Côte d’Ivoire: Quand, l’opposition fait croire, qu’elle a la solution à la réconciliation.

                                                               

                                 La réconciliation à l’ivoirienne, une denrée rare ?

La Côte d’Ivoire et ses ivoiriens attendent de se réconcilier et d’être unis pour une dernière fois, avant qu’il ne soit trop tard. Mais personne à qui, le pouvoir revient d’offrir cette réconciliation, n’ose prendre le pas sur la raison pour tenter ce risque profitable et tout vacille.

La réconciliation en Côte d’Ivoire tant attendue, devient une denrée rare, même le diamant, ne peut pas se comparer à cette volonté politique. Depuis un certain moment, toute la classe opposante au pouvoir crie sans cesse, la réconciliation nationale, mais elle n’arrive jamais, a-t-elle tiré les conséquences de cet appel ? Comme si, l’opposition dans son incapacité de se battre autrement pour libérer la Côte d’Ivoire, ne fait que donner ce refrain aux ivoiriens, ce disque complètement rayé et qui continuent de croire que c’est réalisable cette réconciliation pesante dans leur conscience. Non, qu’elle dise la vérité aux ivoiriens. La réconciliation ne viendra jamais des opposants, mais du pouvoir et celui-ci, dit mordicus que tout va bien en Côte d’Ivoire. Que faire ?

De cette manière de se comporter, les ivoiriens ne croient plus en ses dirigeants qui donnent du spectacle que de lutter véritablement pour sortir le pays de son futur embrasement. Oui, la Côte d’Ivoire est au bord du précipice car, envahie par des rebelles dans toutes les forêts riches en or, armés jusqu’aux dents. Ils sont au Burkina Faso et ils attaquent sans foi ni loi et la communauté internationale ne s’en soucie guère. Le nord du Burkina Faso est truffé de richesses souterraines, le pétrole et les autres minéraux, découvertes récemment. Pour empêcher le président Jean Roch Kaboré d’en profiter, on fait croire que ce sont des djihadistes. Ceux qui tuent et qui font tuer les maliens et burkinabé, sont aussi en Côte d’Ivoire. Une réconciliation vraie, ouvrirait les yeux des ivoiriens, qui se mettront ensemble pour comprendre le danger dès maintenant, et à qui, on fait croire que la fin de toutes ces abominables choses, ce sont les élections de 2020 pour agir. Ce qui est faux.

La réconciliation à l’ivoirienne est devenue, un vrai fonds de commerce pour les leaders politiques dits de l’opposition, sans exception. Les ivoiriens souffrent et attendent impatiemment un vrai leader charismatique pour déloger ces assaillants qui ne font que profiter des richesses de ce pays.

Comment comprendre qu’à l’approche d’une élection présidentielle, le pouvoir puisse s’armer aussi puissamment, comme si le pays était en alerte maximum contre l’invasion d’une armée étrangère ? C’est le pouvoir qui a vaincu la guerre qui définit les règles de cette réconciliation et non les vaincus. Alors, si toute la classe politique ivoirienne dite opposante, n’a pas compris cette leçon, les gars seront là pour longtemps. Au lieu se lancer des ping-pongs, le pouvoir qu’ils prétendent combattre, les regarde et qu’ils arrêtent de se livrer, des attaques inutiles par médias interposés. Voilà que la réconciliation en Côte d’Ivoire est devenue un luxe qui vaut pesant d’or. Les opposants ivoiriens, n’ont vraiment pas la solution à leur réconciliation, qu’ils vaquent à d’autres occupations.

 Les ivoiriens ont encore des sales, tristes et sombres jours devant eux et on comprend, pourquoi le président Gbagbo a du mal à quitter leur esprit, parce que c’est le seul qui, en pareilles circonstances, était capable du risque. Mais est ce que l’homme a-t-il encore cette fougue pour barrir ? Mais même temps, un lion sans dents, fait toujours peur et voilà encore, une des raisons de son isolement.

                                                                                           Joël ETTIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.