Côte d’Ivoire: La caisse enregistreuse de Monsieur Dramane Ouattara dite conseil constitutionnel déchire la requête des députés de l’opposition lit-on  sur les toiles.

Qu’est-ce qui étonne de lire cela sur les toiles? C’est le contraire qui aurait pu être surprenant. Car depuis 9 ans la Côte d’Ivoire, notre chère patrie, n’est plus un état de droit sous le régime Ouattara. Il convient de le souligner net que, ce régime depuis son braquage du pouvoir par les armes lourdes, est en conflit permanent avec les lois de notre pays.

Aucune requête, ne peut aboutir en faveur d’un tiers qui n’est pas un militant actif du RHDP unifié. Dès lors, toute requête bien fondée ou pas, ne peut-être que rejetée dans le meilleur des cas. Cela illustre bien que, notre pays est sous le régime inique et cynique du RHDP unifié, est dans une dérive autoritaire et dictatoriale, comme le souligne le rapport de l’UE. Des Houphouetistes de paillettes, donc aux antipodes du dialogue et de la paix, si chers à l’illustre disparu. Les droits les plus élémentaires sont bafoués chaque jours et chaque instant depuis 9 ans sans une autre forme de jugement. Une justice à deux vitesses ; lorsque les militants RHDP unifié commettent des délits les plus farouches, ils sont automatiquement dédouanés, ce qui n’est pas le cas de tous les autres Ivoiriens. Nous sommes en présence de deux catégories d’ivoiriens.

La catégorisation des Ivoiriens selon leur étiquette politique est en cours en Côte d’Ivoire. Ils ne sont donc pas tous justiciables devant notre juridiction qui est aux ordres, donc soumise au régime. Il n’y a pas de procès juste, mais une décision du régime. En matière de justice en Côte d’Ivoire, nous sommes en face d’un dilemme du deux poids deux mesures selon qu’on est ou pas militants du parti du régime autocratique autoritaire et dictatorial, un véritable adepte de la pensée unique. Il faut dénoncer cette pratique digne d’une politique dans une république bananière. Le pays du Président FHB est méconnaissable car balafré, rendu ingouvernable par la volonté d’un individu, le nabab du 21ème siècle j’ai nommé le président du RHDP unifié, Dramane OUATRA, qui met ses sbires en mission,  pour préparer les esprits au futur tripatouillage de la pseudo constitution aux ordres. Il dit dans son adresse à la nation à la veille du 7 Août que sa constitution lui donne le droit de se présenter encore pour deux mandats selon son interprétation , sans dire la vérité qu’il est à son deuxième et dernier mandat, conformément aux deux constitutions. Mensonge, monsieur Dramane Ouattara vous ne pouvez plus faire d’autres mandats. Les deux constitutions des deux républiques sont claires dessus.

L’article 183 de la dernière constitution est très clair. Il n’y a pas eu de rupture d’état. Vous êtes déjà dans le faux, à cheval sur les deux constitutions dont celle sous laquelle vous avez été élu en 2015, qui ne confère que deux mandats. Nous allons nous opposer par tous les moyens, si vous envisagez de briguer d’autres mandats, mais surtout, si vous envisagez le tripatouillage de la dernière constitution ayant pour seul but d’éliminer des candidats potentiels pour une raison politicienne. Pourquoi les Ivoiriens n’accepteront pas la modification de la constitution qu’il envisage pour exclure exprès certains candidats ? les Ivoiriens savent ce que l’exclusion leur a coûté depuis des décennies. C’est très dangereux, une telle pratique politique.

Rien n’est plus normal dans ce pays comme avant, parce qu’un monsieur s’érige en super monarque du 21 ème siècle. Il a le droit de la vie ou de la mort sur ses concitoyens. Voilà les raisons pour lesquelles il ne veut pas reformer la CEI, parce que Monsieur n’entend céder le pouvoir, mais surtout le maintenir à tout prix. La compromission de certains Ivoiriens concourent à accentuer cette dérive autoritaire et dictatoriale, qui est en cours, et causent beaucoup de souffrance de tout genre au peuple souverain de Côte d’Ivoire. C’est l’occasion d’interpeller tous les acteurs de la politique nationale, y compris la société civile, dans un élan de sursaut national inclusif pour faire échec à cette pratique digne de l’époque du précambrien. Nous sommes en train de cautionner un état de jungle au 21ème siècle, si on ne revendique pas nos droits. Quel type d’humain sommes-nous en Côte d’Ivoire ? Pourquoi acceptons-nous sans mot dire, ce qui ne l’est pas ailleurs sur cette planète des hommes ? L’Ivoirien avale ce qui n’est pas acceptable dans ce monde.

Fiers Ivoiriens, le pays nous appelle à travers la rencontre de nos deux grands leaders des partis majoritaires dans ce pays, doit nous édifier et nous guider dans le bons sens de la marche de l’histoire de la Côte d’Ivoire. Levons pour les saluer avec déférence, et les encourager à aller au bout de leur démarche noble, qui n’est rien d’autre que d’arracher ce pouvoir des mains de ce régime dont la gouvernance fait souffrir le peuple souverain. L’heure n’est plus au calcul politicien , qui peut nous faire louper l’essentiel, la Côte d’Ivoire notre contradiction principale .

Dans une réconciliation, il faut tendre la main à tous , car c’est avec tous qu’il faut se réconcilier, pour que cette paix tant attendue soit durable et définitive. Il faut donc impérativement faire la paix des braves sans quoi tout sera vain. L’objectif n’est plus, qui a fait quoi, pour 20120, mais comment reconquérir le pouvoir pour abréger la souffrance du peuple, mais et surtout pour se donner une grande chance dans des assises nationales, donc dans un dialogue national franc pour situer les responsabilités, car le but n’est pas d’oublier mais surtout de pardonner, car rien ne justifie que pour des raisons de positionnement et autres faveurs politiques, il faut prendre des armes entre frères pour s’entre-tuer, alors que un débat démocratique ouvert à tous, permet de régler tout, et se soumettre au verdict du peuple souverain . Il faut avouer que c’est le manque de volonté politique et la paix des braves qui sont à la base de ce climat lourd et délétère. Tout régime qui refuse le dialogue donc des débats d’idées démocratiques , plonge systématiquement dans une dérive autoritaire et dictatoriale et fait souffrir le peuple souverain dans son ambition démesurée de s’éterniser au pouvoir, afin de préserver ses biens mal acquis.

Fiers Ivoiriens, levons nous comme un seul homme pour imposer la démocratie nécessaire à notre développement harmonieux. Fiers et dignes Ivoiriens, il ne faut pas cautionner donc accepter ton aliénation car les acquis démocratiques obtenus après de longues années de luttes,  sont en train de se volatiliser par la faute d’un régime, de gouvernance inique et cynique  dont le mode opératoire est le rattrapage ethnique et la contrainte à la pensée unique, la violence et le désordre incarnés et caractérisés. N’acceptons plus de souffrir pour faire la volonté d’un individu, qui a soif de vengeance.

À vous les acteurs politiques, vos responsabilités sont engagées et vous devrez rester dignes dans ce combat de libération, de liberté individuelle et collective pour instaurer définitivement l’état de droit et la démocratie, pour une république digne de ce nom.

Le comité de veille  vous souhaite à cette occasion, une bonne fête d’indépendance car il y’a de cela 59 ans que notre pays a accédé à sa souveraineté nationale. Ce que nous n’avons pas accepté du colon il y’a de cela 59 , on ne saura l’accepter non plus d’un des nôtres .

Le comité de veille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.