Côte d’Ivoire: Lettre ouverte au président Alassane Dramane Ouattara

Monsieur le président de la république,

De loin, je vous observe et jusque-là, la situation du pays a du mal à rassembler et à réjouir la masse populaire. J’observe depuis mon lieu de résidence et en dépit de tous les appels, critiques et suggestions, la machine n’arrive à démarrer et le pays est bloqué. Tous vos anciens amis vous ont quitté et malgré l’apparence joviale que vous affichez, ça ne va pas.

Avant votre arrivée dans le paysage politique ivoirien, tout allait bien et même très bien. Quand on a annoncé votre arrivée dans les années 1990, je faisais parti de ceux qui étaient super heureux, car, je vous avais vu pour la première fois à l’ambassade de notre pays à Washington, vous dégagiez à cette période la confiance et l’expert. A cause de vous, j’ai failli rentrer m’investir au pays, mais ma formation n’étant pas achevée, j’ai été contraint de la terminer et la longueur de celle-ci, m’a permis de vous observer.

Votre entourage qui jouit des bienfaits des richesses du pays, vous fait croire que tout va bien et super bien, eh bien non monsieur le président. Vous êtes isolé et tous les ivoiriens prient pour votre départ et certains pour votre chute. Pour ce bagage en expert dans tous les domaines des finances, vous semblez satisfaire les étrangers que les nationaux, pourtant bénéficiaires des richesses de leur terre. Vous êtes coupé du monde ivoire et ses réalités se sont éloignées de vos préoccupations. Ça ne va pas dans le pays et je pense que c’est trop tard. Pour le bonheur de tout pays, il fallait permettre aux nationaux de créer des emplois et des industries de transformation. On ne développe pas un pays, avec le commerce quand le revenu national brut ne lui permet pas d’en jouir. Toutes vos réalisations sont des mirages et les étrangers détiennent l’économie, narguant les nationaux. Vous avez désespéré tous les ivoiriens.

Tous les ivoiriens qui avaient un peu de moyens financiers et intellectuels avant votre avènement, vous les avez appauvris, chassés certains du pays et la pression est au quotidien de votre gouvernance. Pour qu’un pays émerge, il faut tout simplement rassembler tous vos compatriotes et dans les différents secteurs qu’ils émergeaient, vous ne les avez pas encouragés ou renforcés pour créer des richesses internes. Le peuple crie et vous le regardez dans votre tour d’ivoire avec joie comme si votre cœur était ailleurs. Pourquoi, êtes-vous venu au pouvoir donc ?

Votre RHDP, n’est pas une solution, mais plutôt une dérive et votre entourage pourtant minoritaire, vous y enfonce et vous le croyez. Votre gouvernance rime avec la dictature, l’oppression et la majorité a peur très peur de vous faire des suggestions. Vous ne manifestez aucun amour à vos compatriotes et pourtant, on ne peut pas gouverner un peuple sans amour. Si personne ne peut vous approcher et c’est toujours les mêmes visages que vous voyez, c’est que vous êtes déjà dans le mur. C’est vraiment dommage que toute cette grosse espérance des années 90 se transforme en cauchemar aujourd’hui. Du coup, votre bilan est globalement négatif, je vous le dis et le pays n’est plus doux à vivre.

La souffrance du peuple parait votre délice. Les prisons sont bondées de ceux qui ont cru au bonheur, même s’ils n’étaient pas de votre obédience politique. Ils ne sont pas jugés et vivent dans des conditions inhumaines et leurs parents ne savent plus à quels saints se vouer et vous semblez vraiment heureux. Vous êtes assis sur un volcan et je ne voudrais pas qu’il explose car ses conséquences seront désastreuses. Si, c’est ce que vous souhaitez, eh bien monsieur le président de la république, cette explosion n’est pas loin.

Tout ce qui meuble votre agenda, comment vider les partis politiques pour rendre fort, votre RHDP et cela est devenu, une obsession. Les ivoiriens souffrent et leur malheur n’a plus de solution et le tunnel reste obscurci sans lumière.

Vous n’imprimez pas des signes d’apaisement et de décrispation. Tous les jours, c’est la chasse à l’homme et les ivoiriens croient qu’ils sont entourés de milice armée.

Si on ne peut pas vous parler, si on ne peut pas aider à comprendre votre échec qui est palpable, on fait comment ? On peut tromper une partie du peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. C’est un peuple, monsieur le président de la république. Votre entourage ne vous dit pas la vérité parce qu’il s’empiffre dans ses biens et le peuple prie pour votre chute qu’il va occasionner tôt ou tard.

Ne m’en voulez pas, je voudrais simplement vous faire partager ma contribution.

Dieu garde ce beau pays qui sombre dans l’abîme tous les jours et qu’un jour, le vrai soleil s’illumine pour qu’un vrai ivoirien, vienne relever tous ces gros défis et la pauvreté qui est devenue leur quotidien. Vous avez appauvri ce beau pays, je ne sais pas si c’est du voulu, mais vous risquez de le payer.

Portez-vous bien et sachez que la chasse à l’homme, n’est pas une bonne politique. Le rattrapage ethnique aussi, vous a conduit tout droit dans l’échec et c’est trop tard. Ce que vous pouvez éviter, vous l’avez occasionné.

                                                                               Joël ETTIEN

                                                      Directeur de publication : businessactuality.com

                                                                 Ivoirien soucieux de l’avenir de son pays

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.