Coopération France-Côte d’Ivoire: quand la France déconseille certaines zones ivoiriennes à ses ressortissants, quelles en sont les raisons?

La France a ciblé des destinations en Côte d’Ivoire, les a déconseillées à ses ressortissants pour les risques possibles qui pourraient subvenir.

Que sait la France sur la Côte d’Ivoire?

Sur le site de France Diplomatie, on peut ainsi découvrir une cartographie de la Côte d’Ivoire avec les sites déconseillés aux voyageurs, aux touristes français. Ainsi, la zone frontalière avec le Mali et le Burkina Faso, figure en bonne place des régions à haut risque.

« Compte tenu de la situation d’insécurité, liée au terrorisme et au djihadisme au Mali et au Burkina Faso, il est déconseillé sauf raison impérative de se rendre dans la zone frontalière avec ces deux pays » lit-on sur le site de France Diplomatie. Les régions frontalières du Libéria figurent parmi les zones à risque ; notamment les villes de Tabou, Tai et Grabo, déconseillées sauf impérative, en raison des attaques armées qui s’y produisent occasionnellement. 

France Diplomatie estime que le reste du pays est en vigilance renforcée. « Il convient de demeurer vigilant au nord, à l’Ouest du pays ainsi que dans les environs de Bouaké. Faire attention à la zone comprise entre Bouaké et Korhogo, où se produisent des attaques de « coupeurs de route » (voleur qui dépouillent les véhicules en circulation) » prévient les experts en sécurité du Quai d’Orsay.

La France recommande à ses ressortissants de s’assurer de la sécurité de l’hébergement. Les ressortissants ne doivent pas sortir la nuit et seuls.

La Côte d’Ivoire désormais comme une zone à risque

 Abidjan même n’échappe pas aux consignes de sécurité. Dans la capitale, il convient de ne pas se rendre seul(e)  dans certaines communes (Adjamé, Yopougon, Abobo, Gonzague).

La Côte d’Ivoire demeure pour l’heure un pays à la sécurité relative si l’on s’en tient à la classification française. Forces Spéciales, éléments de différents bataillons du centre (Bouaké), du Nord-Ouest (Odienné), du Nord (Korhogo), de l’Est (Bondoukou) et de l’Ouest (Man) s’unissent pour assurer la sécurité du territoire ivoirien.

On se rappelle du temps du mandat du président Gbagbo, le président Chirac voulait l’empêcher de gouverner. Il lui a mis ces bâtons dans les roues. Les ivoiriens, avaient négligé et le pire leur est arrivé.

La France va créer des guerres virtuelles pour empêcher des pays comme la Russie à s’intéresser à leur pré-carré.   

                                                                                                  David Kouamé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.