ACQUITTÉ, LE CITOYEN IVOIRIEN CHARLES BLÉ GOUDÉ EMPÊCHÉ DE RENTRER CHEZ LUI

Acquitté définitivement avec le président Laurent GBAGBO, le 31 mars 2021 dernier, seul le citoyen ivoirien Charles BLÉ GOUDÉ n’a, à ce jour, pas regagné son pays d’origine la Côte d’Ivoire. La cause, le régime de M. Alassane Dramane OUATTARA refuse de lui remettre son passeport de citoyen ivoirien. Ce qui fait que Charles BLÉ GOUDÉ doit, chaque semaine à La Haye, se signaler deux fois: mardi et vendredi. Comment cela est-il possible et pourquoi quand on sait que le président GBAGBO, a reçu son passeport, et, est rentré le 17 juillet 2021 en Côte d’Ivoire ?

1. BREF RAPPEL

Kidnappé, le 17 janvier 2013 au Ghana, M. Charles BLÉ GOUDÉ sera, par la suite, reconduit en Côte d’Ivoire, où il sera détenu au secret pendant 14 mois (1 an 2 mois). Puis, le 22 mars 2014, il est déporté à La Haye. Mis, au départ, à l’isolement, il rejoindre les autres détenus africains, dont le président GBAGBO- qui y séjournait déjà depuis le 30 novembre 2011-qu’après sa première comparution à la CPI, le 27 mars 2014.

Le 11 mars 2015, « les affaires à l’encontre de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ont été jointes. » Le 28 janvier 2016, le procès s’est ouvert, et va durer 231 jours, au cours duquel, 82 témoins du Procureur vont se succéder à la barre. Et sans que les Défenses n’aient eu à présenter un seul témoin, la majorité des juges de la Chambre de Première Instance les acquitta de toutes les charges de crimes contre l’humanité prétendument perpétrés en Côte d’Ivoire en 2010 et 2011″, et demanda leur libération immédiate. C’était le 15 janvier 2019. Après l’appel du Procureur appel, et contre toute attente, ils seront reconduits en prison de nouveau, et cela jusqu’au « 1er février 2019.

À partir de ce moment, la Chambre d’Appel imposa des conditions à la mise en liberté dans un État donné. En effet, tout État
disposé à les accepter sur son territoire devrait faire respecter les conditions fixées par la Chambre, c’est-à-dire une liberté conditionnée. Du jamais vu pour des personnes acquittées. Ainsi, le président GBAGBO fut envoyé à Bruxelles (en BELGIQUE), pendant que Charles BLÉ GOUDÉ resta à La Haye (Hollande). Cette situation va durer deux ans.

En effet, ce n’est finalement, le 31 mars 2021 que la Chambre d’appel confirma, à la majorité, la décision d’acquittement du 15 janvier 2019. Aussitôt,  » la Chambre chargea le Greffier de la CPI de prendre les dispositions nécessaires pour le transfert en toute sécurité de MM. Gbagbo et Blé Goudé vers un ou plusieurs États d’accueil. »
Que ce soit le président GBAGBO ou Charles BLÉ GOUDÉ, les deux ont décidé de regagner leur pays d’origine, la Côte d’Ivoire afin de retrouver, à la fois leur famille biologique, leurs amis et leur famille politique.

2. ET POURTANT CHARLES BLÉ GOUDÉ A REMPLI LES FORMALITÉS.

Le président Laurent GBAGBO et Charles BLÉ GOUDÉ firent leur demande pour obtenir leur passeport ordinaire de citoyen IVOIRIEN. Pour Charles BLÉ GOUDÉ, ce fut en février 2021. Ce n’est que le 16 juillet 2021 qu’il pu se faire enrôler à l’ambassade, après 5 mois d’attente. Depuis ce moment, jusqu’à ce jour (cela fait quatre (4)mois), il attend encore son passeport ordinaire, en tant que citoyen IVOIRIEN.

