Afrique-Coronavirus: Et si les scientifiques noirs se mettaient aussi dans les recherches?

Quand c’est lourd, c’est plusieurs personnes qui le portent. Le monde avance et les africains, s’en éloignent pour vivre les fruits de leurs recherches contre le Covid-19 qui affaiblit toutes les grandes puissances. Quand est-ce que les africains noirs avec autant de savoir, pourront décroiser les bras pour éviter de consommer les fruits de labeur des autres et qu’est-ce qui empêche ces africains à s’investir dans les recherches en fonction de leurs propres réalités ? Et si les scientifiques noirs se mettaient aussi dans la recherche ?

L’Afrique doit se mettre au pas et ne plus subir

Le Maroc vient de fermer ses frontières à beaucoup de pays à cause du Corona virus. En Côte d’Ivoire, les ivoiriens défient les dangers liés à ce virus qui tuent sans raison, ils ne portent leur masque que sur leur menton ou souvent pas du tout et ils se promènent.

Pour celui qui le porte, les autres le regardent comme un extraterrestre et après ils s’étonnent qu’on les oblige à se faire vacciner. Le virus fait paniquer le monde et ce monde, se cherche et à la fin de sa victoire, il se tournera vers les noirs encore eux, pour leur appliquer de gré ou de force, les fruits de leurs labeurs, sous forme de test et non de guérison.

Les africains noirs n’ont-ils pas de laboratoires pour y pénétrer pour trouver des anti-Corona virus ? Au lieu de dépenser des fortunes sur des personnalités au détriment du contribuable, les gouvernements africains, devraient motiver leurs fils chèrement payés avec les bourses de leur état, en médecine à mettre en œuvre leur savoir. Les hôpitaux sont vides et se transforment en mouroir et ils tuent, alors qu’ils sont logiquement là, pour soigner et donner la vie.

Pendant ce temps, chez les autres, aucun savant ne se trouve dans des cabinets médicaux pour arnaquer les pauvres populations. Pourquoi, les scientifiques africains noirs, préfèrent la vie d’opulence à leur serment d’Hippocrate ?  

Il ne se passe pas de jour, sans qu’il y ait de morts dus au virus, l’état par mesure de prudence, ne communique pas les chiffres pour effrayer les populations, mais les noirs en meurent pendant que les laboratoires sont vides ou inexistants.

Ce que les autres font, c’est en fonction de la morphologie de leurs compatriotes, c’est-à-dire, les blancs et non pour les noirs. De leur atavisme chronique, ils viendront tester leurs résultats sur ces noirs dont leur mort, n’est qu’un test de vie, des cobayes.

Il faut mettre à contribution ces scientifiques noirs avérés, pour équilibrer les données. Qu’ils courent derrière des prix internationaux, des Nobels, ça c’est leur affaire, mais il faut que les africains noirs se mettent dans cette lutte, sinon, ils seront toujours des cobayes de ces grands laboratoires.

Quand est-ce que les noirs sortiront de cet esprit d’assistanat pour devenir des êtres libres pensants comme les autres ? Où est-ce qu’on trouve encore de la faune et des essences rares qui leur permettent ces trouvailles ? C’est bien en Afrique, mais alors, pourquoi ce complexe assujetti devant les blancs pour venir imposer, ce qui peut être mortifère aux noirs ?

Alors, il faut que les chefs d’état africains se montrent solidaires et qu’ils se mettent au travail en incitant leurs scientifiques à se rentrer dans les laboratoires pour trouver aussi des médicaments contre cette pandémie à la fin. Les noirs sont-ils de êtres inachevés ?

                                                         Joël ETTIEN

                  Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.