Côte d’Ivoire: tellement que la date des élections présidentielles inquiète les imams, ils recommandent trois jours de jeûne.

La situation sociopolitique ivoirienne, est-elle alarmante à ce point pour que les imams recommandent à leurs fidèles de consacrer trois jours de jeûne ?

La situation sociopolitique inquiète les imams

A force de dire et nous répéter sur l’avenir du pays à l’approche du mois d’octobre 2020, qui dépend de tous les ivoiriens, voilà que les imams projettent des journées de jeûne et de prières. Mais, la question que tous se posent, pourquoi cette recommandation à caractère spirituel et non politique ?

C’est vrai qu’à l’approche d’une telle période électorale en Afrique et singulièrement en Côte d’Ivoire, des événements malheureux peuvent resurgir. Les militants et fanatiques des candidats, peuvent à tout moment, dans l’émotion, le fanatisme, créer des situations aux conséquences débordantes.

C’est une alerte importante à prendre au sérieux, car elle vient des guides religieux. Mais, ce que nous pourrons ajouter, c’est de se tourner vers les hommes politiques et les partis politiques, pour leur enseigner le véritable amour et le pardon.

Il faut sensibiliser la masse et les médias

Les électeurs iront voter et les résultats viendront toujours de la commission électorale indépendante, la CEI. C’est pourquoi, nous suggérons aux guides religieux de les approcher et leur prêcher la bonne parole, puisqu’il s’agit de cela.

Il y a aussi la presse, qu’il faut l’approcher car chaque camp, a son groupe de presse. L’exploitation des informations dans leurs différents journaux peut aussi attiser des flammes.

Il faudrait que désormais, la quiétude, l’amour et la paix prévalent dans leurs prêches et homélies. Si aujourd’hui, les imams dont on pensait qu’ils étaient les plus nantis et à l’abri de tout, car la situation serait en leur faveur, viennent sur la place publique, exiger à tous les musulmans ivoiriens de consacrer des moments de prière pour toute la Côte d‘Ivoire, il ne faut pas banaliser cette alerte.

Nous n’arrêtons pas de les interpeler et si notre inquiétude a trouvé une piste d’atterrissage, nous acquiesçons. En effet, à entendre, les candidats dans leurs différentes sorties, il y a lieu de s’inquiéter. C’est pourquoi, il faut d’or et déjà, interpeler les QG des partis politiques. La fin du mois d’octobre 2020, pose des soucis et c’est bien de prendre le taureau par les cornes.

Il y a les pasteurs évangéliques qui se sont regroupés dans une association dont leur parrain, est le ministre de la défense, M. Hamed Bakayoko, eux-aussi, doivent jouer pleinement leur rôle de sensibilisation pendant leurs cultes.

Les imams sur les pas des évêques catholiques

Nous voudrons saluer, à cet effet, les guides catholiques (Evêque, archevêques et prêtes) qui ont commencé à en parler. Parler de ce sujet n’est pas forcément appartenir à des camps politiques. Mais, le seul sacrifice qui vaille, c’est d’avoir le courage de chercher à initier des séances de travail avec les leaders politiques ivoiriens car, il ne reste que 9 mois.

Le temps qui n’attend pas, avance et le ton se durcit, les discours sont source de crainte et d’inquiétude. Il est temps de prendre toutes les dispositions pour éviter encore des morts et toujours des morts pour une élection qui va consacrer celui que le peuple aura choisi, pour lui confier son destin, dans ça encore, où est le problème pour faire trembler toute une nation.

Une élection présidentielle, ne devrait pas susciter autant de crainte et de peur, elle devrait plutôt être une source de joie, parce que celui qui aura gagné, appellera à faire la fête, parce qu’il appliquera son programme de société, pour améliorer les conditions de vie de toute la nation entière.

 Mais de toutes les élections qui se sont déroulées, il y a toujours mort d’hommes et des dégâts importants. Alors vaut mieux prévenir que de guérir, dit l’adage. Nous soutenons cette démarche spirituelle, mais pour qu’elle puisse faire son effet, il faut commencer par les prétendants et les QG des partis politiques. 

Puisque les ivoiriens, croient et prient pour confier leur destin à leurs dieux. Autant en profiter.

                                                                  Joël ETTIEN

       Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.