Côte d’ivoire: Le seul pays au monde où il est interdit de parler d’immigrés clandestins ou d’étrangers clandestins-orpailleurs.. ( par Liade Gnazegbo)

Le président Henri Konan Bédié n’est pas contre la présence  des étrangers sur le sol Ivoirien,  car le choix d’aller vivre dans un  pays autre que le sien, est une émotion que l’on exprime. Économiquement et humainement, un pays ne peut pas vivre à vase clos ou  en autarcie.

La Côte d’Ivoire est classée, premier pays immigrationniste au monde avec plus de 45 % d’étrangers sur sa population de 25 millions d’habitants, alors que la puissance France n’a que 11% d’étrangers sur sa population qui avoisine les 67 millions d’habitants. La première puissance économique  mondiale, les États-Unis d’Amérique,  est entrain de construire un mur à ses frontières avec le Mexique, afin d’empêcher l’arrivée d’autres immigrés clandestins mexicains sur son sol… La France continue d’expulser des immigrés clandestins vers leurs pays d’origines,  afin de prévenir ou d’éviter des attentats sur son territoire. Contrairement aux politiques Ivoiriens, les leaders de toutes les formations politiques occidentales, sont unanimes sur les questions sécuritaires de leurs frontières.

Après les déclarations du président Bédié, certains leaders politiques de l’opposition, ont préféré adopter la politique de l’autruche ou la politique de la  langue de bois.  Par exemple, monsieur Mamadou Koulibaly du Leader, explique que les étrangers sont une chance pour un pays car ces derniers constitueraient un socle de développement durable. Mais ce que Mamadou Koulibaly oublie ou veut occulter, c’est que ces immigrés qui vivent illégalement  sur le sol Ivoirien, sont majoritairement originaires des pays de  l’Afrique de l’ouest, et représentaient à eux seuls  plus de 40 % de la population ivoirienne qui est de 25 millions d’habitants. Alors que le Sénégal, la Guinée, le Mali, le Burkina, le Niger, ont seulement accueilli 2 à 3 % d’immigrés sur leur sol.

Par ailleurs,  les statiques de 1989 et 1998 sur l’immigration dans notre pays, ont révélé la grande implication de criminalité des étrangers dans tous  les domaines:  69 % des vols avec effraction, 67 % des infractions sexuelles, 58 % des vols à main armée et plus de 50 % des coups et blessures sont à l’actif des malfrats étrangers en Côte d’ivoire. Si les étrangers étaient une chance ou une source de développement d’un pays, alors pourquoi les autres pays de la sous région,  n’en feraient-ils pas la demande, afin de moderniser leurs territoires?

Après Mamadou Koulibaly, la branche FPI d’Affi et EDS n’ont pas pris de position et souhaitent qu’une enquête internationale, soit d’abord diligentée sur ce qu’a dit le président Bédié. Mais ces deux leaders ne nous disent pas qui diligentera cette enquête dans un régime dictatorial ?

Indépendamment de ces trois leaders cités ci-dessus (Affi, Armand Ognin, Mamadou Koulibaly), certains leaders de l’opposition, ont explicitement exprimé leur soutien ou ont adhéré aux propos tenus par le président Bédié, ce sont : Madame Affoussiata Bamba du mouvement RACI, monsieur Anaky Kobena du MFA, madame Boni-Claverie, monsieur Gnamien Konan, madame Bro Grebe et monsieur Bah Enoc du CRI. Ces personnalités politiques ont donné une position républicaine qu’il faut saluer et applaudir, car la politique a besoin de clarification. Maintenant nous attendons la position  du FPI du président Gbagbo et des petits partis politiques membres de la plateforme de Bédié. Les questions de l’immigration clandestine devraient préoccuper toute la classe politique Ivoirienne sans aucune hypocrisie politicienne ou d’appartenance ethnique ou religieuse.  Apportons notre soutien au président Henri Konan Bédié du PDCI RDA.

Liade G ( opinion personnelle)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.