’abîme. Oui, je sais que l’opposition de gauche qui vous ont pour référent, réunie en l’ EDS est une plateforme qui n’est pas neutre, EDS est exclusivement de gauche, elle a toute sa place dans la nouvelle plateforme non clivante et non idéologique pour tous les Ivoiriens non unifiés dans le parti RHDP, et cette plateforme qui n’est pas une alliance contraignante, doit mettre ensemble toute l’opposition pour sauver notre pays, comme le propose le Président Bédié. J’ai même mis le pavé dans la marre en proposant un tandem Bédié /Gbagbo pour 2020 où chacun de vous fera la moitié du mandat pour remettre les institutions et le pays sur les rails dans la paix retrouvée.

Monsieur le Président Gbagbo, j’ai une doléance, je vous demande la paix des braves, je sais que vous avez fait assez de sacrifice. Mais cet ultime sacrifice est un impératif pour sauver le pays devant l’histoire. Je vous prie au nom du peuple sans voix et en mon nom propre de dire un mot et notre chère Côte d’Ivoire sera libérée.

Monsieur le Président Gbagbo, notre belle Côte d’Ivoire 🇨🇮 que vous avez dirigé sa destinée vous appelle. Tendez votre généreuse main légendaire à tout épreuve pour la sauver en disant un seul mot.

Longue vie à vous.

Vive la Côte d’Ivoire libre et apaisée.

Espérant une suite favorable, connaissance votre hauteur de vue et votre sens élevé du devoir, recevez Monsieur le Président Gbagbo, l’expression de ma plus haute considération.

Pour le comité de veille
Nestor KOFFI 
Ambassadeur universel de la paix 
Membre du bureau politique du PDCI RDA 
Officier de l’ordre national du mérite agricole 
Officier de l’ordre national du mérite de la gastronomie française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.