Côte d’Ivoire: Grâce au décès de DJ Arafat, nous avons vu l’ivoirien nouveau de Ouattara

La mort de l’artiste ivoirien DJ Arafat, fait montre d’un grand constat que tous les analystes, je pense, partageront avec moi. Le président Ouattara n’a de cesse de clamer haut et fort qu’il laissera, une nouvelle classe d’ivoiriens nouveaux pour l’avancement du pays qu’il a prétendu aimer et servir, le concept de l’ivoirien nouveau dont DJ Arafat, en faisait partie. A la suite de cette horreur que lui et son système, nous ont permis de voir, voici, l’héritage de Ouattara, l’indiscipline, la profanation, le désordre.

Comme l’ivoirien oublie souvent très vite l’essentiel, ils ont tous oublié que Ouattara leur a promis mordicus qu’il bâtirait, un ivoirien nouveau. L’indiscipline et l’indécence, sont le lot du désordre que Ouattara leur laisse comme héritage. Dieu se trouvant dans les détails, ces détails, ont trahi, les auteurs et l’image reluisante de la Côte d’Ivoire, vient de foutre le camp.

L’ivoirien nouveau de Ouattara, c’est les déchets de microbes, chinois, Gnambros et maintenant, les profanateurs de tombe. Je n’ai rien contre la célébrité du jeune Arafat, mais, l’engouement qui a été orchestré, entourant ses obsèques suscitent interrogations qui, hélas, le système n’aura jamais le courage de venir expliquer à ces ivoiriens anciens. Est-ce enfin de compte, le vrai visage, le vrai comportement du pouvoir ?

Arafat est parti avec son mystère, mais tout l’honneur lui revient de s’attirer les lauriers, d’une mise à nue d’un système en fin de règne et qui aura son temps, dans la médiocrité. Pourquoi attribuer toute cette charge mystique à un jeune qui n’a pas eu la chance d’amorcer ses 40 ans ? Félicitations à l’illustre disparu et que Dieu lui facilite son insertion et qu’il offre tous les sourires à ces ivoiriens nouveaux dont lui a confié la paternité. Tout ça, pour ça ?

Le système a chassé les cerveaux utiles et l’intelligence capitale, capables de l’excellence, pour enfin se donner en fin de vie, à ce spectacle hideux, dégradant, puant de honte et de cynisme. Ouattara a gardé les médiocres, en chassant, les vraies valeurs et c’est la médiocrité, dommage, qui conclue son passage à la tête de ce beau pays, la Côte d’Ivoire.

Des pasteurs, des diseurs d’avenir ont voulu voler à leur secours pour justement, leur éviter cette honte, hélas. Les réseaux sociaux ne se tairont jamais tant que la vérité du corps du DJ Arafat, ne leur est pas montrée à visage découvert. Le mythe et le mystère, règnent et poursuivront et hanteront ce pouvoir.

Nous sommes arrivés à la fin de l’aboutissement du régime de Ouattara, qui n’a pas voulu intégrer tous ces jeunes désœuvrés, qu’il suffisait simplement d’insérer dans le tissu économique d’un pouvoir, qui n’a que trop desservi que de servir. Les rues de la capitale économique Abidjan, garderont pour longtemps, les stigmates de cette colère qui n’est que la résultante, d’un échec qui dure depuis plus de 10 ans. Sous Ouattara, les morts sont morts, désacralisés, profanés, salis, jetés sous le holà d’une jeunesse perdue dans un océan de mirage. Le silence, marquera ce temps et tous les morts ivoiriens, vont bientôt crier vengeance. Que ferait ce pouvoir, des conséquences catastrophiques qui vont se muer en toutes sortes de cataclysme, que la météo va notifier de catastrophes naturelles et beaucoup vont payer. Qui sauvera la Côte d’Ivoire, de l’échec flagrant de cet économiste interplanétaire qui aura vendu du rêve et dont la réalité, n’a été que des mensonges ?

Didier Ange Houon, alias DJ Arafat, merci et je me pose cette question, seras-tu en paix un jour ?

                                                                                                       Joël ETTIEN

                      Directeur de publication : businessactuality.com 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.