Côte d’Ivoire: Un faux procès contre le président Bédié pour justifier leur mauvaise gouvernance

Ce qui se passe en Côte d’Ivoire, n’est autre chose que de la pure comédie qui justifie, la mauvaise foi du pouvoir ivoirien. Pour tous ceux qui se disent démocrates, le regard d’une vraie opposition ne doit pas effrayer mais plutôt, aider à la bonne gouvernance alors qu’en Côte d’Ivoire, le président Ouattara montre ses limites dans la gestion des affaires de l’état et crée lui-même la chienlit, se fait peur et veut contraindre ses compatriotes à partager, ses craintes et ses limites.

Depuis l’avènement des Ouattara au pouvoir, les ivoiriens n’ont jamais eu de quiétude puisqu’on leur donne comme quotidien, la frayeur. Au début, Ouattara a choisi lui-même son opposant qui est M. Affi Nguessan et qui lui colle à la peau de nos jours. Pensant pouvoir museler toute la classe politique ivoirienne, le mutisme coupable de cet opposant choisi sur le volet, rendait service à son mandant et la souffrance pesait lourde sur les ivoiriens. Depuis le divorce du PDCI RDA d’avec le RHDP, le vrai visage de M. Ouattara est mis au grand jour. Son voile est déchiré et tombé.

Pourquoi, vouloir tenter ce faux procès au président Bédié ? C’est du moins de la cécité politique qui se dégage dans le camp des Ouattara. Pourquoi, un tel constat peut-il provoquer autant de remous ? En effet, je confirme que la Côte d’Ivoire court de sérieux problèmes à tous les niveaux (sécuritaire, social, politique, scolaire, sanitaire, alimentaire, économique, financier) et j’en passe. Le bilan des Ouattara est nul car se reposant sur le mensonge, la gabegie, la corruption, le vol, le viol, la violence, le saupoudrage et vers la fin, c’est le regret et la honte. Mais peut-on vivre dans/avec ces valeurs ?

Il y a en effet plus de 200 000 clandestins étrangers qui pillent les ressources minières et abominent les forêts ivoiriennes. De ce constat, plus de 500 milliards de nos francs partent ainsi dans les poches de ces terroristes et le manque à gagner, est triste. Les écoles sont en faillite, les hôpitaux devenus des mouroirs, le panier de la ménagère est rempli de poisons alimentaires, l’insécurité est galopante et la Côte d’Ivoire est ouverte et exposée à tous les malfrats de ce monde. La capitale économique Abidjan est surpeuplée et soumise à tous les criminels, mafieux et les grands bandits des grands chemins. Abidjan est devenue la plate tournante des hors-la-loi et sert de carrefour à tous les trafics. Les forces de l’ordre, moins équipées, assistent impuissantes aux désordres. L’argent ivoirien atterrit dans des comptes de l’ivoirien nouveau et le vrai ivoirien a faim et se meurt à petit feu.

La police a mis la main sur plus de 20 mille fausses cartes d’identité alors que l’opération n’a même pas encore commencé, où sont passés ces faux documents ? Devant qui, ils ont été incinérés ou détruits ? Le riz avarié dont on a de cesse d’en parler, où est-il ? Ces délinquants mineurs, appelés microbes qui tuent, blessent, pourquoi, les forces de l’ordre, ne leur arrivent pas à bout ? Ces conflits inter-communautaires, qu’attendons-nous ou qui attendons-nous pour aborder ces problèmes ? Oui, il y a des étrangers qui terrorisent la population avec des armes à feu, blanches, semant terreur et furia, sans être inquiétés, on attend qui pour les renvoyer chez eux, après les avoir jugés ?

Le pouvoir ivoirien, à force de minimiser tous ces problèmes, se retrouve envahi et ne sait plus par où aborder le problème qui le rend impuissant et il veut encore imputer ses tares sur les constats du président Bédié pour lui faire porte le chapeau, en faisant ressortir, le concept de l’ivoirité. Non, il ne s’agit pas de réveiller des vieux démons qui ne feront aucun effet. Dans le monde entier, on peut être naturalisé tout en venant de quelque part, c’est ce qu’on appelle, les origines. Ainsi, on peut être français d’origine ivoirienne, belge d’origine guinéenne, américain d’origine française, et j’en passe, mais pourquoi, en Côte d’Ivoire, être originaire de quelque part, est supposé être un crime ? Mais à y voir de près, le vrai nordiste ivoirien, le Mahouka, l’odiennéka, ne se sent pas concerné par ce débat, parce que lui-même, est surpris de l’arrivée massive de ces terroristes sur son sol, il constate que le pouvoir, n’est plus capable de lui venir en aide, se muant dans un silence déplorable. Ce sont les dioula d’Abidjan, d’Oumé, d’Agboville, d’Anyama, de Daloa, de Gagnoa, etc.. qui se sentent indexés parce que justement, ils ne sont pas les vrais ivoiriens.

Quand le président Gbagbo quittait le pouvoir, la population ivoirienne était de 20 millions d’habitants, aujourd’hui, on dénombre plus de 26 millions d’ivoiriens. Qui sont ces champions d’ivoiriens qui ont eu la force de faire autant d’enfants en si peu de temps ? En 8 ans, la population ivoirienne a triplé et le dire, est synonyme d’ivoiritaire.

Non, les vrais problèmes ivoiriens, ne sont plus d’autres que les Ouattara eux-mêmes qui, pour peu, travestissent tout, pour crier au loup et pour cette fois-ci, la mayonnaise ne prendra pas. Que dire du président américain, le 1er jour de son élection, a proclamé haut et fort, l’américain d’abord. Aujourd’hui, tout le monde entier se barricade, se protège des étrangers, c’est en Côte d’Ivoire, dire à quelqu’un qu’il est étranger, est sujet à fouetter. Non, le président Bédié, n’est pas xénophobe encore moins, ivoiritaire, c’est les Ouattara qui sont malhonnêtes.

C’est encore là, l’occasion plus que jamais, donnée aux ivoiriens, amis et sympathisants de se donner la main et éviter le chaos que les Ouattara préparent pour justifier leur carence. Le procès qu’ils tentent au président Bédié, est un faux procès.

                                                                                             Joël ETTIEN

                              Directeur de publication : businessactuality.com    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.