Drame à Roissy: un enfant d’une dizaine d’années, en provenance d’Abidjan, a été retrouvé mort, dans un avion.

Roissy : un enfant retrouvé mort, dans un avion venant d’Abidjan

Drame à Roissy

Nous apprenons qu’un enfant est mort dans une des ailes d’un avion appartenant à la compagnie Air-France.

L’avion est parti le mardi 7 janvier 2020 soir d’Abidjan pour atterrir, le mercredi 8 janvier 20 à Roissy Charles de Gaulle que la découverte a été faite. Âgé d’une dizaine d’années, cet enfant dont l’identité n’a pas été relevée, est parti d’Abidjan pour espérer atterrir sur le sol français.

La question qu’on se pose, comment a-t-il pu accéder à la piste avec autant de sécurité ? A quel moment avec la distance au sol qui ne permet pas à cet âge à un enfant de grimper jusqu’à l’aile, l’enfant a pu monter pour venir mourir en France ?

Qui l’ont aidé à franchir cette aile qui lui a donné la mort ? Pourquoi n’avait-il pas de pièces sur lui ? Qui devrait le réceptionner à Paris ? Les questions, on se les poserait toujours et sans cesse. Mais comme en la matière, la police française a de l’expérience et ce qu’il lui faut, nous espérons, avoir l’aboutissement des enquêtes, pour avoir le cœur net, pour situer les responsabilités. Il s’agit de la vie d’un être humain.

Air-France endosse une mort involontaire

L’avion, un Boeing 777, avait décollé d’Abidjan mardi soir et s’est posé peu après 6h du matin à Paris. Le corps de l’enfant, qui n’a pas été identifié, a été découvert vers 6h30. La compagnie, dans un communiqué confirme la mort d’un clandestin sans préciser son âge, mais déplore le drame humain.

 « Au-delà du drame humain, cela indique une faille de sécurité majeure à l’aéroport d’Abidjan » a déclaré une source ivoirienne, se demandant comment un enfant d’une dizaine d’années a pu accéder à un avion et s’il a bénéficié de complicité.

Les gendarmes des transports aériens de Charles de Gaulle sont saisis de l’enquête.

On note cependant que ces dernières années, plusieurs passagers adolescents en provenance d’Afrique, ont été retrouvés morts de froid ou écrasés dans des soutes de train d’atterrissage. Les températures descendent à -50°C entre 9 000 et 10 000 mètres, altitude à laquelle volent les avions de ligne. Les logements de train d’atterrissage ne sont ni chauffés, ni pressurisés.

           Source AFP

                                       Retranscrit avec légères contributions par Joël ETTIEN

                           Directeur de publication : businessactuality.com    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.