Côte d’Ivoire: Gbagbo Laurent, comme une crête

L’Afrique qui veut vivre une vie saine, met au monde des enfants comme tous les autres continents. Elle est dotée d’une immense et intarissable richesse naturelle et extra. Parmi tous ses enfants, certains ont compris de lui venir en aide et d’autres, sont immolés sur l’autel des grands enjeux du monde. Mais, il y a un certain Gbagbo Laurent qui est né sur le sol ivoirien, convoité par les étrangers. C’est là qu’il a choisi de naître le pauvre.

Il a voulu être providentiel, mais s’est mal entouré et il vit péniblement. Il a passé plus de temps en détention que de bénéficier de l’air libre avec son oxygène. Dans son combat et sur son parcours, des vertes et des pas mures. Il vit quand-même, ce « sorcier » de Mama, son village natal. Il appartient désormais dans le mythe et des martyrs et les ennemis d’hier, lui courent après. Il sait tout, mais il veut rallonger sa vie que son entourage avait pétrifiée.

Il y avait trop de coupeurs de route aux dents longues et à l’estomac mou. Ils ne l’ont pas arrangé. C’est l’africain qui tue l’africain et toute l’Afrique empâtit. Laurent Gbagbo, le surhomme, est comme une crête.

Pourquoi, les méchants et insatiables, ont volé la crête du grand Gbagbo ? On reconnaît, un roi par sa couronne, une miss par sa couronne et le roi marche avec une canne à la main. Pour qu’un coq règne dans la basse-cour, il lui faut avoir, sa crête et Gbagbo, l’avait sur sa tête.

Gardant toujours son secret de la résistance, il vit la tête dans la lutte et les pieds dans la méfiance désormais. Ils pensent l’avoir enseveli, mais la terre a refusé de le recevoir à cause de sa crête. Ils sont tous partis, mais lui détient le mystère qui fait pousser sa crête. Le coq, qui chante tous les matins pour annoncer le jour, arrive avec sa crête. Gbagbo, Gbagbo, c’est comment, comment, il a sa crête. Ses efforts faits d’efforts, magnifiés comme le timbre vocal de sa tante qui, quand elle ouvre la bouche, lui égrène, l’ouvrage de sa destinée, Gbagbo, vit et il a sa crête. Le seul qui a pu mettre sous sa semelle la peur et s’est poudré le visage avec le courage, Gbagbo, arrive. Waooo, il arrive.

Des frayeurs et des clameurs l’attendent pour le badigeonner, comme une statuette que chaque ivoirien, voudra, mettre comme symbole dans son salon. Gbagbo arrive. Il est écrit dans le livre de vie des ivoiriens et des africains. Ce sont les africains qui tuent leurs leaders avec la route qu’ils coupent aux autres qui veulent, l’immortaliser. En tout cas, je sens son odeur si forte et ses pas si effrayants. Gbagbo, arrive, je vous préviens. Quiconque, peut dire qu’il connaît plus que lui ? N’importe quoi. Gbagbo, Mama, le verra écrire, en lettres d’or, son vécu qui vont s’arracher comme des poivres sacrés qui soigneront des plaies.

Il n’a pas bénéficié de grâce, mais acquitté. Gbagbo, arrive, donc reprenons en chœur, allons à Gagnoa, Gagnoa !

                                                                                         Joël ETTIEN

                                                                      Directeur de publication ; businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.