Bénin: Patrice Talon arrive à nouveau, notre analyse.

Le président béninois, Patrice Talon, va tout droit à sa propre victoire à la suite des élections qui se sont déroulées et dont tous les observateurs ont validé sa crédibilité. A la veille de cette élection présidentielle, il y a beaucoup de bruits, de manifestations qui ont même occasionné des morts, mais c’est une habitude en Afrique, ces élections se sont tenues, peu importe le taux de participation, c’est la loi de la démocratie. Patrice Talon comme Poutine en Russie.

Patrice Talon réélu dès le premier tour

Lors d’une analyse faite sur la situation politique au Bénin, nous avons vu, pendant les échauffourées, liées à la candidature du président sortant, une main invisible des puissances françaises qui voulaient à tout prix, l’évincer, parce que trop patriote pour le remplacer par un de leurs vassaux, la mayonnaise n’a pas pris. Les élections se sont déroulées et Patrice Talon, va conserver son fauteuil.

Il aura encore quelques années devant lui, pour prouver et appliquer vicieusement une vraie politique sociale et économique pour ses compatriotes. Si en Chine, en Russie, les présidents s’obstinent à demeurer au pouvoir, ce n’est rien d’autre que, de barrer le chemin de l’invasion occidentale à ravager leurs richesses sans penser à leurs populations.

Patrice Talon, a vu sans doute, les groupes français venir, s’accaparer encore et encore, des richesses de son pays, sans penser aux béninois, mais sur ce sujet sensible, le béninois, ne voit pas le combat en sourdine que mène son président. Comme on le dit, le vrai bonheur, on ne l’apprécie que lorsqu’on l’a perdu, ça sera le cas, pour les béninois, un jour.

C’est pourquoi, il faut que le président Patrice Talon fraichement reconduit, officialise le fond de sa pensée pour que son peuple le comprenne, dans cette périlleuse marche vers l’absolu. Au demeurant, il doit maintenant former, d’autres cadres incorruptibles, nationalistes pour que son pays soit véritablement libre, souverain et autonome.

Aujourd’hui, l’Afrique se voit à nouveau la proie des autres puissances émergentes, et si les présidents africains ne redoublent pas de vigilance, elle sera encore recolonisée. C’est pourquoi, il faut commencer la lutte, quelque part pour éveiller les autres esprits dormants et c’est bien le Bénin qui va conduire, cette tranche de risques.

Si les russes, les chinois sont à la porte de l’Afrique, ce n’est rien d’autre que pour ses immenses richesses, rien d’autres, puisqu’elle en a à ne savoir quoi en faire. Depuis plus de 70 ans, ces matières premières dorment dans ses sous-sols et incapables de les transformer, eh bien il faut bien qu’elles soient convoitées par d’autres.

Le président Patrice Talon pour un autre mandat

Le président Patrice Talon a posé des actes durant son mandat qui méritent de saluer, sachant bien qu’on ne peut pas plaire à tout le monde et qu’aucune œuvre humaine n’étant pas parfaite, ce président a de quoi qui mérite, des regards.

Le challenge scolaire et universitaire, le constat du transfert sanitaire des personnalités et amis de ces autorités à l’étranger, qui coûte trop cher à l’état, laissant les pauvres mourir sur place parce que les hôpitaux sont dégarnis, de lutter contre ça, pour lequel, il en en train de construire un grand hôpital de renom pour que les soins médicaux soient accessibles à tous, nous suffit, de l’encourager à tenir la barre.

Il a pris quelques années pour se rendre compte de l’évidence, maintenant, il faut qu’il se déploie véritablement à concrétiser ses rêves et ce sont les béninois qui en bénéficieront. S’il y a des prisonniers politiques, il faut qu’ils soient libérés pour vivre le renouveau d’un Bénin qui arrive pour apporter le sourire et non l’enfer.

S’il avait été soutenu à l’annonce de la pandémie du Corona virus, aujourd’hui, l’Afrique ne serait pas en train d’attendre piteusement que les firmes pharmaceutiques occidentales trouvent des vaccins à l’imposer aux africains, quand leurs recherches ne concernent que les blancs et non pour les noirs. Enfin, de loin, nous observons tous les pays africains et leurs présidents, croupissent dans sous le joug des français.

 Celui du Bénin, nous préoccupe à nous soucier de sa communication à revoir pour enlever la crainte et la peur dans l’esprit de ses compatriotes.

L’Afrique a besoin de leaders et sa jeunesse souffre qui ne croit plus en ses chefs et croit que son bonheur est ailleurs, alors qu’on sait qui on quitte, mais on ne sait jamais, qui on rencontre.

                                                 Joël ETTIEN

     Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.