Côte d’Ivoire/Hommage au président Bédié: A 85 ans, le président Bédié, mérite bien de la chaleur

Un 5 mai de 1934, le soleil s’était mêlé à la fine pluie de Daoukro pour permettre au petit Konan de naître dans des meilleures conditions. Le petit Konan, super altruiste, rangé, méthodique et intelligent, va se voir baptiser et le prête va lui donner le prénom Aimé.

Sur le chemin de sa vie, les diplômes et tableaux d’honneur vont couronner ses différents passages à succès, jusqu’à ce qu’il arrive en France pour ses études supérieures, sanctionnées son ascension. Il fera, donc la connaissance de Bomo Henriette Koizan et pour lui manifester sa fidélité, ajoutera, Henri pour que cela fasse beau et après leur mariage, les ivoiriens auront leur leader, qui se nommera : Aimé Henri Konan Bédié, le patriote, le sphinx de Daoukro, N’zuéba, qui signifie la rivière. L’homme providentiel, attire toujours la pluie dans ses déplacements. De sa première bougie à ses 85 bougies, l’homme a vu des vertes et des pas mures. Mais il tient toujours sur ses pieds et a sa mémoire comparable à celle, d’un disque dur.

Au regard de tout ce parcours, le président du pdci rda, voit l’avenir avec certitude, mais se dit, qu’il est temps de couver ses enfants politiques, les protéger contre le renard qui rôde autour de sa basse-cour et happe ses fils indélicats qui ne suivent pas la cadence. L’homme, très avertit, réserve des surprises de taille à l’approche de 2020 et beaucoup seront surpris, c’est ça aussi, le doyen pour certains et le père pour d’autres, comme nous autres.

Joyeux anniversaire, Konan,

Joyeux anniversaire, Bédié

Joyeux anniversaire, Henri

Joyeux anniversaire, Aimé

Joyeux anniversaire, Aimé Henri Konan Bédié !

A cet âge des 85 ans, il sourit à la vie et la vie lui réserve la santé. Ayant seul, le secret de cette longévité, que Dieu et tous les grands esprits, le protègent, lui confèrent encore et encore, la santé. Je m’incline à son passage et je loue Dieu, de le garder longtemps, pour voir sa semence produire, les bons fruits pour une fin harmonieuse. Papa, je passais devant ta porte et j’ai eu cette inspiration pour toi que j’ai déposée, dans la corbeille pleine de vœux pour tes 85 ans, qui me font plaisir. Rien de plus beau, quant au soir de la victoire de 2020, on se met en rang pour lui offrir, oui, à notre patriarche, le plus grand des succès de sa vie et qu’il embrasse et bénisse ce trophée lourd d’or et d’esprit, pour qu’à son tour, tenant droit devant le repos éternel de son père Félix Houphouët Boigny, qu’il lui dise : « Nanan Môh, Nanan Môh » pour que les écluses des cieux lui soient ouverts avec des étoiles pour illuminer, le reste de son parcours, le chemin de sa vie.

                                                                                                       Joël ETTIEN 

                                      Directeur de publication: businessactuality.com   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.