Cote d’Ivoire: Quand Ouattara prépare la guerre, les ivoiriens doivent préparer la paix.

L’assemblée nationale ivoirienne vient de voter la loi sur la commission électorale indépendante, la fameuse CEI et comme cela ne suffisait pas, les sénateurs leur ont emboîté le pas. Que veut réellement le pouvoir ivoirien ?

On a souvent cru que le président Ouattara aimait véritablement ses compatriotes ivoiriens, mais hélas, car en confirmant Youssouf Bakayoko, le président de cette commission à son poste de président pour le proclamer vainqueur sans tenir compte des réels résultats, c’est injuste et méchant. C’est ce Youssouf Bakayoko qui a fait tuer plus de 3 000 ivoiriens en 2010, pour lesquels, seul le camp du président Gbagbo continue de payer, le lourd tribut.  C’est le même Youssouf Bakayoko, cet assassin au col blanc qui, récemment pour une simple élection locale, a fait tuer encore des ivoiriens sans compter les dégâts matériels. C’est le même Bakayoko, qui est responsable de tous les malheurs des ivoiriens et qui vient d’être confirmé dans ses fonctions de président de cette commission. Ouattara a-t-il idée de la dangerosité de ce type qui le confirme, ou fait-il exprès pour se moquer des ivoiriens ? Mais à quelle fin ?

Le monde entier regarde la Côte d‘Ivoire et son président incompétent et méchant. Rien ne compte à ses yeux si ce n’est pour régler ses comptes. Comment, ce que les autres font dans la quiétude, Ouattara se sert de la barbarie ? Les ghanéens sont juste à côté de lui, et lui donnent des leçons dans ce sens, mais, la cruauté de son cœur, l’empêche de voir la vérité. Pourquoi, une élection peu importe son importance, crée plus de soucis, d’angoisse en Côte d’Ivoire ?

Un cadre du PDCI RDA disait ceci et je cite : « la Côte d’Ivoire est le seul pays, où il n’y a jamais eu de passation de charge au sommet de l’état. Le président Houphouët est mort, il n’y a pas eu de passation des charges. Le président Bédié a été chassé du pouvoir par un coup d’état par le même Ouattara, sans passation de charge, le président Gueï a été chassé du pouvoir par la rue, sans passation, le président Gbagbo, chassé sans passation de charge, fin de citation »

Dans un tel pays, qui peut se sentir en sécurité à l’approche d’une élection ? Tout se détruit et Ouattara va tout détruire avant de partir du pouvoir. La commission électorale indépendante, est la source de tous les problèmes ivoiriens. Le constatant, l’opposition lui donne la possibilité d’y remédier, il fait la sourde oreille et les ivoiriens, vivent dans la peur, l’angoisse à l’approche des élections présidentielles de 2020. Aucun signal n’est vert, rien ne peut alerter Ouattara et il fonce tout droit dans le mur. Il fait tout avec force. Les choses les plus simples, il les complique et aider en cela par des suiveurs, des mangeurs qui le trompent en longueur de journée pour lui faire croire qu’il est un dieu sur la terre des ivoiriens. Ouattara prépare la guerre aux ivoiriens.

Dès qu’il sent que dans les autres camps, il y a des cadres capables de se candidater, il les juge et les condamne à 20 ans d’emprisonnement. Il a chassé tous les cadres ivoiriens et ceux-ci meurent dans des conditions atroces et cela ne l’interpelle guère. Les derniers en date, ce sont les ministres Mel Théodore, Phillipe Atey, dont il est prêt à recevoir leur cadavre. Le chômage endémique tue les ivoiriens plus que le sida. La jeune ivoirienne crie son mal sans cesse et le pouvoir n’a qu’une seule idée, comment en finir avec ses adversaires. La misère s’empare des ivoiriens, au lieu de les écouter, ce sont des terroristes armés qu’on envoie dans les plantations sous la forme déguisée d’orpailleurs clandestins, qui sont positionnés pour tout saccager si Ouattara perdait les élections à venir. Pourquoi Ouattara traumatise -t-il ses compatriotes ivoiriens ? Quel message veut-il faire passer aux ivoiriens dont il les tourne en dérision ? Si Ouattara gagne les élections, il mettra tous les cadres ivoiriens en prison, s’il les perd, il actionnera ses milices et terroristes pour donner l’enfer aux ivoiriens. Que faire ?

Une CEI composée essentiellement de ses hommes, une cour constitutionnelle acquise à sa cause, la justice qui à ses ordres, l’armée ivoirienne qui n’est d’autre qu’une milice, la police et la gendarmerie désarmées, le rapport de force est inégal avec l’opposition, alors, aller à ces élections en 2020, serait suicidaire pour tous les ivoiriens. C’est pourquoi, il faut saluer le rapprochement des deux présidents Bédié et Gbagbo, qui a provoqué un déclic et les ivoiriens, attendent la suite. Les deux anciens chefs d’état, sont à la milite de leurs efforts, mais ils sont déterminés à restituer aux ivoiriens, leur dignité et leur honneur. La fin d’une dictature surprend toujours le dictateur. La conception de la démocratie de Ouattara est dangereuse qui consiste à donner la faim, l’isolement, l’emprisonnement, le gel des avoirs.

Les ivoiriens accepteront-ils de mourir pour des élections en 2020 ?

                                                                                              Joël ETTIEN

                                  Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.