Côte d’Ivoire: Le PDCI et le FPI doivent impérativement changer de stratégies

Gouverner durant 33 ans et 10 ans ce pays, et ne pas être capable de mettre hors d’état de nuire un régime sans assise nationale, c’est dégoûtant.

Quelle stratégie pour l’opposition en Cote d’Ivoire ?

Je suggère que l’opposition ivoirienne change de stratégie. Chanter la réconciliation à longueur de journée n’est pas la bonne méthode. D’ailleurs c’est le pouvoir qui étant en position de force devrait réclamer la réconciliation en tendant la main à l’opposition et non le contraire. Plus l’opposition chante la réconciliation, plus le pouvoir en place n’en a cure. La réconciliation arrange peut être cette opposition mais l’inverse n’est pas évident.

Pourquoi parce que le gouvernement est bien conscient que si tous les ivoiriens sont unis dans la réconciliation en parlant d’une seule voix, l’opposition peut récupérer les nombreux mécontentements des syndicats, des organisations de la société civile, des populations en général, etc. On ne prête pas le flanc aux opposants en politique et le gouvernement a en conscient. C’est pourquoi en lieu et place de réconciliation, le pouvoir, quoique parlant de celle-ci du bout des lèvres préfère tabler sur ses réalisations dont entre autres la construction des ponts et des hôpitaux, le bitumage de certaines routes, etc. Et cette stratégie fera gagner à coup sûr lors des élections de 2020.

C’est pourquoi, j’invite l’opposition ivoirienne à revoir sa copie car chanter la réconciliation n’est pas un bilan, n’est pas un programme de gouvernement. Quoiqu’il en soit il y aura toujours des divisions des mésententes, des divergences d’opinions entre les citoyens d’un un pays. S’entendre sur le minimum est l’essentiel pour co-habiter. Alors, l’opposition doit faire comme le gouvernement. Parler moins de la réconciliation et mettre en avant son programme de gouvernement s’il parvient au pouvoir. Quel programme de société, quel programme de développement cette opposition propose aux ivoiriens? Il faut apporter la réplique au pouvoir par des critiques objectives et constructives sur ce qu’il prétend avoir réalisé et ce ne sont pas les insuffisances qui manquent dans ces réalisations en proposant les meilleurs programmes de développement. C’est cette stratégie non payante de l’opposition que le gouvernement a vu pour conclure que “2020 c’est bouclé, c’est calé, c’est géré”. L’opposition n’est pas organisée, tout le monde veut être candidat en son sein parce qu’être président de la république offre un boulevard à tous les abus du pouvoir en Afrique en général et en Côte d’Ivoire en particulier. De plus, l’opposition, il n’a pas de plan de projet de développement pouvant attirer les ivoiriens pour l’instant, elle ne chante que la réconciliation à longueur de journée, comme si il faut que le pays s’arrête de fonctionner tant que la réconciliation n’est pas réglée.

On en finira jamais avec cette fameuse réconciliation. Souvenez-vous le forum de la réconciliation dialogue et vérité initié par le Président Gbagbo dès son accession au pouvoir. Toutes les forces vives de la nation s’y s’étaient exprimées y compris les leaders politiques. Pendant ce temps, les gens préparaient leur rébellion, et leur coup d’état. Alors réconciliation certes, mais pas en la chantant comme dans un poème. Il faut plutôt “attaquer” le gouvernement sur son terrain de prédilection c’est-à-dire ses prétendues réalisations et non nous rabâcher tous les jours ce que nous savons déjà à savoir entre autres: Le coup d’état de 1999, la guerre des héritiers, la rébellion, la réponse à la question de: qui a gagné les élections de 2010, la crise post électorale, etc. Oui on a tous vu ce qui s’est passé, pourquoi c’est arrivé, etc.

Le passé c’est le passé et on ne peut pas refaire ce qui s’est passé. Quand elle accédera au pouvoir l’opposition aura l’opportunité de revenir certains faits du passé si elle le désir mais pas maintenant. Il est donc temps qu’elle s’organise, qu’elle sort de son sommeil, qu’elle parle d’une seule voix, qu’elle propose un programme de développement aux ivoiriens, qu’elle exige des élections transparentes afin que le peuple de Côte d’Ivoire appréciera à travers les élections apaisées et transparentes. Voilà à mon avis comment l’opposition pourra être à la hauteur des élections à venir. Il faut qu’elle quitte dans la belligérance, dans la monotonie, dans le flou et présente l’image d’une force politique organisée, bien structurée avec un projet de programme de développement du pays.

Ziazia Yema Eckla

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.