Afrique: Alassane Ouattara, le seul président africain à avoir condamné la mort de Idriss Déby.

Jusque-là, à ma connaissance, c’est le président ivoirien seul, Alassane Ouattara parmi les chefs d’état africains, qui a condamné l’assassinat du président Idriss Déby, le tchadien.

Alassane Ouattara condamne la mort du président Idriss Déby

Il était à Mougin quand l’assassinat au Tchad s’est produit et il n’a pas manqué de l’exprimer tout haut et fort son indignation. Le président ivoirien avait pleuré son ami Déby. Mais alors, pourquoi, les autres chefs d’état ont rangé leur douleur dans leur cœur et ne pas l’avoir manifesté ?

Le président Alassane Ouattara, en pleurant son ami, il venait aussi de condamner ce qui lui était arrivé à Déby. Idriss Déby vient de subir l’extrême sentence pour avoir trop critiqué le système qui l’a maintenu au pouvoir avec sa férocité qui s’était transformée en dictature. Mais au-delà, il était une personne qui devrait avoir son bon et mauvais côté. Il a été tué par ses propres gardes rapprochés et en dehors donc, du président ivoirien, les autres présidents africains avaient perdu leur voix.

Idriss Déby est parti avec ses milliers de cadavres qui l’ont sans doute accueilli soit dans la liesse populaire ou dans la vengeance et la vengeance, il est le seul sur ce parcours. Personne ne sait ce que les tchadiens tués par ses faits, ont dû réagir dans l’au-delà, mais Déby est parti, sous les balles assassines. Le président ivoirien Alassane Ouattara, l’a pleuré et le mal, continue de l’étrangler et par moment, il doit se poser aussi des questions.

Il a ses réponses à ces interrogations. Quand on est assis sur la dent du caïman, on ne lui dit jamais que sa bouche sent mauvais. Il t’avale automatiquement.  

Mais sa réaction spontanée à la suite de cet assassinat a été pour nous, un grand acte de compassion, de solidarité, même si le reste, est un regard.

Criblé de balles, le corps sans vie de l’ancien maréchal Idriss Déby Itno a été montré au monde entier et la France de Macron était à ses obsèques, congratulant les auteurs de braves et de courageux. La même France a lancé un message fort, qu’elle soutiendrait les nouveaux forts du régime.

Le président Alassane Ouattara a tout suivi et tout entendu, mais il a pleuré son ami de grand frère Idriss Deby. Mais quand on a vu son corps déchiré par les balles, est-ce que Idriss Deby, sera à nouveau jugé par ces tchadiens qu’il a faits tuer durant ses différents mandats ? Ce qui nous retient, c’est la réaction spontanée du président ivoirien, à la suite de son assassinat et que jusque-là, les autres donne l’impression qu’il a parlé à leur nom, alors qu’il s’agit d’un meurtre.

                                                              Joël ETTIEN

              Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.