Côte d’Ivoire: Pourquoi, tout tourne autour de Tidjane Thiam, pour la succession de Ouattara ?

La succession de Alassane Dramane Ouattara, à la tête de la république de Côte d’Ivoire, pour éviter le chaos et protéger les gros intérêts des grandes firmes françaises, implantées dans ce pays depuis la nuit des temps, préoccupe les français et le nom du jeune Tidjane Thiam ressort fréquemment, pendant que les ivoiriens dorment tranquillement, dans l’espoir que leurs partis politiques, fassent leurs conventions, pour leur désigner, des candidats.

Les temps qui s’annoncent dans quelques mois en Côte d’Ivoire, la période des élections présidentielles de 2020, font froid dans le dos de tous les ivoiriens. En Côte d’Ivoire, chaque ivoirien qui se promène, vit dans la hantise et croit qu’il est suivi par des hommes en armes.  La vie fait peur. Les ivoiriens sont inquiets mais, ils n’ont pas le choix, c’est leur pays, du moins, pour le moment.

Nous allons, nous pencher sur ce jeune surdoué, petit-fils du président Houphouët Boigny. Ce que les ivoiriens reprochent à ce polytechnicien, c’est sa distance vis-à-vis de leurs préoccupations, surtout pendant les crises, ils ne l’ont pas entendu, ni vu. Il avait été, un tant soit peu, ministre sous le président Bédié, mais il n’a jamais été un élu de la nation. Partout où il travaille, il ne s’est jamais ouvert à sa communauté. Pendant tout son séjour en Angleterre, où son nom était cité comme un grand génie, les ivoiriens ont tout essayé de le rencontrer, sans succès. Il a toujours pris ses distances et ceux qui ont tenté cette corvée, en ont gardé de très tristes souvenirs.

En Suisse où il travaille, c’est pareil, au point où, les ivoiriens l’ont complètement ignoré. Pourquoi, aujourd’hui, son nom est cité comme celui qui serait capable de remplacer Alassane Dramane Ouattara à la présidence de la république ? Thiam, avait été promu à la tête de la Banque Mondiale pour remplacer madame Christine Lagarde. Mais, en dépit de tous les efforts dans ce sens, déployés par la France, les autres pays membres électeurs de cette institution mondiale, ne l’ont pas entendu de cette oreille et Thiam n’a pas eu ce poste qu’il convoitait et attendait. Pour une fois, la France a été bottée en touche et la destination de Thiam pose un problème.

Si les français le proposent à la succession de Ouattara, il y sera sous quelle bannière politique ? Au PDCI RDA de son grand-père Houphouët Boigny, son militantisme est inexistant, sa loyauté et sa fidélité au président Bédié, n’ont jamais été avérées pour qu’il le présente comme son dauphin. Tous les frères et sœurs de Thiam, sont partis dans les autres partis politiques concurrents. Son grand frère Augustin Thiam, a du mal à se faire accepter comme roi des Akouè, famille du président Houphouët et il est au RDR, devenu RHDP. Là-bas aussi, il y a des lieutenants fidèles à Ouattara qui ne se laisseront pas faire, parce qu’il n’a pas milité à visage découvert. Au PDCI RDA, il n’est pas connu de la base. Il n’a jamais associé son nom et son visage au parti de son grand-père Houphouët. Il est absent du pays et n’a jamais participé aux travaux du PDCI RDA et des cadres ne se laisseront pas conter, parce que, ce sont eux qui subissent les difficultés au quotidien, certains vivent l’injustice, à cause de leur volonté à briguer la magistrature suprême. Thiam en veut au président Bédié, les raisons, sans en être trop dans le secret des dieux, il paraîtrait que le président Bédié, les aurait totalement écartés de la gestion des affaires et aurait ignoré complètement la ville natale de leur grand-père, Yamoussoukro, qui tombe en ruine.

Mais, les français le présentent comme le successeur à Ouattara, que faire ? De l’avis de certains militants des deux partis politiques, PDCI RDA et le RHDP, il a le même cursus que Ouattara qui ne sait rien du pays et qui a été parachuté à la tête du pays et qui a transformé, la Côte d’Ivoire, en comptoir de commerce. Il est éloigné de leurs préoccupations comme s’il vivait sur la planète Jupiter pendant que les ivoiriens, croupissent sur la planète Terre, dans la misère et la précarité.

Alors, la question que l’on se pose, si les français se battent tant pour trouver un héritier à Ouattara, est-ce à dire que les ivoiriens, ne connaissent-ils pas l’importance de leur pays ? Les jours à venir, nous situeront sur ce dilemme qui semble ne pas préoccuper la classe politique ivoirienne, dont son opposition présente de signes de doute, de suspicion tellement avérée, que l’an 2020, n’est pas proche, que certains opposants, affûtent leurs marchandises, leurs militants et leur label politique, pour renflouer leur compte bancaire, pendant qu’ils mettent leurs familles à l’abri dans les autres pays, en exposant les plus démunis.

                                                                                           Joël ETTIEN

                                                        Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.