Côte d’Ivoire: Ali Touré, mène un combat pour bien positionner les matières premières ivoiriennes en Europe

    Ali Touré, Ambassadeur représentant des matières premières en Europe.

Qui est l’Ambassadeur Ali Touré?

   Son combat vise la promotion et la valorisation des matières premières ivoiriennes en Européenne, pour la contre-attaque de l’offensive de l’embargo américain sur le cacao ivoirien.

La nomination de M. Ali Touré n’est pas un fait du hasard. Très tôt enfant qui accompagnait ses parents sous les plantations de cacao et de café, c’est l’instruction qui l’a éloigné de ses vieux souvenirs. L’homme, ayant grandi et pris pour pays de résidence Londres, il n’a cessé de caresser ses rêves d’enfant de planteur. C’est ainsi qu’après l’arrivée au pouvoir de M. Ouattara, il a été confirmé, Ambassadeur chargé de la promotion et de la valorisation des matières premières ivoiriennes avec résidence Londres.

Très ouvert et humble serviteur de l’état, il prend au sérieux la mission qui lui a été confiée. La Côte d’Ivoire qui est premier producteur mondial du cacao et troisième du café, ne doit en aucun cas souffrir de diffamation.

La culture du cacao: un héritage transmis en Côte d’Ivoire

En Côte d’Ivoire, en effet, les enfants ne sont pas exploités dans les plantations de cacao comme le stipulent certains médias. Dans la semaine, il y a des jours où les élèves ne vont pas à l’école et accompagnent leurs parents sous les cacaoyers. Ce n’est pas une corvée, quand ce sont les parents qui emmenaient les enfants pour les initier à cet héritage, que tous les ivoiriens habitants dans les zones forestières, ont vécu, pour ceux dont les parents étaient des paysans.

Des temps modernes où il y a des exploitations étendues à des milliers d’hectares, certains exploitants se font souvent accompagner par des enfants. Mais comment savoir que ces enfants n’étaient pas dans le même registre que ceux qui ont leurs parents paysans planteurs sur place et sont de surcroit, exploités ? Le monde agricole ivoirien connait des mutations extraordinaires à telle enseigne que, certains malins veulent passer par les mails des filets, en exploitant les enfants au lieu des adultes. Pour lui, cette malice ne peut pas passer, car la place des enfants, c’est d’abord l’école.

Heureusement que sur ce sujet, en plus des efforts que fournit le gouvernement, il y a des ONG, des associations de lutte contre l’exploitation abusive et inhumaine des enfants dans ces plantations agro pastorales.

Les ambitions de Ali Touré

Ali Touré, sait tout ça et il se force à l’expliquer dans les grands forums et foires.  Quand le réceptacle nécessite qu’un responsable de son ministère intervienne, lui lance le secours, sans hésiter à le faire savoir et toujours, son appel a été entendu.

Au salon mondial du chocolat tenu en octobre de Paris, c’est la première dame ivoirienne qui a été sollicitée pour parrainer le stand ivoirien. Là encore, l’occasion a été belle d’expliquer ce phénomène d’enfants exploités sous les plants de cacao en Côte d’Ivoire.

Faisant de sa priorité, la promotion et la valorisation des matières, pour l’heure, il n’a qu’un seul souci, comment arriver à convaincre que, les enfants qui seraient dans les plantations, sont le fait, des agents véreux qui refusent d’embaucher les adultes pour les réénumérer, convenablement à la hauteur de leurs rendements.

L’Ambassadeur Ali Touré, se bat comme il peut, sauf celui qui ne fait rien, croit que tout est facile.

                                                                                         Joël ETTIEN

                                     Directeur de publication : businessactuality.com   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.