Coopération Europe-Bénin: quand le président Talon exige le respect, certains chefs d’état africains, vont le livrer.

Et les autres chefs d’état africains, vont lâcher leur pair Talon du Benin!

Le président Talon, un vrai dirigeant

Le président béninois, Patrice Talon vient de prendre une sage décision, de congédier le représentant diplomatique de l’union européenne à Cotonou, pour immixtion dans les affaires dépassant ses compétences. La décision tout aussi surprenante et historique, ne va pas être soutenue par ses pairs africains, qui vont le laisser comme un maudit.

C’est dans un communiqué du gouvernement béninois, lu ce mercredi 28 nov. 19 qui donne jusqu’au 1er décembre à l’ambassadeur de la mission de l’union européenne pour quitter le territoire. Le diplomate est accusé d’ingérence dans les affaires politiques intérieures du Bénin.

Pendant que tous les africains se posent en assistés chroniques, recevant des leçons venant du Quais d’Orsay, pendant que tous les observateurs de la vie politique africaine, se plaignent du manque de chefs d’état charismatique en Afrique, voilà qu’est né un au Bénin et il s’appelle Patrice Talon.

Depuis sa prise de pouvoir, il remue ciel et terre pour dire non aux privilèges ancestraux de la coopération France-Afrique. D’abord, c’était le marché du port de Cotonou, poumon économique du pays, qui était la chasse gardée des français, sans aucune contrepartie aux béninois, il a refusé de le donner cadeau au colon. En plus, le marché pour la construction du chemin de fer, reliant Cotonou au Niger, là aussi, Bouygues pensait pouvoir faire jouer, les anciennes méthodes, le président Talon a dit niet et le marché est revenu à un béninois.

L’Afrique a besoin de défenseurs

Qui peut oser faire cette révolution en douce pour faire plier les entreprises françaises qui pillent l’économie africaine au détriment des bénéficiaires eux-mêmes ? Par peur de se voir botter hors de leur fauteuil, certains chefs d’état africains, ferment les yeux sur ces plaies qui détruisent le continent.

Nous allons assister à des rappels des ambassadeurs béninois dans certains pays européens, pour exiger leur retour au bercail, sans prendre soin de poser de manière froide le problème, et l’union européenne va poser un bras de fer. Elle va intimer l’ordre à certains présidents africains qui tirent leur force d’elle, de faire bloc contre leur frère béninois pour qu’il soit isolé. Cette chanson, toute la jeunesse africaine la connait par cœur et le disque est rayé.

Tout comme le combat contre le franc CFA, pour lequel, ils ont tué Kadhafi, chassé Kémi Séba de la France et maintenant, ce sont les présidents Equatoguinéen, Obiang Nguéma et tchadien, Idriss Déby, qui sont dans leur viseur. Le réveil africain a sonné. Ce n’est plus avec le diktat, la force que les occidentaux doivent s’imposer en roi et impunément dans des pays, qui ne sont pas les leurs.    

Pour cette fois, tous les yeux et les oreilles sont braqués sur ces chefs d’état africains, qui préfèrent pleurer les cadavres européens au détriment des leurs, qui se produisent sans cesse et sous leurs nez et barbe, sans rechigner.

Les chefs d’état africains doivent suivre l’exemple du président Talon

Depuis quand, un diplomate africain s’est immiscé en terre européenne, aux affaires politiques internes en Europe ? Pourquoi, c’est toujours eux qui donnent des leçons quand bien-même qu’elles sont destructives pour le développement des pays africains ?

Quand la solidarité manque dans un groupe de fumistes, le courageux a toujours tort et livré. Encore que, certains pays africains vont organiser leurs élections présidentielles, qui osera porter secours à un des leurs, pour essuyer des défaites flagrantes ?

Le jour où, les leaders africains arrêteront de venir au Quais d’Orsay recevoir leur onction pour devenir président en Afrique, la France prendra conscience pour faire asseoir les dirigeants africains, pour la renégociation des vieux accords qui tuent plutôt que ne guérissent. Le président Patrice Talon, doit-être soutenu pour faire régner, l’ord