3. ET POURTANT TOUT PASSEPORT ORDINAIRE , ACTE ADMINISTRATIF, SE FAIT EN 15 JOURS AU PLUS.

Il faut savoir que la délivrance d’un passeport ordinaire est acte simplement administratif. Pour les IVOIRIENS résidants hors de la Côte d’Ivoire, il peuvent se faire délivrer un passeport ordinaire dans un délai de quinze (15) jours comme l’indique le site en charge de la confection des dits documents. Lisons ensemble ce qui est inscrit sur le site de la société SNEDAI (https://snedai.com/passeport-pour-la-diaspora/), il est noté ceci: « Délai de délivrance du passeport : 15 jours après validation par la police de l’air et des frontières en Côte d’Ivoire ( S/DPAF). »

4. UNE ACTE ADMINISTRATIF DEVENU POLITIQUE.

Pourquoi le régime d’Alassane Dramane OUATTARA empêche le citoyen Charles BLÉ GOUDÉ d’obtenir son passeport, qui est son droit. Pourquoi, un simple acte administratif a devenir une affaire politique Et pourtant, le Chef de l’État, Alassane Dramane OUATTARA avait annoncé que les retours du président GBAGBO et du ministre BLÉ GOUDÉ, dépendaient de leur propre vouloir. En effet, le mercredi 7 avril 2021, en conseil de ministres, le Chef de l’état, M. Alassane Dramane OUATTARA, dit ceci :

« Monsieur le Premier ministre, messieurs les membres du gouvernement, comme vous le savez, la CPI a rendu, le 31 mars dernier, sa décision sur l’appel du procureur relatif au procès de l’ex-Président Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Nous en prenons acte. (… ).
Quant à messieurs Laurent Gbagbo et Blé Goudé, ils sont libres de rentrer en Côte d’Ivoire, quand ils le souhaitent ».

Nous l’avons dit au-dessus et le réécrivons de nouveau. Cela fait quatre (4) mois que le citoyen IVOIRIEN Charles BLÉ GOUDÉ est dans l’attente de son passeport ordinaire. Cette situation injuste et anormale viole également la constitution ivoirienne du 8 novembre 2016, notamment les articles 4 et 22.

Article 4 dispose: Tous les IVOIRIENS naissent et demeurent libres et égaux en droit. Nul ne peut être privilégié ou discriminé en raison de sa race, de son ethnie, de son clan, de sa tribu, de sa couleur de peau, de son sexe, de sa région, de son origine sociale, de sa religion ou croyance, de son opinion, de son opinion, de sa fortune, de sa différence de culture ou de langue, de sa situation sociale ou de son état physique ou mental.

« L’Article 22 dispose : » Aucun IVOIRIEN ne peut être contraint à l’exil. « 

CONCLUSION.

Comme nous l’avons démontré, c’est sans conteste une violation, à la fois du droit du citoyen IVOIRIEN Charles BLÉ GOUDÉ et de la Constitution que nous observons depuis au moins quatre mois dans l’affaire de la délivrance du Passeport de BLÉ GOUDÉ. Il n’y a aucune raison, à part une raison politique.

C’est pourquoi nous sommes d’accord avec Me Habiba Touré, lorsque disit ceci, avant la délivrance du passeport du président Laurent GBAGBO, le 4 décembre 2020, concernant cette même pratique du régime de M. Alassane Dramane OUATTARA vis à vis de son client-le président Laurent GBAGBO :

« Le Consul nous a répondu que notre demande avait bien été transmise à Abidjan et qu’il fallait encore attendre leur réponse. Cette situation est aussi absurde que surprenante. Une demande de passeport est un acte administratif ordinaire qui ne devrait pas dépendre des autorités politiques. Pour nous, il s’agit d’un refus de lui délivrer son passeport dans le seul but de l’empêcher de rentrer en Côte d’Ivoire. »

C’est une situation inacceptable. C’est pourquoi le Mouvement pour la Renaissance de l’Afrique (moraf) en collaboration avec la Plateforme des Organisations Ivoirienne du Benelux (POIB) et d’autres structures, dont TROP C’EST TROP de France, ont décidé d’agir en manifestant devant les ambassades de Côte d’Ivoire à Bruxelles et à Paris, ce samedi 23 octobre 2021 à partir de 14h30.
IVOIRIENS, AFRICAINS, DÉMOCRATES, MOBILISONS-NOUS POUR QUE LE CITOYEN CHARLES BLÉ GOUDÉ REGAGNE LA CÔTE D’IVOIRE.

L’HISTOIRE EST LE TRIBUNAL DES PEUPLES.

Fait le 19/10/2021
Tapé GROUBERA, Président du Mouvement pour la Renaissance de l’Afrique (moraf).
Membre du Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire (PCRCI).
Porte-parole de la POIB.
Auteur du livre CES AFRICAINS ENNEMIS DES AFRICAINS.
Mail : moraf.afrique@gmail.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.