Côte d’Ivoire : Un hold up électoral se prépare par le parti de Ouattara en 2020.

Pendant que tous les ivoiriens s’inquiètent de leur avenir en 2020, le pouvoir en place, continue, de manigancer et faire croire que tout baigne en Côte d’Ivoire.

Que représente 2020 pour le camp Ouattara?

Si ce n’est pas dans des intimidations, oppressions suivies d’emprisonnement, de privation des droits civiques de l’opposition. Les prisons ivoiriennes sont bondées de cadres des partis de l’opposition et le pouvoir, ne fait rien, pour détendre l’atmosphère. 

Le samedi 2 novembre 2019, à coût de millions d’euros, le RHDP, le parti unifié de Ouattara, a organisé un meeting à Montreuil, banlieue proche de Paris, dans une salle qui ne peut contenir que 5000 places. Dans les dispositions sécuritaires strictes des lois françaises, on ne peut vouloir prendre une salle qui contient 5000 places et vouloir la remplir de 30 000 places. C’est inimaginable et à la rigueur grotesque.

Même le stade Felix Houphouët Bobigny et le stade de France, ne peuvent dans leur bon vouloir, contenir, un tel nombre de personnes. Pourquoi travestir la vérité? Ils sont au pouvoir et en face, si tout le monde bouge pour les contre-attaquer, ils ont au moins un bilan à défendre. Pourquoi récuser cet aspect? De quoi le pouvoir ivoirien a-t-il peur?

Présidentielles 2020: un acquis pour le régime Ouattara?

Déjà, ils annoncent plus de 3,5 millions de militants inscrits en ligne sur leur plate-forme. Bictogo, un des cadres de ces partis unifiés, donne le ton. Il dit qu’ils ont déjà, 3 000 000 d’électeurs captifs, sur un taux recensés de 8 000 000. Donc, s’ils ont déjà enregistré la moitié, à quoi ça servira d’organiser ces élections?

En plus, pour tous ceux qui maîtrisent l’outil informatique, il n’est pas évident, qu’en espace d’une semaine, un parti politique, puisse enregistrer plus de 3 000 000 d’électeurs. C’est des mascarades à l’horizon. En 2010, il y avait 6 millions de votants. Alors qu’on annonce de scores pour s’autoproclamer vainqueur, il faut craindre des risques en 2020. Dans une élection quand il y a des fraudes, c’est la guerre civile. Il est grand temps, d’en parler dès maintenant que de tout laisser s’envenimer. La Côte d’Ivoire sort, d’un traumatisme qui a laissé des cicatrices énormes sans être pansées, pour des intérêts personnels ou du pouvoir, inutile d’en rajouter.

La conquête de 2020 devenue le principal objectif de tous

On ne parle plus de réconciliation pour apaiser les cœurs et tout ce qui importe dans les différents QG des partis politiques, c’est aller à des élections gagnées d’avance par truquage, qui préoccupe. Et ça craint! 

 Les FRAUDEURS sont en train de préparer l’opinion nationale et internationale à valider le hold-up électoral. Déjà, l’union africaine, a validé ce que les ivoiriens, estiment, sa dangerosité. L’union européenne, aussi, vient de cautionner cette commission électorale indépendante, le talon d’achille. Il y a des zones de non droit à certains. Dans le nord, il sera difficile aux autres partis politiques d’y faire campagne. La CEI et le conseil constitutionnel ne sont juste que là que pour habiller du manteau de la légalité ce hold-up électoral.

L’équation devient délicat à résoudre par l’opposition pour des élections. C’est une équation paramétrique avec 5 variables. –          La CEI maître d’ouvrage de la fraude –          Le conseil constitutionnel –          L’armée – La justice     – Les médias Des cinq paramètres, seule la CEI qui pose des problèmes.

Quel rôle à jouer pour l’opposition?

L’opposition doit dès à présent, taire ses problèmes d’égo et se mettre en rang de bataille. L’acquisition de la démocratie a été, une longue lutte et la voir se réduire à ces batailles, il faut sauver les meubles, pendant qu’il est encore temps. 

Le conseil constitutionnel sera obligé de dire le droit pour valider les résultats proposés par la CEI. Une tentative pour éviter que l’armée ouvre le feu sur la population, pour vouloir ramener de l’ordre.

Quelles sont les chances de l’opposition véritable ?

–          Le PDCI et sa plateforme –          Le RHDP –          Le FPI et sa plateforme EDS

Le PDCI, a de réelles chances de remporter cette élection présidentielle de 2020. Toutefois, il doit réussir à organiser sa franchise de convaincre ses partenaires. Les chiffres gonflés çà et là par le régime ne sont que des vaines spéculations. Un mensonge juste pour  préparer l’opinion nationale et internationale sur le hold-up électoral.

Dans 12 mois des élections 2020, le sort des ivoiriens est bien scellé.

                                                                                                                                                                                                         David Kouamé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.