Côte d’Ivoire: Et si Ouattara ne respectait pas les consignes de Paris, que ferait l’Elysée ?

A l’occasion de l’anniversaire des 75 ans du débarquement de Provence, qui a été une opération militaire menée pendant la seconde guerre mondiale à partir du 15 août 1944 par les troupes alliées dans le sud-est de la France, qui s’est déroulé à Saint-Raphaël, en présence des présidents ivoirien Alassane Dramane Ouattara et guinéen Alpha Condé, le samedi 15 août dernier, si l’ancien président français Nicolas Sarkozy y était, ce n’était pas anodin.  

En effet, le président français, Emmanuel Macron, l’a sollicité pour être témoin d’une rencontre de vérité qui devrait se passer entre lui et ses deux grands amis africains dont je viens de citer ci-haut. En dehors de l’aspect festif de la cérémonie, le président Macron, les a réunis en présence de Nicolas Sarkozy, deux jours après la fête pour leur parler devant témoins. A cette rencontre, la présence de tous les quatre acteurs de la vie politique ivoirienne, Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié, Soro Guillaume et Alassane Dramane Ouattara. Tout était fin près, mais au dernier moment, le président Gbagbo s’est fait représenter à cette rencontre. De quoi, ont-ils parlé ? De la situation inquiétante des deux pays, la Côte d’Ivoire et la Guinée, où les deux chefs d’état, ont décidé de modifier leur constitution pour se maintenir encore au pouvoir.

Au cours de cette rencontre, il a été formellement recommandé à tous les quatre acteurs politiques ivoiriens de ne peut plus songer se représenter aux échéances présidentielles de 2020, et à Ouattara, de surseoir à son projet de la modification de la constitution, en plus, de revoir la composition de la commission électorale indépendante, la CEI. En présence de Nicolas Sarkozy et d’un comité d’experts, tous les acteurs ivoiriens, ont dit oui, même Ouattara, alors, on ne comprend pas, pourquoi Ouattara, a actionné des leviers de soutien à tous ses projets dont le quai d’Orsay, n’en veut point. La sortie de Mamoudou Kafi de l’union africaine de contredire la France, en apportant son soutien à Ouattara pour reconnaître que la composition actuelle de la CEI, très contestée par tous les ivoiriens, avait la caution de l’union africaine. Des dents se grincent et Nicolas Sarkozy se trouve dans l’embarras. Comment, son ami Ouattara peut-il adopter une telle attitude? Comme si cela ne suffisait pas, le même Ouattara, va faire défiler, les jours à venir tous les chefs, rois, guides religieux, partis politiques alimentaires, pour lui solliciter des audiences carnavalesques au palais, pour le supplier de se candidater, car en dehors de lui, il n’y a personne en Côte d’Ivoire pour diriger le pays et lui Ouattara, va se baser sur ces ballets grandiloquents pour présenter à la face du monde qu’il est encore très aimé de ses compatriotes pour conduire à vie, la destinée des ivoiriens. Parmi les quatre acteurs, Ouattara semble en si peu de temps, oublier les consignes de Paris et va faire à sa tête, pour conduire justement le pire à son pays.

Alors que ferait le président Macron, qui croyait bien faire, en réunissant ces politiques ivoiriens et que Ouattara, s’apprête à faire le contraire pour défier son autorité ? Que va dire, Nicolas Sarkozy qui avait convaincu son ami Ouattara à se retirer de la vie politique et laisser quelqu’un d’autre à sa place ?

Si, Soro Guillaume, le plus jeune, a accepté d’abdiquer, pourquoi, Alassane Dramane Ouattara s’apprête-t-il à contourner le volant de sa politique ? Les jours à venir, nous situeront sur la décision finale que prendrait le président français par rapport à cette désobéissance flagrante du président Ouattara qui semble, tout faire pour provoquer le chaos à son pays, dont tous les signaux conflictuels sont au rouge.

                                                                                     Joël ETTIEN

                                              Directeur de publication : businessactuality.com

Une pensée sur “Côte d’Ivoire: Et si Ouattara ne respectait pas les consignes de Paris, que ferait l’Elysée ?

  • 4 septembre 2019 à 12 h 22 min
    Permalink

    Hommes politiques , multinationaux , les journalistes de carrières , hommes d’affaires , populations civiles , les associations caritatives , religieuses , les ONGs non gouvernementales , les organes des droits de l’homme. .. j’en passe ; faites de telle sorte que la CÔTE D’IVOIRE soit gouverner dans un atmosphère de PAIX ; tout le monde y gagnera ! Ça sert à rien de vouloir amasser pour soit , alors qu’on meurt un jour sans emporter avec soit ce dont on a accumuler comme « richesse  » . Je vous aime ! La voix d’une IVOIRIENNE.

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.