Côte d’Ivoire: La fuite des cadres PDCI RDA au RHDP, le président Bédié, le poignard dans le dos ?

Depuis un certain moment, la vie sociopolitique ivoirienne est devenue riche en trahison et en rebonds. De tous les fuyards du PDCI RDA, celui qui fait mal et très mal au président Bédié, c’est bien le cas d’un certain Ahoussou Jeannot et pourquoi, suivez mon regard.

Que ceux qui considèrent que le président Bédié se la coule douce, se détrompent. Très jeune sous le président Houphouët, il avait été remercié de ses responsabilités ministérielles pour se retrouver comme ambassadeur aux USA, c’était une punition, son premier désaveu. Les interprétations, sont allés dans différents trains et l’homme a essuyé la fronde, sans mot dire. Pendant ce temps, voyant les choses venir, il s’était battu pour offrir des bourses d’étude à des jeunes bacheliers comme les Zémogo Fofana, Gomis et j’en passe et tous, lui ont tourné le dos.

Deuxième affront, le coup d’état de décembre 1999, fomenté par Ouattara qui le chasse du pouvoir, l’homme n’a rien dit et essuyé ses larmes, mais son cœur était lourd de stigmates. En homme politique avisé et avec ses affaires, il a cru bien faire, en confiant, son conseil juridique à un certain Ahoussou Jeannot, dont on n’a jamais vu son cabinet ou entendu, un procès gagné et qui n’a passé tout son temps qu’à faire des coups fourrés. Il était le seul en qui, le président Bédié faisait une confiance aveugle. Le président se disait que tout le monde peut le trahir, sauf Ahoussou Jeannot. Le couteau si long, était caché derrière ses différents costumes et comme Judas, le planque dans son dos, celui qui a fait de lui, d’un simple rangeur de dossiers, un grand avocat, un grand homme politique. Le président Bédié a soigné l’impuissance politique de ce Ahoussou Jeannot et lui, à son tour, a séché cette fraternité sur la corde de la trahison, pour de l’argent et des postes. Pitié et que Didiévi, ait son avenir. Si le président Bédié ne le fait pas sentir, l’homme a mal, très mal. Comment, ce sont ceux à qui, il a rendu service, en d’autres termes, il a essuyé leurs fesses qui lui plantent ce gros poignard dans son dos ? On les appelait autrefois, l’entourage fermé, les plus proches collaborateurs du président Bédié. Ils sont tous de son ethnie et voilà ce que ça donne, la honte. Pour Charles Diby, tout le monde connait sa nonchalance, mais pour Ahoussou Jeannot, seul le ciel l’arrosera de ses pluies pour faire pousser sa semence de grains stériles. Il croit arriver ? Le président Houphouët, disait et je cite : « dans la vie, on ne juge pas au départ, mais à l’arrivée ». Mais n’a-t-on pas coutume de dire aussi que celui qui crache là-haut, doit s’attendre à recevoir des gouttes sur son nez ?

Quoiqu’on dise, je loue le courage du président Bédié, en homme avisé, va régler le compte de tous ces ingrats avec l’alliance qu’il vient de convaincre le président Gbagbo à sceller. Dans tous les cas, il y a toujours des cas. Ils sont partis, mais ceux dont on doutait de leur fidélité et de leur loyauté, sont restés, Guikahué, Akossi Bendjo, Thierry Tano, Jean Louis Billon, pour ne citer que ceux-là.

En quoi, Ahoussou Jeannot a-t-il fait confiance à Ouattara pour aller lui confier son destin ? Il connaissait Ouattara où et il pense arriver où avec lui ? La fuite de ces cadres du PDCI RDA, est un mal nécessaire, car pour moi, Ouattara a permis au président Bédié et au président Gbagbo, d’extirper les mauvais grains, les traîtres, nettoyer leurs partis politiques de ces nationalités douteuses et aujourd’hui, le PDCI RDA du président Bédié, est devenu propre et sera tenu par des vrais ivoiriens pour la bataille.

Quand tout le troupeau regagnera le bercail, on dirait qu’il avait pressenti les choses venir, que le président avait convoqué la famille biologique de l’ancien maire du Plateau, M. Akossi Bendjo, pour demander officiellement, son retour. Quel visionnaire, le président Bédié ! Comme un entraineur, il va recomposer une nouvelle équipe capable d’affronter toutes les épreuves. Dans cette lutte qui va opposer les ivoiriens aux allogènes, on verra qui remportera la médaille. Inutile donc, de distribuer des cartes d’identité à des étrangers, les ivoiriens, ont tout compris. Le PDCI RDA en alliance avec le FPI et bientôt, Soro Guillaume qui ratisse tout le nord, Ouattara va passer sur quel cadavre pour proclamer sa victoire ? Il appartient donc aux ivoiriens, de taire leurs rancœurs et d’éviter de tomber dans les émotions et regarder l’avenir avec optimisme car les bonnes choses, sont toujours pour la fin. Ce couteau planté dans le dos du président Bédié, sera retiré, mais ils n’auront jamais sa mort physique, ni politique. Les ivoiriens arrivent et le pays sera à eux, n’en déplaise !

                                                                                              Joël ETTIEN

                                  Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.