Côte d’Ivoire: Gbagbo et Blé seront-ils libérés sous l’ère Ouattara?

A la CPI, pourquoi les avocats du président Gbagbo et Blé Goudé, donnent de faux espoir aux ivoiriens, oubliant que le procès est politique ?

Gbagbo et Blé seront-ils libérés sous le mandat de Ouattara…?

Depuis hier, la joie des ivoiriens s’expriment sur les réseaux sociaux et les journaux proches du président Gbagbo, à l’annonce d’un courrier demandant sa libération immédiate et sans condition adressé à la CPI, par ses avocats. Ces avocats oublient que le président Gbagbo et Blé Goudé, sont acquittés et que logiquement, ils devraient regagner leur pays, la Côte d’Ivoire. Ce procès, qui n’est d’autre que politique, leur requête ne peut pas aboutir, parce que justement, la France et Ouattara ne sont pas prêts à ce que ces prisonniers célèbres rentrent dans leur pays. Alors, quant à des moments, les avocats ne tiennent pas compte de ce facteur et lancent des alertes pour ameuter les ivoiriens, il y a un problème.

Depuis quand, des prisonniers peuvent-être acquittés et libérés et ensuite, se rappeler qu’ils doivent être détenus parce que d’autres erreurs se seraient introduites dans leur procédure ? Les deux célèbres détenus du siècle, ont encore de beaux jours devant eux. Comme Ouattara hésite à se candidater, et s’il le déclarait, la CPI laisserait passer les élections d’octobre 2020 et vers la fin du mois de décembre 2020, c’est le même Ouattara, qui s’offrirait leur libération en guise de cadeau de fin d’année aux ivoiriens. Il n’y aura plus de danger devant lui, parce qu’élu et reconnu par la communauté internationale et leur présence, ne le générait guère. Voilà, le schéma qui se dessine. Alors, ces avocats le savent très bien que le procès est politique et que tant que Ouattara sera au pouvoir, il est difficile à nos illustres détenus de recouvrer la liberté.

Quel rôle doit jouer l’opposition…?

Il appartient donc à l’opposition ivoirienne d’activer ses manœuvres qui accéléreront peut-être leur remise en liberté totale. C’est dommage que le président Gbagbo n’ait pas signé, ce que le ministre Blé Goudé l’a fait, c’est-à-dire, avoir la possibilité de ses déplacements, même en étant à Bruxelles.

Joël ETTIEN

Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.