Côte d’Ivoire: expulsion de dame Yamb Nathalie: si le président Mamadou Coulibaly, avait prêté le flanc?

Pourquoi les ivoiriens ne sont-ils pas sortis pour faire barrage à l’expulsion de dame Yamb Nathalie ?

Dame Yamb Nathalie  expulsée du territoire ivoirien

L’expulsion de la conseillère spéciale du président Mamadou Coulibaly, de Lider aurait dû susciter une prise de conscience. Mais des questions méritent d’être posées. Qui est cette dame ? Pourquoi le président Mamadou Coulibaly a attendu que la Russie organise, une rencontre d’envergure avec l’Afrique pour exposer les qualités et le génie politique de dame Yamb Nathalie ?

Dans le fond, posons quelques questions au président Mamadou Coulibaly. Pourquoi, toutes les plateformes et coalitions politiques qui se créent, il n’y est pas ? Pourquoi, joue-t-il solo dans cette confusion politique ivoirienne ?

Au plus fort de la crise postélectorale, quand le Pr Yao N’dri avait proclamé le président Gbagbo vainqueur et que les choses avaient commencé à se corser, le Pr Yao Ndri, alors président du conseil constitutionnel, s’était réfugié au Ghana. C’est l’ancien président démissionnaire de l’assemblée nationale sous le président Gbagbo, Mamadou Coulibaly, qui est allé le chercher pour qu’il reproclame M. Ouattara vainqueur, pour la même élection. Aujourd’hui, l’état physique du Pr Yao Ndri est devenu tellement dégradant, qu’il donne des signes d’affamé inattendu à sa souffrance.

C’est le même Mamadou Coulibaly, qui s’était désolidarisé du président Gbagbo au moment où, les choses ont commencé encore à sentir mauvaises. Ça fait un peu de trop pour le seul leader, pourtant, super doué et intelligent.

Si c’est cette dame, n’était pas allée en Russie, qui l’aurait connue en dehors du cercle fermé du président Coulibaly ? Pourquoi, n’avait pas ouvert sur elle, en vertu de ses qualités de femme battante, une campagne médiatique comme il s’est bien le faire, pour la faire connaître ?

La négligence du LIDER a conduit à l’expulsion de Dame Yamb Nathalie

Le retard avec lequel et la précipitation des choses, ont surpris les ivoiriens et le pire est arrivé à dame Yamb Nathalie, peut-être qu’ils auraient procédé autrement. L’actualité sociopolitique ivoirienne évolue plus qu’une fusée. Quand, tu n’y es pas, on t’oublie.

Maintenant, revenons sur les fondamentaux. La moralité que l’on tire, ne doit pas être à fouetter un chat. Si la dame a vécu pendant tout ce long temps, en Côte d’Ivoire, pourquoi, le président Coulibaly qui avait décelé en elle, ces bonnes qualités politiques, ne l’avait pas encouragée à se mettre à jour pour résider de manière sécurisée sur le territoire ivoirien ? En sa qualité d’étrangère, avait-elle le droit de s’immiscer dans la politique ivoirienne, telle qu’elle avait pris cette ascendance fulgurante, qui avait commencé à séduire ?  On peut se permettre à des discussions, à des échanges sur certains sujets politiques, quand on n’est pas régularisé, mais occuper des hautes fonctions, pour un parti politique qui aspire conquérir le pouvoir d’état, M. Coulibaly a fait trop léger.

Comment en espace de quelques jours, des ivoiriens puissent connaître, une telle pointue politique et se laisser agir, comme ce qui s’est passé hier, quasiment, participer à l’escorte de la dame, jusqu’à l’aéroport, ces ivoiriens à la recherche d’icônes ?

Combien sont-ils ces ivoiriens, qui ont les moyens, d’aller sur les réseaux sociaux en permanence pour suivre l’actualité ? Le président Coulibaly a caché cette brillante dame pour l’avoir exposée au sommet Russie-Afrique pour qu’elle aille foncer sur les portes hermétiquement fermées de la France -Afrique pour forcer leur ouverture.

M. Mamadou Coulibaly a sa part de responsabilité dans l’affaire Nathalie Yam

L’acte est condamnable certes, mais le président Coulibaly a sa part de responsabilité. Néanmoins, elle a été expulsée physiquement, mais est-ce que l’idéologie qu’elle prônait, est-elle partie avec elle ? Maintenant qu’elle a ouvert les portes du sacré, on vient de faire d’elle, un martyr qui dépasse désormais, les frontières africaines.

M. Coulibaly, on ne cache pas un tam-tam, encore moins, une fumée, voilà, ce que cela donne. Maintenant, si c’est pour protéger l’ivoirien né de père et de mère, eux-mêmes de parents ivoiriens que le pouvoir a posé cet acte, que ferait-il pour les orpailleurs clandestins et tous ces burkinabés qui arrivent par milliers sur le sol ivoirien et à qui on attribue la nationalité de manière frauduleuse ?

Si le cas de dame Yamb Nathalie, est un cas d’école, nous attendons la suite à donner à l’invasion des étrangers sur le sol ivoirien.

                                                                                         Joël ETTIEN

                                     Directeur de publication : businessactuality.com  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.