Côte d’Ivoire: Alliance, des partis politiques de gauche et droite ivoiriens, est-elle possible?

Les ivoiriens dans leur grand ensemble désirent la paix et au moment où, ils s’approchent de la réalité, certains y mettent le doute et les ivoiriens, sont dans la peur et pourtant, il n’y a rien de tout cela.

Dans leurs différents états-majors, des hommes et des femmes affûtent leurs points de vue pour y parvenir. Au PDCI RDA comme au FPI, comme dans un orchestre, chacun cherche son instrument pour le concert. Ce qui était dans l’ombre, fait jour. Alors, l’espoir d’unir le PDCI RDA et le FPI est possible.

La Lettre du Contient, dans son édition du 10 avril 2019 numéro 788, fait des révélations réjouissantes. Voici, ce que le confrère écrit : « Côte d’Ivoire/Guinée, Ahoua Don Méllo, artisan d’une coalition pro-Gbagbo »

Monsieur Chine et conseillé spécial d’Alpha Condé chargé des grands projets, Ahoua Don Méllo est à la manœuvre pour tenter de souder les partis de gauche en Côte d’Ivoire à l’approche de la présidentielle de 2020. Cet ingénieur des ponts et chaussées en France, ancien ministre de Laurent Gbagbo, a déjà rencontré l’ex-chef d’état ivoirien, le 14 septembre et le 6 décembre dernier à la prison de Scheveningen, à la Haye, au Pays-Bas, avant de s’entretenir de nouveau avec lui le 17 mars à Bruxelles. Au cours de ces deux dernières visites, Ahoua Don Méllo était entouré de Assoa Adou, secrétaire général du Front Populaire Ivoirien (FPI), et de Nadiana « Nady » Bamba. Au cours de ces rencontres, ont été évoqués les moyens de réconcilier les différents courants et partis de gauche en vue d’un front commun. Ce front n’exclut d’ailleurs pas, une alliance avec le PDCI RDA de Konan Bédié. Outre le FPI, sont visés par cette rencontre le Lider de l’ex-président de l’Assemblée Nationale, Mamadou Koulibaly tout comme la mouvance du FPI emmenée par Pascal Affi N’guessan, fin de citation ».

A croire au confrère, la Lettre du Continent, les ivoiriens, ne doivent avoir peur de rien car il s’agit de leur avenir. S’ils ne comprennent pas aujourd’hui, la nécessité de cette alliance et qu’ils laissent, le pouvoir ivoirien, organisé des élections, c’est le chaos. Alors, vaut mieux prévenir que de guérir. Ils ont fait trop de calcul sans résultat probant qui a mis le pays dans cet état. Quand une maison, brûle, on ne cherche pas la qualité de l’eau pour l’éteindre. Alors ensemble, tous les ivoiriens doivent encourager cette étape importante, des leaders politiques, pour une paix durable.

                                                                                         Joël ETTIEN

                                      Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.