France-Côte d’Ivoire: la France vient d’abroger l’espoir d’une lutte pour la souveraineté de ce pays si riche, en acquisitionnant le périmètre de 43ème BIMA.

 La France vient d’acquérir « les droits fonciers » du camp militaire de Port-Bouët, 43ème BIMA.

La France désormais installée en Côte d’Ivoire avec le 43ème BIMA

Le camp militaire français basé à Abidjan appelé communément : 43ème BIMA », dans la commune de Port-Bouët, va désormais appartenir à l’état français. L’information est de notre confrère, la lettre du continent, dans son édition du 8 janvier 20.

L’état français a profité du dernier séjour du président Macron en Côte d’Ivoire pour signer un accord additionnel visant à « clarifier le statut juridique des installations militaires françaises, situées à quelques encablures de l’aéroport international Félix Houphouët Boigny de Port-Bouët. Paris est donc désormais, « propriétaire foncier du périmètre accueillant le camp militaire, dans le protocole additionnel, l’état de Côte d’Ivoire renonce aussi à la construction de l’échangeur annoncé en face des installations militaires français.

L’échangeur en projet devait être financé par l’Agence japonaise de coopération internationale.

La Côte d’Ivoire peut-elle être souveraine avec ce système?

La base militaire française en Côte d’Ivoire 43ème BIMA, accueille 900 soldats en rotation permanente. Cette capacité peut être portée à 1500/2000 en cas de nécessité. Sa base joue un rôle logistique de premier plan dans le cadre de l’opération Barkhane au Mali et ailleurs dans le sahel.

Ainsi, la souveraineté de la Côte d’Ivoire est complètement compromise. Comment cela peut être possible si, sur son sol, la France a désormais, sa propriété, surtout dans la sécurité. Même si la France a le droit de contrôle sur ce pays, c’est trop flagrant de venir acquérir pour toujours, le périmètre qui abrite, son camp militaire. Alors la question que l’on se pose, quel statut, l’état ivoirien, avait pour le site stratégique, quand il n’était pas passé propriété privée française ?

En plus, pour éviter que le Japon vienne construire, un échangeur, le président français s’est précipité à se rendre lui-même en personne pour influencer cette acquisition sans nul doute, à un seul franc symbolique.

Comme on le voit, les ivoiriens auront maille à profiter de leur légitimité politique. Quiconque, voudra faire ce qui ne plait pas ou n’arrange pas les français, sera frappé par cette armée française, implantée pour surveiller tous les faits et gestes, de tous les présidents ivoiriens et au besoin, régler d’autres comptes, dans certains pays africains, qui auront des présidents non obéissants des règles du jeu.  

Il faut en prendre bonne note et savoir marcher ou savoir gouverner. Les rapports de force, ne changeront jamais et la France sera toujours, le décideur.

                                                                                           Joël ETTIEN

                      Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.